Plus de 400 000 immigrants par année: priorités aux bilingues

Le gouvernement fédéral veut maintenant accueillir plus de 400 000 immigrants par année. Combien d'entre eux s'intégreront à la francophonie de tout le pays?
Partagez
Tweetez
Envoyez

Le Canada veut accueillir 401 000 immigrants en 2021, 411 000 en 2022 et 421 000 en 2023.

Ce serait une bonne nouvelle pour la francophonie canadienne, selon son lobby politique, la FCFA.

Surtout que les candidats qui parlent déjà nos deux langues officielles recevront plus de points dans Entrée Express, a annoncé le 30 octobre le ministre Marco Mendicino.

La ministre des Langues officielles, Mélanie Joly, et le président de la FCFA, Jean Johnson.

Cible de 4,4%

«Ces niveaux pourraient augmenter les chances d’atteindre la cible de 4,4% établie pour l’immigration au sein des communautés francophones et acadiennes», estime le président de la FCFA, Jean Johnson.

«Avec les niveaux annoncés aujourd’hui, le nombre d’immigrants et immigrantes francophones en milieu minoritaire pourrait tripler par rapport à 2018.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

M. Johnson félicite le ministre Marco Mendicino «qui prend l’immigration francophone au sérieux et qui pose des gestes concrets».

Modernisation de la Loi

En début de semaine, la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada avait lancé un nouveau site Web consacré à la modernisation de la Loi sur les langues officielles.

Le site www.noslanguesofficielles.ca permet notamment aux citoyens et aux citoyennes de générer et d’envoyer des lettres à leur député pour demander leur appui afin qu’un projet de loi soit déposé le plus rapidement possible.

«Ça fait trois ans qu’on travaille sur la modernisation de la Loi et beaucoup d’efforts ont été mis là-dedans», explique Jean Johnson.

fcfa

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Des délais à cause de la covid?

«La crise de la CoViD-19 a déjà provoqué des délais. Et parce que nous sommes dans un contexte de gouvernement minoritaire, une élection peut être déclenchée à court ou moyen terme. On est presque à la ligne d’arrivée et le gouvernement doit déposer un projet de loi maintenant. Personne ne veut attendre à 2022 ou 2023 pour moderniser la Loi.»

La FCFA rappelle que la crise de la CoViD-19 a aussi exposé au grand jour l’inégalité des deux langues officielles du pays. Dans le récent discours du Trône, le gouvernement reconnaissait tout de même l’importance d’agir pour la protection et la promotion du français.

«C’était déjà pressant de moderniser la Loi en 2019, ce l’est encore plus en 2020. On compte sur les citoyens et les citoyennes pour interpeller les parlementaires là-dessus», ajoute M. Johnson.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur