Le Professionnel au TfT: une triste comédie à découvrir


14 novembre 2006 à 17h09

Du 15 au 19 novembre prochain, le Théâtre français de Toronto accueillera Le Professionnel, une production du Groupe de la Veillée de Montréal mettant en vedette les comédiens Gabriel Arcand et Onil Melançon.

Le Professionnel se déroule aux lendemains de l’effondrement de la Yougoslavie du Maréchal Tito. Il s’agit d’un face à face entre deux ennemis d’autrefois aujourd’hui unis par un sentiment commun de déroute.

La pièce de Dusan Kovacevic a connu un succès retentissant à Belgrade où elle a tenu l’affiche pendant près de 12 ans. La production québécoise, également acclamée lors de sa création en 2005, fait présentement la tournée des grandes villes canadiennes.

«C’est une triste comédie», explique Gabriel Arcand depuis Winnipeg où la pièce fait présentement escale. «C’est la rencontre entre deux types qui ont vécu l’effondrement d’un système politique et qui ont été reclassés dans la société.»

Gabriel Arcand joue le rôle d’un écrivain, ancien dissident aujourd’hui éditeur, qui reçoit un jour à son bureau un visiteur des plus inattendus. L’homme se présente comme un ancien membre de la police secrète, un professionnel qui, pendant 15 ans, a épié les faits et gestes de l’écrivain.

Victime du changement de régime, l’ancien professionnel est aujourd’hui rétrogradé, forcé à devenir chauffeur de taxi. Il a cependant consigné les fruits de ses années de filature dans des livres, mémoires d’une époque en quelque sorte, et vient rendre compte de son travail avant de se retirer.

«On assiste à une mise en abîme du passé qui donne lieu à des situations cocasses, selon Gabriel Arcand, puisque l’écrivain est forcé de revisiter sa vie comme on le ferait au moment de sa mort, et d’avouer des choses qu’il aurait voulu oublier. C’est une rencontre existentielle où le comique côtoie le tragique.»

L’auteur du Professionnel, Dusan Kovacevic, est une figure de proue de la littérature serbe. Kovacevic a signé, en plus de nombreux textes dramatiques, le scénario d’Underground, le film d’Emir Kusturica qui avait reçu la Palme d’or à Cannes en 1995. Dusan Kovacevic décrit Le Professionnel comme «un match nul entre deux victimes de l’enfermement».

«Le régime dictait la vie quotidienne de tous, de rajouter Gabriel Arcand, des dissidents autant que des membres de la police secrète, et il condamnait les gens à leur fonction. Quand le régime est tombé, les gens se sont retrouvés sans références, dans une sorte de no man’s land. Les deux personnages de la pièce ont été également abîmés par le système. Ils ont des destins tragiques; leurs familles les ont abandonnés, l’un des deux est malade…».

Il n’y a donc pas de gagnant dans cet affrontement. «Il n’y a que la rencontre, parfois comique, des deux courants les plus forts des régimes totalitaires: la dissidence et les forces du pouvoir», conclut le comédien.

Gabriel Arcand, l’un des membres fondateurs du Groupe de la Veillée, explique qu’il ne s’agit pas pour autant d’un texte politique. «Le texte n’a pas d’opinion sinon d’être en faveur de la vie humaine au-delà des idéologies.»

Le Groupe de la Veillée et son directeur artistique Téo Spychalski, qui signe également la mise en scène du Professionnel, choisissent d’abord les textes «pour leur qualité dramatique. Le texte de Kovacevic est brillant et dépasse le cadre politique de l’ex-Yougoslavie. La preuve en est que l’on joue en ce moment à St-Boniface devant un auditoire qui n’a pas connu de système totalitaire, mais qui est malgré tout captivé. Le texte a été joué pendant des années à Belgrade. Les représentations ont été arrêtées parce que l’un des comédiens est mort. Je ne sais pas lequel c’était, mais j’aime à penser que c’est l’autre personnage!»

Le Professionnel sera présenté au Théâtre Français de Toronto au Berkeley Street Theatre, salle «upstairs», du 15 au 19 novembre prochain. Billetterie: 416-534-6604.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’identité linguistique canadienne sur les bords de la Tamise

colloque
Parmi les universitaires britanniques spécialistes du Canada, une quinzaine pourraient se dire «québécistes».
En lire plus...

25 septembre 2018 à 7h00

Le Club Richelieu Toronto honore Denis Rioux

Club Richelieu Toronto
Ce dimanche, le Club Richelieu de Toronto rendait hommage à Denis Rioux, désormais ex-président, et célébrait la passation des pouvoirs au nouveau président, Michel...
En lire plus...

24 septembre 2018 à 17h01

Anciens combattants : délais plus long pour les francophones et les femmes

Anciens combattants Canada
Lenteur à répondre aux demandes d’aide médicale des vétérans: 19 semaines pour les demandes en anglais, 52 pour le français!
En lire plus...

24 septembre 2018 à 15h00

CSI : Éléphants

Les braconniers opèrent surtout au Gabon, au Congo et en Tanzanie.
En lire plus...

24 septembre 2018 à 14h00

Proposez des candidatures au 10e Gala Trille Or

Adieu les prix masculin et féminin : le Trille Or «Artiste solo» récompensera le ou la meilleur.e artiste tous genres confondus
En lire plus...

24 septembre 2018 à 12h00

De bouche à oreille, de retour pour une deuxième saison

De bouche à oreille
Nouveauté: des rencontres informelles au Coq of the Walk
En lire plus...

24 septembre 2018 à 10h53

Blague franco-ontarienne

Demain, 25 septembre, sera la Journée des Franco-Ontariens et des Franco-Ontariennes. Ce n’est pas un jour férié, comme la Fête nationale au Québec, mais...
En lire plus...

24 septembre 2018 à 10h23

Des sondes japonaise et américaine vont ramener de la poussière d’astéroïde

astéroïde
De la haute voltige: la semaine dernière, la sonde japonaise Hayabusa 2 s'est approchée de l’astéroïde Ryugu pour larguer deux mini-robots.
En lire plus...

23 septembre 2018 à 13h00

Un trésor à découvrir au Musée des beaux-arts de Montréal

MBAM
Resplendissantes enluminures de livres d’heures au MBAM
En lire plus...

23 septembre 2018 à 11h00

Témoignage aussi déchirant que nécessaire

Jonas Gardell
Au début des années 1980, le sida est considéré comme la maladie des homos, la nouvelle peste, voire la punition de Dieu.
En lire plus...

23 septembre 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur