Ouverture de la saison pour le Toronto FC: Toronto envahit l’Ohio

Partagez
Tweetez
Envoyez

Samedi 29 mars, Toronto a connu son premier exode sportif de la saison. Pour le match d’ouverture de la saison 2008 de la Ligue majeure nord-américaine de soccer (MLS), près de 2 500 supporters ont suivi le Toronto FC à Columbus (Ohio). Un voyage de dix-huit heures aller-retour en bus organisé par le club et les associations de supporters au parfum printanier qui annonce le début d’une saison passionnante.

Et si le Toronto FC n’a pu offrir une victoire à ses supporters face au Crew de Columbus (défaite 2-0), nul doute que le spectacle offert dans les tribunes devrait à terme inspirer les joueurs. Retour global sur ce déplacement historique pour le club et sur les perspectives d’avenir de la MLS et du Toronto FC à l’aube de l’exercice 2008.

Ne ménageons pas le suspense, la MLS n’est pas encore un championnat digne de ses équivalents européens. Son niveau, bien qu’en progrès exponentiels depuis quelques années, reste encore celui d’une ligue de troisième niveau dans les principaux pays du soccer du vieux continent.

Heureusement, il existe en MLS quelques étoiles qui brillent par leurs qualités mais qui, malheureusement, surnagent encore dans leurs effectifs respectifs.

Ces David Beckham, Abel Xavier (Los Angeles Galaxy), Marcello Gallardo (DC United) et Claudio Lopez (Kansas City Wizards) offrent un attrait majeur pour la jeune ligue américaine, et les plus grands noms circulent (Thierry Henry en 2009 notamment) pour venir grossir l’armada de vétérans européens en quête de gloire ou de renouveau.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Des rumeurs qui, si elles font encore sourire aujourd’hui, ont au moins le mérite de placer la ligue nord-américaine sur la carte planétaire du soccer.

Et qui dit prestige grandissant dit bien évidemment public plus nombreux et investissements plus lourds. À ce jour, la MLS est une réussite marketing incontestable et l’achat d’une franchise par une ville se chiffre à 30 millions $ environ contre dix à ses débuts.

Et le niveau de jeu, en nette progression comme nous l’évoquions plus tôt, attire de plus en plus de supporters. La naissance d’une équipe à Toronto l’année dernière avait suscité un engouement encore jamais vu pour un sport «mineur» à l’échelle du continent.

Les détracteurs du soccer à Toronto avaient prédit un avenir plus sombre pour la franchise canadienne, soulignant que la ferveur générale retomberait vite après que le TFC ait enchaîné quelques contre-performances. L’avenir prouvera le contraire. Malgré une fiche de 6 victoires pour 17 défaites et 7 matchs nuls, le stade BMO affichera complet toute la saison.

Et l’exercice 2008 qui a débuté samedi 29 avril augure une nouvelle fois d’un soutien massif aux «Rouges» de Toronto. Pour le premier match à l’extérieur de la saison à Colombus, un contingent de près de 2 500 supporters avait fait le déplacement, du jamais vu dans l’histoire du soccer nord-américain. 

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Dans un stade complètement acquis à la cause du Toronto FC, les joueurs ontariens n’ont malheureusement pu éviter la défaite, mais quelques enseignements positifs peuvent néanmoins être tirés de leur performance.

À Columbus, à défaut de faire preuve d’efficacité, les Rouges ont montré du jeu. Une variable essentielle qui leur avait fait cruellement défaut durant une bonne partie de la saison dernière. La défaite 2 à 0 concédée par Toronto s’inscrit incontestablement contre le cours du jeu. Les deux buts encaissés sur deux errements défensifs – impardonnables à ce niveau – ont fait ressortir l’hétérogénéité du groupe et les faiblesses de certains éléments.

Malgré tout, Toronto est une équipe en progrès, et son public affiche une passion et un dynamisme sans équivalent dans la MLS.

L’expérience de la saison dernière semble porter ses fruits et le club a su conserver ses éléments phares (Edu, Dichio, Brennan). Et les quelques renforts qui devraient arriver dans les prochaines semaines devraient permettre d’étoffer un effectif plein de qualités mais qui souffre d’un manque de densité à certains postes majeurs.

Un effort de recrutement débuté dès la semaine dernière, avec la signature d’un premier nom majeur. L’ancien international français Laurent Robert (9 matchs et 1 but en équipe de France) a posé ses bagages dans la Ville-Reine après avoir été mis à l’essai ces dernières semaines.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’ancien joueur de Montpellier, Paris Saint-Germain et Newcastle United devrait très probablement être une recrue d’importance majeure. Associé au milieu de terrain avec Maurice Edu, élu meilleur jeune de la saison 2007, il devrait permettre d’apporter vitesse et dynamisme au jeu offensif de Toronto, notamment sur le flanc gauche.

De quoi présenter sur le terrain un spectacle digne de celui qui prend place dans les tribunes? Les quelque 20 000 supporters qui se déplaceront le 19 avril prochain pour l’ouverture de la saison à domicile contre le Real Salt Lake n’attendent que cela.

Samedi dernier, le Toronto FC s’est une nouvelle fois incliné 4-1 face à DC United en affichant certaines carences. Plus que de talent, les joueurs torontois ont surtout manqué d’automatismes. Une faiblesse que seule la pratique et l’entraînement sauront estomper.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur