Les premiers Russes en Alaska

Une expédition de 10 ans financée par le tsar Pierre Le Grand

Un renard polaire. (Photo: Ansgar Walk / Wikipedia Commons)


9 décembre 2017 à 7h00

Connaissez-vous le renard bleu, appelé aussi, en Alaska, renard polaire? Ou la vache de mer — Rhytine de Steller —, un grand mammifère marin de l’Arctique?

Ils étaient inconnus avant que les Européens ne mettent pied dans la région — non pas ceux qui ont atteint l’Alaska après avoir traversé toute l’Amérique, mais ceux qui y sont arrivés après avoir traversé toute la Russie.

C’est en effet au terme d’une expédition de 10 ans, financée par l’empereur russe Pierre Le Grand, que l’explorateur danois Vitus Bering et ses hommes ont atteint pour la première fois cette terre lointaine.

Partis de Saint-Pétersbourg en 1733, ils ont donc parcouru plusieurs milliers de kilomètres, essentiellement à pied, cartographiant au passage une partie des côtes de l’Arctique russe, largement laissées en blanc sur les cartes jusque-là.

Les îles de l’Alaska sur lesquelles ils ont brièvement débarqué étaient tout aussi peu connues — mais au moins avaient-ils conscience d’avoir mis pied sur le continent nord-américain.

Vitus Bering allait laisser son nom au détroit qui sépare la Russie de l’Alaska, mais l’histoire moderne a gardé peu de souvenirs de lui, relate l’auteur canadien Stephen Bown dans son dernier livre, Island of the Blue Foxes.

C’est pourtant son récit qui, à l’époque, a inspiré d’autres expéditions, de même que des marchands de fourrure, de graisse et d’huile. Pour le plus grand malheur des renards bleus et des vaches de mer: si les renards bleus sont toujours là, en revanche il a suffi de 27 ans pour que les vaches de mer deviennent une espèce disparue.

L’Alaska est ensuite restée une province russe, jusqu’à son achat par les États-Unis en 1867.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

L’espiègle trio jazz Les Malcommodes

les malcommodes
Le 26 juin au Festival de jazz de Toronto
En lire plus...

21 juin 2018 à 13h00

Un test a changé sa vie : dans les pas d’un enfant dyslexique

La Liberté
«J’étais content de savoir que je n’étais pas stupide»
En lire plus...

21 juin 2018 à 10h00

Le véganisme dans le vêtement : trop de plastique ?

Le cuir de kangourou et le polyester plus «verts» que la laine d’alpaga et le cuir de bovin
En lire plus...

21 juin 2018 à 7h00

Technicien(ne) à l’aide technique

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne permanente, à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, qui agira à titre de technicienne, technicien à l’aide technique...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur