Le hockey féminin selon Manon Rhéaume

Conversation sur la place des femmes dans notre sport national

Manon Rhéaume
Partagez
Tweetez
Envoyez

L’Express s’est récemment entretenu avec Manon Rhéaume, médaillée olympique et seule femme a avoir jouée dans la Ligue nationale de hockey. Le hockey féminin est un sujet d’actualité et nous en avons discuté avec elle.

Une autre femme dans la LNH

Celle qui a évolué au niveau professionnel avec les hommes la majeure partie de sa carrière pensait-elle qu’une autre femme serait capable d’égaler son exploit et jouer dans la LNH?

«Absolument! Je pensais qu’après moi il y aurait plus de femmes, ou au moins qu’elles aient une chance. Je pense que la différence entre quand je l’ai fait et maintenant est que maintenant il y a beaucoup plus d’opportunités pour les femmes de jouer à de hauts niveaux.

Dans mon temps, il n’y avait pas d’Olympiques, ils venaient juste de créer l’équipe nationale. À Québec, je ne pouvais pas jouer avec d’autres filles. L’endroit le plus proche était Montréal qui était 2h30 de route de chez moi. Mes options étaient très limitées, donc je jouais avec les garçons.»

 

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Manon Rhéaume, seule femme sur le banc

«Les femmes aujourd’hui peuvent jouer avec d’autres femmes à un niveau compétitif. Je dois dire que le hockey a aussi beaucoup changé depuis. L’équipement est tellement meilleur, l’entraînement qu’ils reçoivent aussi. Tous les joueurs des années 90 vont te dire la même chose. Idem pour l’équipe nationale. Maintenant les filles s’entraînent toute l’année et ça paraît dans leur jeu.»

Hayley Wickenheiser

La Canadienne Hayley Wickenheiser, qui a disputé des matchs professionnels dans une ligue finlandaise, est probablement celle qui aurait pu atteindre la LNH, mais ce n’est jamais arrivé.

Wickenheiser est devenue la 7e femme à être intronisée au Temple de la Renommée du Hockey le 18 novembre dernier. Manon Rhéaume, qui a été coéquipière de Wickenheiser lors des Jeux de Nagano en 1998, avait de bons mots à son égard.

«C’est extraordinaire. Je pense que Hayley est tellement un bon modèle pour plein de filles. Tout ce qu’elle a fait dans le hockey a été exceptionnel. J’étais vraiment très contente pour elle qu’elle soit honorée, et elle mérite amplement d’être là. Toutes les autres femmes qui ont été intronisées à date, elles ont toutes fait quelque chose d’incroyable et sont des modèles.

«Jeune, quand j’ai commencé à jouer, mes modèles étaient les joueurs de la LNH. Je n’avais pas personne d’autre et ces femmes sont devenues des modèles pour les jeunes filles et ont vraiment aidé à faire grandir le hockey féminin.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Hayley Wickenheiser lors de son intronisation

Les femmes plus présentes

Dans les dernières années, nous avons vu un bon nombre de femmes se joindre au rang du personnel de plusieurs équipes de la LNH.

Wickenheiser travaille comme directrice adjointe au développement des joueurs pour les Maple Leafs, Dawn Braid est consultante en patinage pour les Coyotes de l’Arizona et les Flames de Calgary alors que Cammi Granato vient d’être nommée comme recruteur pour la nouvelle équipe d’expansion de Seattle.

Cammi Granato, capitaine d’Équipe USA lors des Jeux olympiques de Nagano en 1998.

«Je pense que c’est un excellent moment pour les femmes fortes du sport qui peuvent amener quelque chose à la LNH. C’est bien d’avoir ces opportunités. Cammi connaît tellement le hockey. Non seulement elle a joué, mais ses frères ont également été dans ce monde.»

«Mon fils a eu la chance de jouer pour un de ses frères à Team USA. C’est vraiment des gens qui ont beaucoup de connaissances, ce sont des personnes de hockey et Cammi peut définitivement apporter beaucoup de bonnes choses positives.»

«Même chose pour Hayley. Elle est une incroyable coach d’habiletés et le fait qu’elle travaille avec les jeunes hommes et partage tout ce qu’elle a appris est excellent. Les joueurs ne l’a voit pas comme «oh c’est une femme qui me coach», ils respectent vraiment son niveau de connaissances.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Aussi, quand tu es dans la quarantaine, c’est le meilleur temps pour ça. Elles sont plus matures. Quand tu arrives à la quarantaine, tu as vécu tellement de choses à cause des enfants et du sport que tu es vraiment dans une bonne place pour être capable de partager ces expériences.»

CWHL, NWHL, PWHPA

Au printemps dernier, la CWHL (Ligue canadienne de hockey féminin) a subitement cessé ses opérations, laissant des centaines de hockeyeuses sans emploi. La PWHPA a été crée et un branle bat de combat est en marche pour rendre la profession de joueur de hockey à temps plein aussi possible pour les femmes.

Dani Rylan (qui a déjà ouvertement nommé Rhéaume comme source d’inspiration) a créé la NWHL il y a quelques années. Cette ligue compte que 5 équipes aux États Unis. Si certaines équipes peuvent profiter d’un support d’équipe de la LNH, certaines équipes (notamment les Sabres et Devils) ont récemment retiré leur appui financier.

Que pouvons-nous faire pour aider le hockey féminin?

Les Toronto Furies contre les Canadiennes de Montréal de la défunte CWHL

«Je pense que si nous voulons du hockey féminin professionnel et avoir les meilleures joueuses dans ces équipes et avoir tout le monde dans la même ligue, avoir le support de la LNH et ses équipes est crucial.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Prenons l’exemple de la WNBA. La ligue est viable grâce à l’appui de la NBA et des équipes individuelles. Sans ce support, c’est vraiment difficile financièrement d’être capable de supporter ça. Si tout le monde se regroupait ensemble, la LNH, Hockey Canada et Hockey USA, je pense que ça serait la meilleure solution.»

L’amour du hockey

Après avoir évolué dans l’univers du hockey toute sa vie, qu’est-ce qui fait que Manon est toujours autant en amour avec ce sport?

«C’est tellement un beau sport. Rapide et qui demande beaucoup d’habiletés. Non seulement vous avez besoin d’habiletés physiques, mais également de force mentale. Vous apprenez beaucoup du hockey. Pour moi, c’est probablement pourquoi j’aime tant ce sport, que je veux que mes enfants en fassent partie et que je veux continuer de promouvoir et faire grandir le sport, parce que je sais que ça te rend une personne différente.»

Manon Rhéaume

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur