Louise Penny traduite en 26 langues

Armand Gamache enquête une 13e fois

Maisons de verre

Louise Penny, Maisons de verre, roman traduit de l’anglais par Lori Saint-Martin et Paul Gagné, Montréal, Éditions Flammarion Québec, coll. Armand Gamache enquête no 13, 2018, 466 pages, 29,95 $.


29 août 2018 à 9h00

Louise Penny, écrivaine québécoise de langue anglaise, est traduite en 26 langues. Sa série «Armand Gamache enquête» a fait connaître le Québec partout dans le monde. Le tout dernier épisode s’intitule Maisons de verre et nous plonge dans deux intrigues parallèles, dont l’une n’est pas vraiment nécessaire.

Si Gamache enquête, c’est qu’il y a eu meurtre. À Three Pines cette fois-ci, presque sous les yeux de Gabri, Olivier, Myrna, Clara, Ruth, Reine-Marie et Armand, les principaux personnages de ce village fictif québécois à la frontière du Vermont.

Cobrador

Après l’Halloween, une fête costumée inclut un inconnu drapé et masqué de noir. Le lendemain et surlendemain, il reste dans le village, planté dans le parc des trois pins, épiant quelqu’un et rendant tout le monde mal à l’aise.

Armand Gamache, fraîchement nommé directeur de la Sûreté du Québec, ne dispose d’aucun motif pour l’appréhender.

Lorsqu’un cadavre est retrouvé dans la cave de la petite église Saint-Thomas, la silhouette noire a disparu, bien entendu. On l’avait associée au cobrador, mot espagnol qui signifie agent de recouvrement ou encore conscience. Une dette morale a-t-elle été payée?

Armand Gamache désespéré et furieux

«Entre règlement et dérèglement, la ligne de démarcation est mince…», écrit Louise Penny. Elle a déjà peint un Armand Gamache joyeux, abattu, fâché, préoccupé, mais jamais encore désespéré et furieux. Au point de se parjurer et de mentir au procureur de la couronne et à la juge.

Les lecteurs de Louise Penny savent que le bistro de Three Pines et dirigé par un couple gai, Gabri et Olivier. L’auteure ajoute cette fois-ci un autre couple de même sexe, la juge et sa compagne. Cette réalité va de soi.

Seconde intrigue inutile

L’auteure complique notre lecture en jonglant avec une seconde intrigue qui est axée sur un cartel de drogue. Elle s’avère très complexe et je m’en serais passé, car elle offre peu d’intérêt. J’ai sauté au moins 50 pages de péripéties dignes des Hells Angels et de Mom Boucher (mentionnés dans le roman).

En nous relatant un meurtre, Penny explique que ce ne sont pas les circonstances qui motivent une personne à poser le geste irréparable. À la base, il y a toujours une émotion incontrôlable qui est parois réprimée ou enfouie. Et une émotion a le temps de suppurer, de croître, de se déformer, de devenir grotesque.

État d’esprit

Les trois dernières pages du livre sont une Note de l’auteure où on peut lire que le village irréel de Three Pines est «un état d’esprit dans lequel nous nous trouvons lorsque nous préférons la tolérance à la haine. La gentillesse à la cruauté. La bonté à la brutalité. Lorsque nous choisissons d’être optimistes plutôt que cyniques. Chaque fois que ces conditions sont réunies, nous vivons à Three Pines.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Une police toujours plus ouverte sur la francophonie

Engagement, diversité culturelle, inclusivité: tels furent les maîtres-mots de la fête francophone annuelle de la police de Toronto ce mercredi 20 mars dans ses...
En lire plus...

20 mars 2019 à 16h40

747 millions de francophones attendus d’ici 2070

La nouvelle édition de «La langue française dans le monde» confirme une nouvelle fois le déplacement de son centre de gravité vers l’Afrique. L'étude...
En lire plus...

20 mars 2019 à 14h00

Criée du Manifeste franco-ontarien au Monument Notre Place

Monument franco-ontarien Toronto
Des députés provinciaux et leaders communautaires se sont rassemblés ce mercredi matin 20 mars au Monument franco-ontarien Notre Place, au sud de l’Assemblée législative...
En lire plus...

20 mars 2019 à 12h50

Pour qu’on puisse vivre dans la langue de son choix

Plan d'action langues officielles
La modernisation de la Loi sur les langues officielles passera par des discussions nationales. Entretien avec la ministre du Tourisme, des Langues officielles et...
En lire plus...

20 mars 2019 à 11h00

Une identité formée par les voyages

Francophonie
À ce stade de sa vie, Anastisia Fyk a du mal à définir sa place dans la francophonie. «Je ne parle pas le français...
En lire plus...

20 mars 2019 à 9h00

Un deuxième coming-out : «Je suis Franco-Ontarien»

Mathieu Chantelois fait son deuxième coming-out. «Je peux enfin le claironner: je suis Franco-Ontarien.»
En lire plus...

20 mars 2019 à 7h00

S’installer et vivre à Toronto: mode d’emploi

Vue de Toronto du lac Ontario
Dans le nouveau guide français « S'installer à Toronto », Nathalie Prézeau livre de précieux conseils aux expatriés souhaitant venir vivre dans la Ville-Reine....
En lire plus...

19 mars 2019 à 14h41

Les Raptors se relancent aisément face aux Knicks

Les Raptors de Toronto se devaient de réagir après avoir perdu à Détroit, pour la troisième fois en trois confrontations face à l’équipe désormais...
En lire plus...

19 mars 2019 à 10h45

L’AFO va «crier» à Queen’s Park mercredi matin

Le 20 mars prochain, Journée internationale de la Francophonie, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) va organiser à Queen’s Park sa première «criée»...
En lire plus...

19 mars 2019 à 9h00

Taxer le sucre : une stratégie efficace?

Ces dernières années, plusieurs pays dont la Grande-Bretagne, la France et le Mexique, ont mis en place une taxe sur les boissons sucrées afin...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur