L’économie franco-ontarienne : de la place pour des femmes et des immigrants

FGA économie franco-ontarienne
Le Portrait sommaire de l'économie franco-ontarienne (devant la page d'accueil du site de la FGA). Dominic Mailloux, le président du Club canadien de Toronto, est aussi le président de la FGA.
Partagez
Tweetez
Envoyez

L’Ontario compte plus de 18 000 PME francophones, soit 4,2% des PME de la province, plus souvent dirigées par des hommes et des natifs du Canada que la moyenne des autres entreprises. C’est ce qu’on apprend dans le premier Profil sommaire de l’économie franco-ontarienne, que vient de publier la Fédération des gens d’affaires francophones de l’Ontario (FGA).

À elle seule, la province compte près de 50% des entreprises francophones hors Québec. Ce qui est un peu normal puisque plus de 50% des francophones hors Québec vivent en Ontario.

FGA
En Ontario, 68% des dirigeants d’entreprises sont de langue maternelle anglaise, 4,2% française, 27.8% autre.

Un état des lieux de l’économie franco-ontarienne

La FGA dresse ici un portrait de l’économie franco-ontarienne afin de cibler les priorités qui permettraient de «renforcer l’écosystème économique francophone de la province», selon l’organisme créé au début de l’année par une quinzaine de partenaires autour du Club canadien de Toronto.

Cet état des lieux se fonde sur des données et extrapolations de l’Enquête sur le financement et la croissance des petites et moyennes entreprises, produite par Statistique Canada et Innovation, Sciences et Développement économique Canada, ainsi que sur le Portrait économique des personnes bilingues au Canada réalisé par le Conference Board du Canada pour l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne.

FGA économie franco-ontarienne
La plupart des PME franco-ontariennes sont dirigées par des gens nés au Canada. Les natifs du Canada sont également plus nombreux, chez les 600 000 Franco-Ontariens, que dans l’ensemble de la population de la province (14,5 millions).

Près de 900 000 travailleurs bilingues

La FGA note qu’en Ontario, 898 190 travailleurs, soit 11,5% de la main-d’oeuvre, sont bilingues et produisent 12,1% du produit intérieur brut (PIB), soit tout près de 80 milliards $.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Près de 40% de la population bilingue de 15 ans ou plus obtient un baccalauréat ou un diplôme supérieur, comparativement à 25% pour la population anglophone.

FGA économie franco-ontarienne
Les femmes sont moins présentes aux commandes des PME francophones que dans l’ensemble des PME de la province… Mais dans les cas où les femmes francophones sont impliquées, un plus grand pourcentage d’entre elles sont propriétaires à 100% de l’entreprise.

L’économie franco-ontarienne en 2031

À partir des données et constats de cette étude, la FGA a cerné quatre enjeux prioritaires pour le développement de l’économie franco-ontarienne au cours des 10 prochaines années:

– favoriser la croissance entrepreneuriale au féminin; on vise 45% des PME francophones détenues, en totalité ou en partie, par les femmes (au lieu de 37.4% aujourd’hui);

– inciter les immigrants à se lancer en entreprise; 10% des PME francophones pourraient appartenir à des personnes nées à l’extérieur du Canada en 2031 (au lieu de 6.2% en 2021);

– soutenir la conquête de nouveaux marchés en francophonie; 13% des PME francophones de la province devraient exporter (au lieu de 9.9% à l’heure actuelle).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

– promouvoir la relève entrepreneuriale francophone; 4,2% des PME de la province appartiennent aujourd’hui à des francophones: «Ce sera déjà un défi de maintenir ce chiffre», explique Richard Kempler, directeur général de la FGA et du Club canadien de Toronto. «Surtout en raison de l’âge des personnes responsables de la prise de décision dans les PME francophones: 58% ont plus de 50 ans aujourd’hui. D’où, pour la FGA, l’importance de la reprise des PME francophones par des francophones.»

FGA économie franco-ontarienne
26.2% des travailleurs des administrations publiques sont bilingues, 25.6% dans les mines et le pétrole, 19.9% dans l’enseignement…

Valeur ajoutée

«Le Profil sommaire démontre hors de tout doute que l’économie franco-ontarienne fait partie intégrante de l’économie provinciale et offre une forte valeur ajoutée», indique la FGA.

«Toutefois, certains enjeux méritent une attention particulière et des stratégies à plus long terme afin de permettre aux entreprises francophones et aux travailleurs bilingues de réaliser leur plein potentiel.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur