Le genre humain pris en filature

Louis-Philippe Hébert, Un homme discret, roman, Montréal, Lévesque éditeur, coll. Réverbération, 2017, 164 pages, 25 $.

Louis-Philippe Hébert, Un homme discret, roman, Montréal, Lévesque éditeur, coll. Réverbération, 2017, 164 pages, 25 $.


26 juin 2017 à 16h05

Avec près de trente livres à son actif, Louis-Philippe Hébert est une voix reconnue dans le paysage littéraire québécois. Il a remporté le Prix du Gouverneur général du Conseil des arts du Canada (2015) avec Marie réparatrice. Son tout dernier roman, Un homme discret, est d’une écriture quasi indiscrète. On y voit le genre humain pris en filature.

Le protagoniste est à la fois Julien Loiselle et Octave Damphousse. Loiselle travaille pour une agence de détectives privés à Québec et Damphousse est la nouvelle identité que se donne ce détective après une explosion à l’aérogare de Bruxelles. Tous les passagers périssent, sauf le Québécois qui était dans les toilettes.

Louis-Philippe Hébert (Photo: Allen McEachern)
Louis-Philippe Hébert (Photo: Allen McEachern)

Loiselle n’avait jamais voulu être un homme (ou une femme). «Il ne voulait pas appartenir au genre humain. Sa vie se résume à une suite d’échecs qui ont réussi. Pour disparaître, pour tourner la page, pour se donner une nouvelle vie, Loiselle doit vampiriser ou amalgamer les êtres humains: homme, femme, bébé, enfant, ado révolté, vieillard calme… «mais toujours indifférent et résigné comme un agonissant».

Le nouvel être, l’Octave Damphousse, élit domicile à Montréal. Il n’a pas vraiment de résidence. C’est un fantôme qui erre dans le Mile End de Montréal. Ancien détective privé, il a préparé sa disparation de Québec et son apparition à Montréal.

Damphousse croit connaître toutes les combines pour échapper à une filature. De nos jours, il est plus facile de «se procurer des faux papiers que des vrais» si on est prêt à payer. N’empêche que l’ex-filateur devient vite le filé.

L’auteur tricote une intrigue qui nous fait parfois sourciller, comme un seul survivant dans une explosion, même pas une égratignure ou une poussière sur ses souliers cirés.

Louis-Philippe Hébert aime jouer sur les mots et truffé son récit de dictons comme «Eau qu’on regarde ne bout pas» ou d’exercices de diction comme «Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes?»

En donnant à son personnage le nom de Loiselle, il s’autorise à faire de petits jeux de mots comme «ton oiseau va s’envoler», «tu te laisses semer par un drôle d’oiseau», «le beau serin» ou «l’oiseau est revenu au bercail».

Et lorsque le protagoniste à une petite voix qui lui parle, le conseille ou le guide; il l’appelle naturellement «Madame Lavoie».

Octave Damphousse souhaite passer comme l’homme invisible, car «l’invisibilité est le meilleur camouflage». Il troque le vide pour le néant. Pour lui, «naître est une illusion» et «mourir, une réalité».

Damphousse ne naît pas avec une explosion, mais plutôt «de l’explosion». Je vous laisse deviner comment il va disparaître…

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Employé a la vente au detail – MEPHISTO

MEPHISTO
La boutique de chaussures « MEPHISTO confort de France » recherche un collaborateur à la vente au 1177  Yonge St à Toronto (centre ville), au Nord de Bloor St Summerhill station...
En lire plus...

Il y en a pour tous les goûts: les concerts gratuits des 23 et 24 septembre

Francophonie en fete
Un véritable tour du monde de la musique francophone
En lire plus...

21 septembre 2017 à 9h11

Les Voix du cœur recherchent de nouveaux talents

Une scène du spectacle des Voix du Coeur au théâtre Bluma Appel en mai 2016.
Le spectacle du printemps portera sur les cinq sens...
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h57

Didier Leclair se dit «écrivain de la marge»

Didier Leclair à la bibliothèque de Toronto le 18 septembre.
Écrire en français hors Québec: tout un défi
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h03

Six Franco-Ontariens à la rencontre d’une Première Nation

Les Franco-Ontariens participent à une cérémonie autochtone.
Au pays des Wahgoshigs
En lire plus...

20 septembre 2017 à 13h31

Nouveau conseil d’administration pour le CFT

Le nouveau conseil d'administration du Centre francophone de Toronto. À gauche: le président Jean-Luc Bernard.
Le CFT a reçu le titre d’«organisation phare» de la part de Centraide/United Way
En lire plus...

19 septembre 2017 à 17h35

Des wraps pour les adeptes de l’alimentation crue

WrapItUpRAW-taco-web-79f4912ff1dacc222fd91b2b6532550aacd9e3fb
La production exige beaucoup de travail, mais la commercialisation se fait en un tour de main.
En lire plus...

19 septembre 2017 à 15h21

Les finalistes du prix Christine-Dumitriu-van-Saanen

Paul-François Sylvestre, Gabriel Osson, Claude Guilmain
Tous Torontois
En lire plus...

19 septembre 2017 à 11h22

Rentrée télé: des champions… et un point de saturation

La série de six épisodes Comment devenir adulte, de Wookie Films (Winnipeg), est diffusée cet automne sur la chaîne Unis. Dans la photo, Rémi, Vanessa, Simon et Bréanne préparent la rentrée au Collège Louis-Riel. (Photo: Wookie Films)
L’offre télévisuelle de l’automne est lancée dans l’inquiétude. Les producteurs se mobilisent pour défendre la clause d’exception culturelle attaquée par Washington dans les pourparlers...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 16h01

Des Gémeaux pour l’Ontario

L’émission Cochon Dingue, réalisée par le Franco-Ontarien Mathieu Pichette (à gauche), a remporté plusieurs prix dimanche  au gala des Gémeaux. Mathieu Pichet, Stéfany Brulier, Julie Lavalée, Sébastien Hurtubise, Carlos Soldevila, Micheline Sylvestre, Pascal Morissette, Pascal Barriault, Marie-Lou Morin. (Photo: Paul Ducharme)
Des producteurs et des artisans franco-ontariens se sont illustrés au gala de la télévision et des médias numériques.
En lire plus...

18 septembre 2017 à 14h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur