Marie Curie, scientifique d’exception

Marie Curie est née en 1867.


5 novembre 2017 à 11h00

Après la défaite de l’empereur français Napoléon 1er à la bataille de Waterloo, le 18 juin 1815, les grandes puissances victorieuses se réunissent à Vienne pour rédiger les conditions de la paix et déterminer les frontières et tenter d’établir un nouvel ordre pacifique.

C’est le Congrès de Vienne (1815) qui crée un pays, le Royaume du Congrès ou de Pologne, sous tutelle de l’Empire russe, qui sera annexé en 1868 par la Russie.

Célébrités

Le Royaume du Congrès, dont la ville principale est Varsovie, s’illustre notamment par deux célébrités, le compositeur et pianiste virtuose Frédéric Chopin (1810-1849), dont la carrière avait débuté à Varsovie vers 1820, et Maria Salomea Skłodowska, née le 7 novembre 1867 à Varsovie.

Cette année marque le 150e anniversaire de naissance de Maria Skłodowska, plus connue sous le simple nom de Marie Curie.

«La grande physicienne Marie Curie, deux fois prix Nobel, est donc née un 7 novembre, il y a 150 ans, l’année de la Confédération canadienne. C’est l’occasion de retrouver le parcours sans équivalent de cette scientifique exceptionnelle, née en Pologne et devenue exploratrice de la radioactivité.» (Internet)

Une pièce d'argent commémorative de 100 francs.
Une pièce d’argent commémorative de 100 francs.

Parents enseignants

Le père de Maria est professeur de mathématiques et de physique, et sa mère est institutrice. On reconnaît une fois encore l’influence familiale sur la dernière née d’une famille de cinq enfants, quatre filles et un garçon.

Par un réflexe psychologique bien compréhensible, elle se réfugie dans les études après la mort de sa sœur Zofia (1876) et de sa mère (1878). Dans toutes les matières, elle se montre une brillante élève. En 1883, elle obtient son diplôme de fin d’études secondaires avec la médaille d’or.

Elle rejoint l’Université volante, une université illégale permettant de faire des études en réaction à la russification de la société polonaise. Ce système a profité à des milliers de personnes, et notamment aux femmes, qui étaient alors bannies des universités d’État.

Maria découvre aussi le positivisme d’Auguste Comte, qui s’en tient aux relations entre les phénomènes, et ne cherche pas à connaître leur nature intrinsèque, en mettant l’accent sur les lois scientifiques. Cette découverte renforcera sa passion héritée de son père pour la physique et les mathématiques.

Un timbre polonais émis en 1967.
Un timbre polonais émis en 1967.

Paris

Désireuse de poursuivre ses études, elle envisage de rejoindre sa sœur aînée Bronia qui fait des études de médecine à Paris. Elle assure des garderies pour avoir assez d’argent pour ce voyage.

En 1891, elle part pour Paris, où elle est hébergée par sa sœur et son beau-frère. Le 3 novembre 1891, elle s’inscrit en physique à la faculté des sciences et suit les cours de physiciens et de mathématiciens. En juillet 1893, elle obtient sa licence en sciences physiques, en étant première de sa promotion. En juillet 1894, elle obtient sa licence en sciences mathématiques. Elle hésite à retourner en Pologne.

Elle rejoint le laboratoire des recherches physiques de Gabriel Lippmann, qui obtient pour elle la commande d’une étude sur l’aimantation de différents types d’acier.

Elle manque de connaissances sur le magnétisme. Mais, lors d’une soirée, le professeur polonais Józef Kowalski de l’Université de Fribourg lui fait rencontrer Pierre Curie, un des plus grands spécialistes du magnétisme de l’époque, avec lequel elle va travailler.

Marie Curie popularisée par une bande dessinée.
Marie Curie popularisée par une bande dessinée.

Mariage et découvertes

Une inclination mutuelle se développe entre les deux scientifiques. Marie hésitera à accepter la demande en mariage de Pierre Curie, pensant avoir un poste dans une université polonaise.

Elle se rend à Varsovie, mais Pierre lui demande de revenir à Paris, ce qu’elle fait. Et le mariage a lieu le 26 juillet 1895, à Sceaux. De cette union naîtra en 1897 Irène Curie qui, comme sa mère, décrochera un prix Nobel de chimie.

Marie Curie entreprend des recherches sur un nouveau phénomène mis en lumière par le physicien Henri Becquere (1852-1908), pour sa thèse de doctorat. Elle désignera ce phénomène sous le nom de radioactivité.

Elle est rejointe en 1898 par Pierre Curie qui abandonne ses recherches sur la piézo-électricité, mais dont l’électromètre piézoélectrique servira de banc de mesure.

Le 18 juillet 1898, Marie Curie annonce la découverte du polonium, 400 fois plus radioactif que l’uranium. Le 26 décembre, elle annonce la découverte du radium, 900 fois plus rayonnant que l’uranium; il a fallu traiter plusieurs tonnes de minerais radioactifs d’uranium pour obtenir moins d’un gramme de cet élément.

Honneurs

Cette découverte lui vaudra en 1903 le prix Nobel de physique avec Becquerel.

Pierre Curie meurt en 1906, renversé par une voiture à cheval. Marie Curie remplacera Pierre à son poste de professeur à la Sorbonne, une grande première pour une femme à cette époque.

En 1909, elle est nommée professeure titulaire en physique générale, puis en physique générale et radioactivité. Le 8 novembre 1911, le prix Nobel de chimie lui est décerné. Elle est la première personne à obtenir deux prix Nobel.

Mais elle souffre de la misogynie orchestrée par la presse et de son exposition à trop de radiations pendant trop longtemps. Elle décède le 4 juillet 1934. Elle est transférée avec son mari Pierre Curie dans le caveau VIII du Panthéon à Paris le 20 avril 1995.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un film de Noël franco-ontarien

TV5
Alors que les fêtes de fin d'année approchent à grands pas, toutes les chaînes de télévision diffusent des téléfilms de Noël. Le 18 décembre,...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 15h00

Que célèbre-t-on vraiment le 25 décembre?

On peut fort légitimement se demander ce qu'on célèbre le 25 décembre, tant l'obscurité de la nuit des temps entoure la naissance de Jésus...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 13h00

Cinq coups de cœur de notre chroniqueur

Paul-François Sylvestre
Au cours de l’année 2018, j’ai recensé environ soixante ouvrages pour L’Express. C’est maintenant le moment de vous faire part de mes coups de...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 11h00

Cadeau de Noël inespéré

Michel Peyramaure
Certains romans méritent de sortir de l’oubli et d’être réédités. L’orange de Noël, de Michel Peyramaure, figure parmi ceux-ci.
En lire plus...

16 décembre 2018 à 9h00

Quiz : Daniel Poliquin

Apprenez-en plus sur Daniel Poliquin.
En lire plus...

16 décembre 2018 à 7h00

Jazz manouche de Noël à Oshawa dimanche

Oshawa
Pour vous mettre dans l’ambiance de Noël, le Conseil des organismes francophones de la région de Durham a concocté un après-midi en chanson avec...
En lire plus...

15 décembre 2018 à 15h00

L’Halloween à Noël: une génération de Mummers à Terre-Neuve

Terre-Neuve
Une tradition terre-neuvienne revit depuis 30 ans à St. John’s: des groupes de joyeux lurons costumés s’invitent chez des voisins!
En lire plus...

15 décembre 2018 à 13h00

Aspirine et 7 Up, meilleurs amis du sapin de Noël?

sapin
Mieux vaut se contenter d’arroser généreusement le sapin d’eau du robinet… et rien d’autre !
En lire plus...

Manque de compréhension envers les immigrants handicapés

Fauteuil roulant
Les immigrants ayant un handicap affrontent des défis auxquels les travailleurs sociaux ne font pas assez attention.
En lire plus...

15 décembre 2018 à 9h00

Le Soleil vu d’en haut, c’est désormais possible

Une sonde spatiale européenne vient d’envoyer suffisamment de données pour qu’on puisse extrapoler une image approximative du «pôle nord» de notre étoile.
En lire plus...

15 décembre 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur