L’homme de Denisova fabriquait-il des bijoux?

vallée de l'Anouï

La vallée de l'Anouï, où se trouve le site des fouilles Denisova. (Photo: Institut Max Planck)


7 février 2019 à 7h00

Une caverne d’Asie a révélé que l’homme de Denisova, un de nos plus proches cousins, avait occupé l’endroit pendant plus de 250 000 ans. Mais la particularité de cette longue datation réside dans le fait qu’on n’a guère plus d’os de Dénisoviens qu’avant.

Des archéologues ont passé les six dernières années à «cartographier» cette caverne: ils ont à présent daté 103 couches de sédiments, et 50 objets parmi ces couches, qui vont des outils de pierre aux os d’animaux en passant par des morceaux de charbon.

300 000 ans

Comme la plus ancienne occupation de la caverne est vieille de près de 300 000 ans, il ne peut s’agir d’Homo sapiens, puisque ceux-ci ont quitté l’Afrique il y a seulement 100 000 ans.

Et comme cette caverne est aussi celle où on a identifié pour la première fois, en 2010, des gènes de ce cousin Dénisovien, il est logique de croire que c’est lui qui a occupé cet endroit en continu pendant une très longue période.

Mariages mixtes

Sauf qu’on sait que l’autre cousin, le Néandertalien, était lui aussi dans les parages pendant une partie de cette période. Les plus anciennes traces de son ADN sont estimées entre 175 et 200 000 ans. Ce qui suggère encore plus de «mariages mixtes» entre ces deux groupes que ce que la génétique commence à peine à découvrir.

Et enfin, au bout de cette histoire, il y a nous: la plus récente couche d’occupation (mais où on n’a pas retrouvé d’ossements humains) n’est vieille que de 20 000 ans, date à laquelle les Homo sapiens avaient depuis longtemps atteint toutes les extrémités de l’Asie.

Progrès technologiques

De fait, les artefacts vieux de 20 à 40 000 ans incluent des outils de pierre plus perfectionnés et des bijoux faits d’os. L’idée qu’il s’agisse nécessairement d’une production d’Homo sapiens est contestée par certains des chercheurs, qui voient plutôt dans l’occupation en continu de cette caverne par les Dénisoviens un argument à l’effet qu’ils pourraient eux aussi avoir développé la capacité d’y développer des outils plus perfectionnés.

Est-il même possible qu’Homo sapiens et Dénisoviens aient partagé les lieux?

Les deux recherches sur cet effort de datation, qui sont parues mercredi dans la revue Nature, ne permettent pas de répondre à ces questions, mais ajoutent donc une série de questions qui, pour les amateurs de fossiles, sont intrigantes.

Les outils de pierre les plus récents sont-ils l’œuvre d’Homo sapiens ou de Dénisoviens?

Un groupe a-t-il délogé l’autre ou si les deux se sont mêlés?

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Cinq flûtes des cinq continents

North Wind Concerts
Alison Melville est à la tête du projet de concert Encircling the World: Flutes qui sera présenté le dimanche 2 mars à 19h30 au...
En lire plus...

22 février 2019 à 7h00

Troisième revers consécutif pour les Maple Leafs

Les Maple Leafs de Toronto étaient de retour à domicile après un long voyage de 6 parties à l'étranger. Pour l'occasion ils recevaient la...
En lire plus...

21 février 2019 à 22h30

17 255 écrivains canadiens se partagent 12 282 712 $

écrivains
Depuis 30 ans, le programme du Droit de prêt public (DPP) verse aux écrivains canadiens une somme d’argent en reconnaissance de l’utilisation de leurs...
En lire plus...

21 février 2019 à 17h00

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur