L’Acadie fête les 135 ans de son drapeau

En choisissant le tricolore étoilé, le peuple acadien a devancé le Québec et le Canada

Le drapeau acadien. (Photo: Rachelle Richard-Leger, CMA)
Partagez
Tweetez
Envoyez

Un drapeau est une représentation juridique collective. Depuis le 15 février 1965, l’unifolié est le drapeau du Canada. Depuis le 21 janvier 1948, le fleurdelisé est le drapeau du Québec. Et c’est depuis le 15 août 1884 que le tricolore étoilé est le drapeau du peuple acadien.

Cette semaine, les participants au 6e Congrès mondial acadien, qui se déroule jusqu’au 24 août à l’Île-du-Prince-Édouard et au Nouveau-Brunswick, ont salué de plusieurs façons, à Miscouche, le 135e anniversaire de leur drapeau.

La Convention de 1884

L’historien Georges Arsenault a prononcé une causerie sur le thème Tout ce qui peut rendre meilleur notre état comme peuple: la Convention nationale acadienne de 1884. Une exposition sur les Conventions nationales a eu lieu sur le terrain de l’historique église Saint-Jean-Baptiste, de Miscouche.

La Chorale de Mont-Carmel et plusieurs artistes ont fait des présentations à l’intérieur de l’église. Après une cérémonie protocolaire et un spectacle, une parade illuminée a commémoré les ancêtres.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Puis, une formidable présentation son et lumière, projetée sur l’extérieur de l’église, a rappelé le débat de 1884 sur l’adoption du drapeau.

La Convention acadienne de 1884. Détail d’une toile au Musée acadien de Miscouche, IPE. Photo: Nathalie Prézeau

Salué par un navire britannique

Au Musée acadien de l’Île-du-Prince-Édouard, les visiteurs ont pu admirer une exposition permanente, une présentation vidéo grandement appréciée et les superbes peintures de l’artiste Claude Picard: six tableaux des Grandes heures du peuple acadien, réalisés pour les fêtes du 400e anniversaire (1604-2004) de l’Acadie.

Une de ces toiles illustre la situation ironique du 16 août 1884 sur le traversier qui ramenait à la Pointe-du-Chêne (Nouveau-Brunswick) un grand nombre de délégués de la deuxième Convention des Acadiens. Ils ont eu le bonheur de voir flotter au mât du traversier leur drapeau, vieux d’un jour.

Cette initiative entraîne alors le tout premier salut d’une nation étrangère envers le drapeau acadien: un navire détaché de la flotte britannique, mouillé à quelques encablures du quai de Summerside, met ses couleurs au vent, croyant saluer le drapeau de la France.

Or, ce n’était pas le drapeau de la France que l’Angleterre saluait, mais bien celui du peuple acadien qu’elle avait déporté 129 ans auparavant!

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Le navire britannique saluant le drapeau acadien en 1884. Détail d’une toile au Musée acadien de Miscouche, IPE. Photo: Nathalie Prézeau

Pas encore de reconnaissance législative

En 1984,  à l’occasion du 100e anniversaire du drapeau acadien, l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick avait accepté une motion du député Pierre Godin pour que le drapeau acadien flotte sur l’édifice du Parlement, à Fredericton.

Contrairement à l’Ontario qui a adopté la Loi sur l’emblème franco-ontarien, et à l’Alberta qui a adopté en français et en anglais un décret reconnaissant le drapeau franco-albertain, le drapeau acadien ne bénéficie pas encore d’une reconnaissance législative de l’Île-du-Prince-Édouard, du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse.

Les législateurs de ces trois provinces atlantiques voudront sans doute considérer des initiatives à cet égard.

Gravure en bois à l’entrée du Musée acadien de Miscouche, IPE. Photo: Nathalie Prézeau

SNA sans frontières

Le 16 août 1996, à Miscouche, le premier gouverneur général du Canada d’origine acadienne, Roméo LeBlanc, dévoile les armoiries de la SNA, conçues par l’héraldiste Robert Pichette. À cette occasion, la SNA reçoit également de l’Autorité héraldique du Canada la description officielle du drapeau acadien.

Les personnes qui veulent en savoir davantage sur le symbole national acadien liront avec intérêt Histoire du drapeau acadien, de Maurice Basque et André Duguay.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La Société Nationale de l’Acadie (SNA) regroupe les quatre associations francophones porte-parole des provinces de l’Atlantique, ainsi que les quatre associations jeunesse.

La SNA compte également des membres affiliés en Atlantique, au Maine, au Québec, en France et en Louisiane. Son mandat est de représenter le peuple acadien sur les scènes atlantique, nationale et internationale.

Visite au Musée acadien à Miscouche, IPE. Photo: Nathalie Prézeau

Nouvelle LLO

Louise Imbeault, présidente de la SNA, m’a indiqué que leur mémoire sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles (LLO) sera utilisé au cours des prochaines semaines pour sensibiliser les candidats à l’élection fédérale afin qu’ils s’engagent à adopter une nouvelle LLO.

Celle-ci devrait confirmer notamment l’interprétation généreuse qui doit être appliquée en matière de droits linguistiques, telle que décidée par la jurisprudence bien établie de la Cour suprême du Canada.

À lire aussi dans l-express.ca : L’âme du Congrès mondial acadien: les rencontres de familles

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur