L’UOF choisit les quatre responsables de ses programmes

Quatre nouveaux chefs des programmes s'ajoutent à la trentaine de professeurs de l'Université de l'Ontario français à Toronto.
Partagez
Tweetez
Envoyez

La jeune Université de l’Ontario français (UOF), qui ouvrira ses portes aux étudiants de premier cycle en septembre, vient de sélectionner les professeurs qui seront responsables de ses quatre «pôles» d’études.

Hela Zahar s’occupera des «Cultures numériques», Paulin Mulatris de la «Pluralité humaine», Stéphane Roche des «Environnements urbains», et Léandro Vergara-Camus de «l’Économie et l’innovation sociale».

L’UOF ouvrira ses portes en septembre 2021 au 9 rue Lower Jarvis à Toronto.

Période houleuse

Ces programmes multidisciplinaires mènent aux quatre baccalauréats spécialisés approuvés en octobre dernier par le ministre des Collèges et Universités.

Les quatre nouveaux responsables viennent consolider le corps professoral de l’UOF au moment où l’institution torontoise, qui n’a commencé son recrutement d’étudiants qu’en fin 2020, vient de perdre son recteur.

Plusieurs partenaires franco-ontariens, à commencer par l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, mais comprenant aussi le Théâtre français de Toronto, ont tenu à renouveler publiquement leur appui à cette université «pas comme les autres».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
En février 2020: la ministre fédérale des Langues officielles Mélanie Joly, la présidente du conseil des gouverneurs de l’UOF Dyane Adam, la ministre des Affaires francophones de l’Ontario Caroline Mulroney, le ministre des Collèges et Universités de l’Ontario Ross Romano.

18 premiers diplômés

Par ailleurs, l’UOF célébrait récemment sa première cohorte de 18 diplômés: des enseignants du Collège La Cité et des conseillers en développement académique.

Ils viennent de compléter un programme de certificat de deuxième cycle en pédagogie de l’enseignement supérieur, offert en collaboration avec l’Université Laval et le Collège La Cité.

Le certificat avait démarré en présentiel, lors de séances organisées au Collège La Cité à Toronto, pour se terminer en ligne à cause de la crise sanitaire.

UOF Université de l'Ontario français
Les vices-recteurs par intérim Denis Berthiaume et Édith Dumont

Des profs de divers milieux

Les quatre nouveaux profs responsables des programmes sont «issus de divers milieux, ils ont chacun leur propre expérience universitaire en milieu francophone au Canada», explique la co-rectrice par intérim Édith Dumont, vice-rectrice aux partenariats, collectivités et relations internationales de l’UOF.

«Leur parcours leur permettra aussi de faire rayonner l’UOF au Canada et dans le monde auprès de tous les francophones et francophiles.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Selon l’autre co-recteur par intérim, Denis Berthiaume, vice-recteur aux études et à la recherche, «les pôles d’études et de recherches constituent le cœur académique de l’Université de l’Ontario français. C’est là que les divers membres du corps professoral se retrouveront pour concevoir et mettre en œuvre les programmes d’études et de recherches de l’établissement.»

«L’arrivée des quatre responsables donnera un élan à nos activités en vue de la rentrée de septembre 2021.»

Cultures numériques

Auparavant professeure à l’Institut supérieur des arts multimédias de l’Université de Tunis et récemment directrice du Pôle lavallois d’enseignement supérieur en arts numériques et économie créative, Hela Zahar est titulaire de deux doctorats, l’un en cinéma de l’Université de Tunis/Paris III Sorbonne Nouvelle et l’autre en études urbaines de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS).

Université de l'Ontario français
Hela Zahar

Ses recherches portent sur la mise en visibilité, les modes d’innovation et les enjeux de communication dans l’émergence des scènes culturelles numériques.

Le baccalauréat spécialisé en études des cultures numériques «explore les liens entre les cultures et les technologies d’aujourd’hui. Il aborde la créativité, les modes d’innovation et les enjeux de l’ère numérique.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pluralité humaine

Paulin Mulatris était auparavant professeur titulaire et vice-doyen principal et aux études, directeur du Groupe de recherche sur l’inter/transculturalité et l’immigration (GRITI) au Campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta à Edmonton.

Université de l'Ontario français
Paulin Mulatris

Il possède une formation en philosophie, théologie, sciences sociales et économiques ainsi qu’en leadership dans le domaine universitaire. Il s’intéresse de près à toutes les questions qui touchent la francophonie en contexte minoritaire.

Le baccalauréat spécialisé en études de la pluralité humaine «explore l’humain et ses diverses dimensions sociales. Il se concentre sur les défis et les processus de changement qui marquent les sociétés contemporaines, par exemple la migration, les relations interculturelles, l’exclusion sociale, le racisme, les genres et les sexualités.»

Environnements urbains

Auparavant professeur titulaire de sciences géomatiques à l’Université Laval, à Québec, Stéphane Roche est ingénieur et géographe.

Université de l'Ontario français
Stéphane Roche

Il s’intéresse à la complexité des modes d’organisation spatiale des sociétés humaines et les enjeux soulevés par la transition numérique dans les écosystèmes urbains anthropocènes.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le baccalauréat spécialisé en études des environnements urbains «étudie la ville sous toutes ses facettes sociales et environnementales. On y développe des connaissances et des compétences pour participer au design, à la planification et à la gestion des villes dans une perspective de développement durable et juste.»

Économie et innovation

Leandro Vergara-Camus a été professeur de développement international à la School of Oriental and African Studies de l’Université de Londres. Il est politologue et détient notamment un doctorat de l’Université York à Toronto.

Université de l'Ontario français
Léandro Vergara-Camus

Il s’intéresse entre autres à l’économie politique du développement, les approches critiques du changement social, le développement durable, la mondialisation de l’agriculture et le développement alternatif.

Le baccalauréat spécialisé en études de l’économie et de l’innovation sociale «étudie le lien entre l’économie et le changement social. On y développe des connaissances et des compétences relatives à l’entreprenariat, la gestion des organisations et des ressources humaines, la responsabilité sociétale, le développement éthique et l’économie sociale.»

En classe, à distance, en stage

Les programmes d’études de l’UOF vont combiner l’enseignement en classe au 9 rue Lower Jarvis (si la situation sanitaire le permet) et à distance, ainsi que divers stages et projets intégrateurs. Ces programmes visent à faciliter l’insertion socio-professionnelle dans des domaines en émergence.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur