Movember: avec la moustache, sans tabou

Partagez
Tweetez
Envoyez

C’est à Melbourne, en 2003 que la moustache a poussé les hommes à être plus attentifs à leur santé.

Plus qu’un simple détail physique, la moustache fait à nouveau partie des mœurs au mois de novembre. Deux Australiens. Travis Garone et Luke Slattery, ont imaginé le concept en constatant que les maladies masculines, tout particulièrement le cancer de la prostate, restaient encore taboues. Pour cela, ils avaient invité 30 hommes à se laisser pousser la moustache pendant 30 jours… et «Movember» était né.

Ce néologisme, bien sûr issu en anglais d’un savant mélange entre «moustache» et «novembre», est devenu un symbole de lutte contre les maladies masculines à travers le monde. Aujourd’hui, 21 pays suivent le mouvement Movember, et 4 bureaux de la fondation sont établis à l’international. Dont un à Toronto, au 119 avenue Spadina.

24 millions $ au Canada

«Le Canada est l’un des pays les plus actifs et impliqués dans Movember. Il est difficile de faire des comparaisons entre les différentes villes, mais en ce qui concerne Toronto, l’année dernière, on comptait 24 millions $ récoltés et plus de 115 000 participants», précise la coordinatrice torontoise Andrée Paulin en entrevue à L’Express.

Elle explique aussi que le mouvement Movember est très soutenu par les employés dans les entreprises qui incitent leur patron à agir pour cette cause. «En règle générale ce sont les personnes en bas de la hiérarchie, les simples employés qui se concertent et qui créent un mouvement de masse. Les entreprises s’impliquent donc davantage en organisant des événements afin de récolter des fonds et faire avancer la science… » témoigne la professionnelle.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Chaque année, des entreprises de toute catégorie (assurances, restaurants, banques) organisent des événements afin de récolter et reverser les dons sur le site internet de Movember.

Après s’être inscrite sur le site en tant que membre, toute personne privée est également en mesure de faire un don qui sera ensuite redistribué afin de soutenir les recherches scientifiques sur les maladies masculines.

Activité physique

Sur ce même site, un nouveau programme appelé «Move» est accessible pour les membres depuis l’année 2015. «L’objectif est d’encourager les hommes à pratiquer une activité physique régulière pour préserver leur santé. Une série d’activités simples ou ardues leur sont suggérées en fonction de leurs capacités. Ils peuvent bien sûr également juste choisir de se laisser pousser la moustache, ou bien de pratiquer une activité physique. Movember a évolué depuis 2003.

Aujourd’hui, Movember se penche aussi sur le cancer des testicules, la mauvaise santé mentale, et l’inactivité physique. D’autres programmes récents, novateurs et interactifs viennent d’être installés par Movember.

Ces nouvelles plateformes permettent aux hommes souhaitant en savoir davantage sur les symptômes de la dépression masculine par exemple, de passer des tests en répondant à une série de questions, chez soi, par internet, en cas de doute avant de se rendre chez le médecin http://headsupguys.ca

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Un autre site, BroTalk, voué au partage et à la discussion de sujets vitaux tels que le sexe, l’école, les relations sociales et autres, invite les membres à venir faire partager leurs questions ou répondre à d’autres.

Mode?

La fondation Movember donne de l’espoir aux hommes et conscientise la gente masculine, mais comme tout mouvement de masse, tend-il à se transformer en un phénomène de mode?

«C’est la troisième année que je rase ma barbe en contournant ma moustache en novembre», raconte Abhirath Bhatia, 22 ans, étudiant en gestion à Toronto. «En fait, c’est un bon prétexte pour essayer ces nouvelles tendances de la veille école! J’adore l’esthétique, changer de style, m’amuser avec des accessoires et les habits»
 
«Même si je sais qu’il s’agit d’un sujet sérieux et important, je n’ai jamais pris le temps de m’inscrire en tant que membre ou même de verser de l’argent lors d’un événement», ajoute-t-il, le regard sincère.

«Je crois que Movember a un aspect amusant parce qu’il est né dans un bar, autour d’une bière, et que la moustache aujourd’hui n’est plus vraiment courante et donc amusante», opine Andrée Paulin.

Selon la jeune femme, la moustache a aussi une fonction de lien entre les individus: «Je connais un médecin qui ne porte jamais la moustache, mais en novembre il fait une exception. Lors d’une consultation, une de ses anciennes patientes lui a fait la remarque sur ce changement de style soudain. Il lui a donc parlé de Movember. En rentrant, cette femme en aurait parlé à son mari, qui après s’être fait dépisté avait découvert être atteint d’un cancer de la prostate… En somme, la moustache suscite la conversation et le partage.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Poker

Vivek Sharma, étudiant à l’Université MacMaster et organisateur de l’événement Poker4Prostate, s’active depuis 3 ans pour la fondation. «En tant que MoBro (membre Movember), j’ai décidé de mettre en place des parties de nuit de poker, pour récolter des fonds de manière unique et différente», témoigne le jeune homme de 21 ans.

«Il y a deux types de jeux pendant la nuit, du poker et du Black Jack. L’argent gagné par l’un des joueurs est reversé directement à la fondation» reprend-il.

Vivek Sharma espère susciter l’intérêt des hommes à propos des maladies mentales masculines et du cancer de la prostate. Mais il n’est pas seul dans sa quête, des commanditaires l’accompagnent et promeuvent l’événement dans la communauté locale. «Dès que j’ai pu me laisser pousser la moustache, je suis devenu membre actif de Movember. J’étais très intrigué de savoir comment vivaient les hommes atteints de graves maladies, et c’est devenu un événement significatif dans ma vie», témoigne Vivak Sharma.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur