Le style tordu de Joyce Carol Oates

livre nouvelles
Joyce Carol Oates, La Princesse-Maïs et autres cauchemars, nouvelles traduites de l’anglais par Christine Auché et Catherine Richard, Paris, Édition Philippe Rey, 2017, 382 pages, 44,95 $.
Partagez
Tweetez
Envoyez

L’écrivaine américaine Joyce Carol Oates a publié près de soixante romans ou recueils de nouvelles, dont un Prix Fémina. Le Washington Post a déjà écrit que «lire Oates, c’est comme traverser un champ de mines émotionnel, être secoué au plus profond de soi par de multiples explosions».

C’est peut-être le cas dans certains de ses romans, mais pas dans son dernier recueil de nouvelles intitulé La Princesse-Maïs et autres cauchemars.

Il y a, bien entendu, des textes intéressants, voire palpitants. Deux d’entre eux mettent en scène des frères jumeaux hétérozygotes qui ne peuvent pas se blairer. Dans «Champignon mortel» et «Personnages fossiles», la nouvelliste décrit une parodie d’affection fraternelle. Elle oppose un être rachitique à un monstre athlétique pris au piège d’une relation amour-haine.

La Princesse-Maïs et autres cauchemars
Joyce Carol Oates

Dans la nouvelle «Personne ne connaît mon nom», une fillette réagit mal à l’arrivée d’un bébé sur qui toute l’attention/affection est braquée. Il y a un animal de compagnie qui est toujours nommé de la façon suivante: «chat gris à la fourrure vaporeuse comme du duvet de chardon». C’est plutôt un loup…

La première nouvelle donne son titre au recueil et s’étire sur presque 150 pages. On aurait pu en couper la moitié. La fillette de «La Princesse-Maïs, une histoire d’amour» a 11 ans et est subtilement kidnappée pour un sacrifice inspiré d’une légende amérindienne.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Je me suis ennuyé royalement à lire des phrases comme «Les 101 Dalmatiens, elle passait, Jude, une de ses vieilles vidéos…» Qu’est-ce que ce style à rebrousse-poil? Pourquoi ne pas tout simplement écrire «Jude passait une de ses vieilles vidéos, Les 101 Dalmatiens»?

Toujours dans cette nouvelle qui n’en finit plus, on apprend que composer le 911, c’est «devenir un mendiant… se retrouver nu comme un ver» ou encore voir votre vie ne plus vous appartenir.

Je reconnais que Joyce Carol Oates sait bien brouiller les pistes dès qu’il s’agit d’une enquête. Le coupable est-il un pédophile, un délinquant sexuel, un agresseur d’enfants déjà fiché? Ne cherchez pas si loin, il n’y a pas d’âge minimum pour poser un geste criminel…

Je regrette de dire que la lecture de ces cauchemars n’a pas suscité chez moi «de délicieux frissons», tel que promis par l’éditeur.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur