Le style tordu de Joyce Carol Oates

livre nouvelles

Joyce Carol Oates, La Princesse-Maïs et autres cauchemars, nouvelles traduites de l’anglais par Christine Auché et Catherine Richard, Paris, Édition Philippe Rey, 2017, 382 pages, 44,95 $.


4 février 2018 à 10h00

L’écrivaine américaine Joyce Carol Oates a publié près de soixante romans ou recueils de nouvelles, dont un Prix Fémina. Le Washington Post a déjà écrit que «lire Oates, c’est comme traverser un champ de mines émotionnel, être secoué au plus profond de soi par de multiples explosions».

C’est peut-être le cas dans certains de ses romans, mais pas dans son dernier recueil de nouvelles intitulé La Princesse-Maïs et autres cauchemars.

Il y a, bien entendu, des textes intéressants, voire palpitants. Deux d’entre eux mettent en scène des frères jumeaux hétérozygotes qui ne peuvent pas se blairer. Dans «Champignon mortel» et «Personnages fossiles», la nouvelliste décrit une parodie d’affection fraternelle. Elle oppose un être rachitique à un monstre athlétique pris au piège d’une relation amour-haine.

La Princesse-Maïs et autres cauchemars
Joyce Carol Oates

Dans la nouvelle «Personne ne connaît mon nom», une fillette réagit mal à l’arrivée d’un bébé sur qui toute l’attention/affection est braquée. Il y a un animal de compagnie qui est toujours nommé de la façon suivante: «chat gris à la fourrure vaporeuse comme du duvet de chardon». C’est plutôt un loup…

La première nouvelle donne son titre au recueil et s’étire sur presque 150 pages. On aurait pu en couper la moitié. La fillette de «La Princesse-Maïs, une histoire d’amour» a 11 ans et est subtilement kidnappée pour un sacrifice inspiré d’une légende amérindienne.

Je me suis ennuyé royalement à lire des phrases comme «Les 101 Dalmatiens, elle passait, Jude, une de ses vieilles vidéos…» Qu’est-ce que ce style à rebrousse-poil? Pourquoi ne pas tout simplement écrire «Jude passait une de ses vieilles vidéos, Les 101 Dalmatiens»?

Toujours dans cette nouvelle qui n’en finit plus, on apprend que composer le 911, c’est «devenir un mendiant… se retrouver nu comme un ver» ou encore voir votre vie ne plus vous appartenir.

Je reconnais que Joyce Carol Oates sait bien brouiller les pistes dès qu’il s’agit d’une enquête. Le coupable est-il un pédophile, un délinquant sexuel, un agresseur d’enfants déjà fiché? Ne cherchez pas si loin, il n’y a pas d’âge minimum pour poser un geste criminel…

Je regrette de dire que la lecture de ces cauchemars n’a pas suscité chez moi «de délicieux frissons», tel que promis par l’éditeur.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Palmes académiques à la dame du ravin

Josette Bouchard Palmes académiques
Josette Bouchard, enseignante d'histoire et de géographie à la Toronto French School
En lire plus...

16 février 2018 à 12h12

Une campagne de sociofinancement pour l’album de Kyris

Affiche de sociofinancement premier album Kyris
Kyris n’en est pas à son premier projet, mais celui-ci, il le fait seul. La semaine dernière, ce chanteur-auteur-compositeur français établi à Toronto a...
En lire plus...

16 février 2018 à 11h00

«On parle comme des enfants analphabètes»

Roxann Guerrette
Les propos d’une étudiante acadienne enflamme le web
En lire plus...

16 février 2018 à 10h00

Maître Alexandre Blanchard

Alexandre Blanchard avocat
Dans la région de Toronto, il y a un grand nombre de juristes d’expression française. Cette semaine, je vous présente Maître Alexandre Blanchard. Depuis...
En lire plus...

16 février 2018 à 9h00

Irrigation sur commande pour réduire la consommation d’eau

Jared Stoochnoff AgInnovation
Il faut beaucoup de travail, et beaucoup d’eau, pour produire des arbres et des arbustes sains pour le secteur des plantes ornementales du Canada....
En lire plus...

16 février 2018 à 7h00

Objectif: une présence constante des langues officielles sur la place publique

Raymond Theberge CLO
La vision du nouveau CLO Raymond Théberge
En lire plus...

15 février 2018 à 10h00

L’épaulard capable d’apprendre des mots

Épaulard
Épaulards, baleines et dauphins utilisent une variété de sons pour communiquer entre eux
En lire plus...

15 février 2018 à 9h00

Le Roundup aussi cancérigène que l’amiante? On le saurait!

colza_Côte-d'Or_Bourgogne, Roundup, glyphosate
Si cet herbicide était aussi dangereux, on en aurait de meilleures preuves
En lire plus...

15 février 2018 à 7h00

Les écoles laïques réclament des règles d’admission «cohérentes» pour les écoles catholiques

Un Valentin qui n'est pas une déclaration d'amour...
En lire plus...

14 février 2018 à 16h24

Une chanson anglo-franco pour la Saint Valentin

Pour écrire Paris Amoureux, Mackenzie Kristjon a fait appel à la comédienne Iris Gardet-Hadengue
En lire plus...

14 février 2018 à 10h31

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur