Le peintre Carl Köhler inspiré par la littérature

Portraits d'auteurs à la bibliothèque Robarts

Les peintures de Carl Köhler: en haut Anaïs Nin et Guillaume Apollinaire, en bas Antonin Artaud et Franz Kafka (détails).

19 janvier 2010 à 14h54

La bibliothèque Robarts, de l’Université de Toronto accueille jusqu’au 14 mars les travaux de Carl Köhler, un artiste suédois passionné de littérature qui a croqué près d’une centaine d’auteurs. Parmi les œuvres exposées à Toronto, on retrouve plusieurs auteurs français renommés tels que Jean Cocteau, François Mauriac ou Guillaume Apollinaire.

Les œuvres de Carl Köhler, 1919-2006, sillonnent le monde grâce à son fils Henry Köhler: «Mon père nous a demandé à moi et à ma sœur de prendre soin de son travail», explique-t-il.

Depuis, Henry Köhler se démène pour faire connaître les œuvres de son père en dehors des frontières de la Suède où l’artiste a reçu plusieurs bourses, surtout dans les dernières années de sa vie où il a été particulièrement productif.

«Mon père aimait beaucoup Paris et la France, il a été inspiré par l’art visuel français et par les figures de la littérature française. Il a étudié à l’Académie de la Grande Chaumière en 1952-1953 où il a réalisé plusieurs dessins».

L’artiste a également passé quelques mois au Canada en 1955 où il a exposé certaines œuvres. En dehors de cela, de son vivant il n’a jamais exposé hors de la Suède.

C’est à présent chose faite puisque ses enfants ont pu, depuis 2006, organiser huit expositions en dehors du pays.

C’est l’intérêt pour la personnalité des auteurs qui a motivé les choix de Carl Köhler. Pour réaliser ses portraits, l’artiste n’a pas rencontré ses sujets en personne, mais s’est inspiré de leurs écrits afin de définir leurs traits de caractère et de choisir, en fonction de cela, la technique qui les refléterait le plus fidèlement.

Ainsi, chaque portait se distingue par la technique utilisée. Réalisés sur des supports variés, ils vont du simple croquis au stylo sur une feuille blanche à des créations plus complexes comme des peintures en relief ou faites de collages.

Selon Henry Köhler, qui précise que son père n’a pas écrit les dates de réalisation de ses portraits, «les portraits des auteurs français ont été réalisés entre 1980 et 2004, excepté pour celui de Guillaume Apollinaire, réalisé sur un journal français des années 1960.»

Le but de son fils est à présent de multiplier les expositions, notamment sur le thème de la littérature auquel tenait beaucoup Carl Köhler. Les portraits d’auteurs ont déjà été exposés à la bibliothèque Centrale de Brooklyn ainsi qu’à la bibliothèque Martin Luther King Jr à Washington et prendront la direction de l’Université de Colombie-Britannique à Vancouver suite à l’exposition de Toronto.

La prochaine étape pour Henry Köhler est de faire en sorte que d’autres peintures et dessins réalisés par son père sur des thèmes différents soient exposés dans des galeries spécialisées.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Ateliers de théâtre

1-1
Amoureux du théâtre bonjour, Vous êtes francophone ou francophile? Ekin Agency Arts offre des ateliers de théâtre intensifs en francais Coprs, espace et voix: – prise de parole en...
En lire plus...

Un jardin de plantes médicinales cérémoniales chez Manuvie

Devant le jardin au QG de Manuvie: le sous-ministre adjointy Shawn Batise;  Peter Wilkinson, vice-président principal des Affaires réglementaires et publiques à la Financière Manuvie; l'ainé Gary Sault de la Première Nation mississauga de New Credit; David Zimmer, le ministre ontarien des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation; la sous-ministre Deborah Richardson.
Réconciliation avec les Premières Nations
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h06

Un «happening» sur l’enracinement de la francophonie à Toronto

Marie-Claire Marcotte et Maxime Robin (Photo:Manuel Verreydt)
Pour les 50 ans du TfT
En lire plus...

16 octobre 2017 à 9h00

Profitez de votre soirée dans Yorkville

Le Heliconian Hall: la seule église en bois encore debout à Toronto.
Avant et après le concert de Benoît LeBlanc au Heliconian
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h55

Lisa Simone: 1000 vies pour atteindre la sérénité

Lisa Simone (Photo: Alexandre Lacombe)
À la place des arts de St. Catharines le 26 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h53

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassetskaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Protéger l’environnement de/pour l’humanité

Plastic China, de Wang Jiuliang
Des films percutants au festival Planet In Focus du 19 au 22 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h50

Les réalisatrices autochtones veulent casser les clichés

Six femmes autochtones du court-métrage Creatura Dada.
18e édition du festival du film autochtone ImagiNATIVE
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h45

L’humoriste préféré des Français revient en anglais

Gad Elmaleh à Los Angeles (Photo: Todd Rosenberg Photography)
Oh My Gad le 11 novembre au théâtre Queen Elizabeth
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h40

Annulation d’Énergie Est: des raisons strictement économiques?

pipeline
Remplacé par Keystone XL: Donald Trump plus proactif que Justin Trudeau.
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h30

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur