Quand golf rime avec affaires

Partagez
Tweetez
Envoyez

Dave Levesque est un Ontarien d’adoption. Québécois, il a décidé en 2006 de poser ses valises à Toronto, ou plus précisément à Mississauga. Dave Levesque est golfeur de haut niveau… et homme d’affaires.

À l’âge de quatre ans, sous le regard de ses parents golfeurs, il commence à jouer, pour devenir professionnel à l’âge de 21 ans. Désormais membre de l’Association canadienne des golfeurs professionnels, il peut à la fois participer à des tournois de haut niveau, enseigner, gérer un terrain de golf… En 2005, il est nommé golfeur de l’année par l’Association des golfeurs professionnels du Québec.

Pendant des années, il enchaîne donc les compétitions, jusqu’à ce qu’il décide un jour de suivre une autre voie: «Lorsque j’étais professionnel, je traitais avec des commanditaires qui financaient notamment mes déplacements. En échange, je devais m’occuper d’eux et j’ai ainsi progressivement développé une expertise dans l’organisation de journées corporatives. Puis cela m’a poussé à créer ma propre compagnie.»

Son travail consiste à aider les entreprises à conclure des affaires… sur un terrain de golf. La longueur d’une partie de golf et l’atmosphère détendue qui règne sur le terrain rendent l’éventuel client plus ouvert à des propositions d’affaires…

Le travail de Dave Levesque est d’organiser une telle rencontre de A à Z, du choix du terrain en passant par l’organisation du transport… Et si les clients étaient bien présents au Québec, Dave Levesque a tout de même songé à la Ville-Reine: «Toronto représente un énorme marché et je compte bien développer mes affaires ici. En plus, l’hiver étant moins long à Toronto qu’au Québec, la saison de golf est plus longue.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Ce qui lui permet de continuer à jouer (en 2007 il remporte d’ailleurs en Ontario deux grands championnats de golf) et enseigner… tout en faisant des affaires. Sa décision de se lancer en affaires partait aussi d’un constat: le talent ne suffit pas pour arriver au plus haut niveau mondial de golf: «Pour vivre du golf, il faut arriver à un très haut niveau. Or cela prend beaucoup de sous, de temps et de patience. J’ai essayé en vain pendant cinq ans mais il faut tellement de commanditaires…!» En effet, une saison de golf coûte entre 60 et 80 000 $.

Le golf reste donc toujours un sport d’élite, mais pour les amateurs ou les semi-professionnels, l’activité s’est beaucoup démocratisée ces 10-15 dernières années, constate Dave Levesque: «Le milieu du golf a rendu ce sport plus accessible, pour accueillir plus de monde et générer ainsi plus de revenus. Et puis, l’engouement du public s’explique aussi par le “mouvement Tiger Woods”.»

Du nom de celui qui a braqué les projecteurs médiatiques sur le monde du golf…

Aujourd’hui, Dave Levesque ne semble pas regretter son choix d’installation dans la région du Grand Toronto. Même si bien sûr, il aura fallu faire quelques efforts d’adaptation: «Il faut s’habituer ici à une attitude beaucoup plus anglo-saxonne, moins directe, le “politiquement correct”. Et puis certaines choses me manquent du Québec, notamment côté alimentation.»

Mais gageons que face au succès en affaires, ces petits désagréments ne resteront que mineurs…

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur