La musique va chanter tout l’été

musique, Marc Lalonde
La chronique musicale de Marc Lalonde. Graphisme: Chantal Lalonde
Partagez
Tweetez
Envoyez

Publié 03/07/2024 par Marc Lalonde

Juillet, c’est le mois de la fête du Canada et des festivals de musique à travers le pays. C’est aussi le temps de présenter de nouveaux albums en français.

L’art de raconter des histoires

Cette année, les Franco-Manitobains ont eu plus que la fête du Canada à célébrer. Leur amie Hélène Perreault leur a offert un beau cadeau. Le 1er juillet, l’auteure-compositrice-interprète franco-manitobaine a lancé numériquement son deuxième opus; Nuit sans sommeil.

musique
L’album Nuit sans sommeil, de Hélène Perreault. Photo: musiquelnpmusic.ca

Dès la première plage Rebelles, elle nous offre un bouquet de mélodies, allant de la chanson française au jazz en passant par le blues et le folk. Des changements de tempos et d’orchestrations remarquables nous démontrent une belle évolution dans l’écriture musicale de la Franco-Manitobaine, originaire de Montréal.

Sa plume n’est pas en reste. Elle nous interpelle sur la fierté, les prétentieux ou encore les amours compliqués.

Un moment fort du disque est la reprise de la chanson de Gérard Jean, Histoire d’antan. Hélène Perreault en fait une version sobre, mais tout de même accrocheuse.

Publicité

D’autres bonnes pièces de ce disque sont le folk Ici, sur la fierté du territoire, l’excellent air latino Jet Lag, sur les joies du jetset, ou encore la country folk Poussière verbale. Cette dernière chanson est l’un des meilleurs textes de l’album et porte sur les ouï-dire et les rien-dire.

J’aime bien également l’air pop Minuit moins toi, la musique est signée Hélène Perreault sur un texte magnifique du grand Claude Gauthier.

L’artiste franco-manitobaine nous offre une belle variété au niveau des arrangements et de magnifiques textes qui nous interpellent sur de nombreux sujets. Bref, il s’agit d’un nouveau rendez-vous réussi pour Hélène Perreault.

L’assurance et la maturité au bout des doigts

Quel plaisir de vous présenter le 2e EP d’une artiste exceptionnelle de l’Est de l’Ontario. Tout ça pour moi d’Héloïse Yelle est un petit bijou très captivant lancé à la fin mai.

Publicité
musique
L’album Tout ça pour moi, de Héloïse Yelle. Photo: heloiseyelle.com

La jeune artiste, qui baigne dans la musique depuis sa tendre enfance, possède déjà un curriculum artistique bien rempli. Avec ce microalbum, elle nous invite dans son univers de soul, de blues et de ballade.

Dès la première plage Demande-moi pas de faire semblant, nous sommes séduits par des arrangements de cuivres solides, qui mettent en évidence la voix unique de la chanteuse. Héloïse Yelle démontre toute la puissance et la profondeur de sa voix grâce à deux pièces piano-voix remplies de tendresse.

La jeune interprète franco-ontarienne propose un à-côté plus intimiste avec les chansons Poète du vent et Nos âmes tristes. Ce dernier titre est gage du talent d’une grande chanteuse. L’album se termine sur une version francophone d’un classique du chanteur R&B Bobby Hebb, Sunny.

Tout ça pour moi est une carte de visite qui met en évidence le grand talent et la profondeur de la voix d’Héloïse Yelle: une voix énergique et puissante par moment et douce et réconfortante à d’autres.

Retour sur un Voyage intérieur d’une âme manouche

Christine Tassan que nous avons connue comme guitariste de jazz manouche avec Les Imposteures, nous a invités en 2020 à un Voyage intérieur avec son quintette. Il s’agissait d’un album avec de nouvelles compositions captivantes.

Publicité
musique
L’album Voyage intérieur, du Christine Tassan Quintette. Photo: christinetassan.com

La première chanson, Going to NYC, dans un univers plus cool jazz, met la table pour cet opus. Ça rappelle les sons de John Coltrane, Dave Brubeck et Thelonious Monk: un univers où se côtoie, énergie, nostalgie et mélancolie.

Nous avons droit à de nombreux échanges entre le piano, le saxophone et la guitare, et chacun y va de merveilleux solos de temps à autre. L’album s’écoute du début jusqu’à la fin sans effort tellement la complicité des cinq musiciens est enivrante.

La pièce la plus forte est Frisson d’avril, un tango sur fond de mélancolie tout en douceur. Gypsy Funk sonne plus moderne et offre un groove des plus irrésistibles.

La pièce titre, Voyage intérieur, est exceptionnelle avec son univers profond, paisible et nostalgique. Dans le même créneau, Pleine lune se charge de terminer cet album tout en beauté.

Publicité

Après nous avoir séduits avec son groupe Les Imposteures et cinq albums de jazz manouche, voilà que Christine Tassan dévoile une nouvelle carte. Voyage intérieur est un incontournable pour ceux qui sont à la recherche d’une oasis à la vie stressante.

Tout au long du disque, nous nous laissons promener par des mélodies exceptionnellement bien fignolées.

Auteurs

  • Marc Lalonde

    Chroniqueur musical à Francopresse, le média d’information numérique au service des identités multiples de la francophonie canadienne, qui gère son propre réseau de journalistes et travaille de concert avec Réseau.Presse et ses journaux membres. Marc Lalonde, dit Lalonde des ondes, est animateur de Can-Rock.

  • Francopresse

    Le média d’information numérique au service de la francophonie canadienne, qui travaille de concert avec les journaux membres de Réseau.Presse.

Partagez
Tweetez
Envoyez
Publicité

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur