Les organismes francophones de Kingston auront leur table de concertation

À la foire 2019 de l'ACFOMI.
Partagez
Tweetez
Envoyez

L’Association canadienne-française de l’Ontario des Mille-Îles (ACFOMI) mettra sur pied en 2020 la toute première table de concertation locale des organismes francophones de Kingston.

La directrice de l’organisme, Michèle Dubois, qui y pensait depuis deux ou trois ans, vient d’obtenir une subvention de 10 000 $ du Programme d’appui à la francophonie ontarienne (PAFO).

Déjà quelques organismes

«Ça va nous permettre de nous mettre ensemble pour avoir plus de poids, pour voir quelles sont nos priorités et pour travailler ensemble plutôt qu’en silos», se réjouit-elle.

Michèle Dubois, directrice générale de l’ACFOMI.

Quelques organismes sont déjà impliqués dans le projet, dont le centre de formation pour adulte La Route du Savoir, le Centre culturel Frontenac, le Club de l’amitié des aînés de Kingston et le comité local d’immigration francophone.

«Ça ne sera pas juste l’ACFOMI. L’objectif c’est vraiment de mettre en place la table de concertation, puis de la redonner à la communauté, que ça continue de rouler», souligne Michèle Dubois. Elle ajoute que les organismes francophiles seront les bienvenus à table.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

En cohésion avec la Ville

L’une des priorités de la table de concertation de Kingston, région qui compte environ 4% de francophones, sera de se pencher sur la façon d’attirer et retenir des immigrants.

«On veut assurer la pérennité de la langue française, et ça passe notamment par la rétention des immigrants francophones. Ça demande d’être une communauté accueillante», estime la directrice de l’ACFOMI.

Elle a également approché le maire de Kingston, qui a accepté de déléguer un membre du personnel pour siéger à la table de concertation afin «que la Ville prenne note des besoins», explique Michèle Dubois.

À la foire 2019 de l’ACFOMI.

Attraction et rétention

La Ville de Kingston a par ailleurs reçu 25 000 $ du PAFO pour traduire en français son portail d’attraction Possible Made Here.

Kingston espère ainsi «recruter des travailleurs spécialisés, ce qui contribuera concrètement à la mise en œuvre de la stratégie visant à attirer et à conserver des francophones dans la région», peut-on lire dans le document d’information du PAFO.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«On est chanceux d’avoir un maire francophile. Les francophones sont les deuxièmes plus nombreux, après les anglophones, à Kingston», rappelle Michèle Dubois.

À la foire 2019 de l’ACFOMI.

Infolettre

La table de concertation s’accompagnera de la création d’une infolettre, pour tenir le public informé des travaux, mais aussi de leurs droits en tant que francophones.

«On réalise que souvent, les francophones ne connaissent pas leurs droits. Il y a une partie de la population qui est en transit à la base militaire, ils y restent quatre ou cinq ans, et souvent ils ne savent même pas qu’il existe des organismes francophones à Kingston», déplore la directrice de l’ACFOMI.

La table de concertation réfléchira aux manières de pallier ce manque.

La première rencontre devrait avoir lieu au mois de janvier, et sera l’occasion pour les organismes de définir un plan d’action et d’effectuer du recrutement si nécessaire.

«On se donne six mois pour démarrer. Ensuite, on aimerait rouler avec trois ou quatre réunions par année», espère Michèle Dubois. Une nouvelle étape pour les francophones de Kingston.

À la foire 2019 de l’ACFOMI.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur