Ondes gravitationnelles: si fugitives qu’on peut ne pas les voir

Peut-être même une illusion...

trous noirs

Des événements cosmiques comme des collisions de trous noirs pourraient être à l'origine des ondes gravitationnelles.


22 novembre 2018 à 7h00

Y a-t-il quelque chose qui a été mal compris dans la détection d’ondes gravitationnelles en 2015?

C’est l’intrigante question qui rôde depuis que le groupe LIGO (Laser Interferometer Gravitational-Wave Observatory), qui est derrière cette découverte, a annoncé le 1er novembre qu’il publierait bientôt une «clarification» dans la foulée d’un reportage accusateur du New Scientist.

Nobel de physique 2017

La découverte d’ondes gravitationnelles a beau être aussi éloignée du commun des mortels qu’il est possible de l’être, elle est précieuse pour les physiciens: elle constitue l’aboutissement de près d’un siècle de spéculations sur la façon dont la structure même de l’univers peut être affectée par des événements d’une grande violence — comme une collision entre deux trous noirs.

Cette toute première détection, réalisée en septembre 2015, seulement deux jours après la remise en opération de l’observatoire LIGO, puis annoncée officiellement en février 2016, a valu à son équipe le Nobel de physique 2017. Cinq autres ondes ont été détectées depuis.

«Une illusion»

Il est dans l’ordre des choses que des physiciens contestent la découverte d’autres physiciens sur la base de calculs qui divergent. Le concept d’ondes gravitationnelles lui-même est marqué par des décennies de débats virulents, à coup d’analyses et de calculs arrivant à des conclusions contradictoires — en plus des annonces prématurées.

Ce qui a conduit le New Scientist à accorder un long espace à cette contestation-ci pourrait être lié au fait que les auteurs contestent en réalité depuis le tout début.

Ces physiciens de l’Institut Niels Bohr, au Danemark, soutiennent en effet depuis février 2016 que la détection annoncée était une «illusion», l’équivalent d’une anomalie statistique confondue avec un «signal».

Clarification à venir

Et il faut rappeler que le «signal» dont on parle ici est infime: une onde qui, après avoir voyagé pendant plus d’un milliard d’années, a provoqué une oscillation comparée au millième de la taille d’un proton, pendant 20 millièmes de seconde.

Exactement ce que prédisait la théorie de la Relativité, mais qui aurait été indissociable du bruit de fond cosmique avant LIGO.

Dans son reportage, paru le 1er novembre, le New Scientist explique que ce sont les méthodes de calcul utilisées pour dissocier le signal de ce bruit de fond que contestent les chercheurs danois. En plus du fait qu’aucun observatoire autre que LIGO ne possède la puissance nécessaire, à l’heure actuelle, pour confirmer ces résultats.

Dans une brève réplique publiée le 1er novembre, LIGO annonce une clarification à venir, tout en prétendant avec assurance que les arguments des Danois «proviennent d’une mauvaise compréhension des données publiques disponibles et de la façon dont les données de LIGO doivent être traitées».

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Oslo: dans les coulisses des négociations israélo-palestiniennes

Studio 180
Me voici, à la St-Valentin, assis avec ma bien-aimée, dans une salle remplie à craquer du théâtre CAA de Mirvish (l'ancien Panasonic sur Yonge...
En lire plus...

16 février 2019 à 12h00

La pénurie d’enseignants freine le bilinguisme

Photo: Francopresse, Lucas Pilleri
Après des décennies de croissance exponentielle, les programmes de français langue seconde des conseils scolaires du pays peinent à trouver un nombre suffisant d’enseignants...
En lire plus...

16 février 2019 à 9h00

Le lait au chocolat ne fait rien de spécial pour la récupération des sportifs

santé, sport
Les médias, la publicité et bien des athlètes rapportent régulièrement que le lait au chocolat améliore la récupération chez les sportifs après un effort...
En lire plus...

La France s’anime au TAAFI

TAAFI
Du 15 au 17 février, les films sont de retour au Festival international d’art d’animation de Toronto (TAAFI) et plusieurs oeuvres françaises émergent du...
En lire plus...

15 février 2019 à 16h28

Adieu, Opportunity

La NASA a officiellement «déplogué» le 12 février sa sonde martienne Opportunity, qui ne répondait plus depuis juin dernier. Sa mission a duré beaucoup...
En lire plus...

15 février 2019 à 15h15

Abel Maxwell veut inspirer les jeunes

Abel Maxwell sera omniprésent à la célébration du Mois de l'Histoire des Noirs organisée par le Centre Francophone de Toronto le samedi 23 février....
En lire plus...

15 février 2019 à 11h00

Deux photographes, deux univers

Expo alliance française
Geneviève Thauvette et Kathleen Hearn, deux artistes torontoises, exposent leurs photographies à l’Alliance française de Toronto jusqu'au 28 mars.
En lire plus...

15 février 2019 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur