La mission de Danièle Caloz: «Montrer des réalités sociales»

Partagez
Tweetez
Envoyez

Danièle Caloz, originaire de Suisse, s’est installée au Canada depuis maintenant 40 ans. À la barre de Médiatique, elle a produit de nombreux documentaires historiques ou encore culturels, une approche sociologique sur des sujets passionnants. Après s’être donné cœur et âme à son travail, elle a pris sa retraite il y a environ 5 ans. Parlons plutôt de semi-retraite, puisque Danièle revient sur le devant de la scène avec deux documentaires récemment diffusés à Radio Canada: Mon cœur est comme une bombe et Trois boxeuse canadiennes pour les Olympiques.

«J’ai la volonté de diffuser du francophone en Ontario anglais», explique la productrice. La communauté francophone est implantée partout au Canada. «On offre le point de vue francophone hors Québec. L’idée c’est de montrer des réalités sociales en français.»

Travail sociologique

Ses deux derniers documentaires sont le fruit d’un énorme travail de recherche et d’investigation. Danièle Caloz a enfilé son costume de ‘reporter’ pour produire ces travaux d’une qualité remarquable et d’une profonde teneur sociologique.

Mon cœur est comme une bombe est un documentaire «lourd et délicat sur des meurtres qui ont terriblement choqué la communauté immigrante»: des crimes dits d’honneur commis par des époux, des pères ou des frères contre leurs épouses, leurs filles ou leurs soeurs.

«Au Canada nous sommes très fiers de notre intégration. Alors, quand vous avez des événements comme ça à Toronto, capitale du multiculturalisme, cela ne relève plus du simple fait divers. On se demande qu’est-ce qui est arrivé pour que notre société n’ait pas été capable de prévoir?»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

C’est un sujet qui lui tenait à cœur. «Ça a énormément choqué et c’est après ça que j’ai décidé de commencer à faire de la recherche pour un documentaire», a-t-elle ajouté. Un travail d’enquête prenant, et de longue haleine.

Violences chez les immigrants

«Je me suis rendue compte qu’il y a beaucoup de violences conjugales dans les familles immigrantes. Et j’ai remarqué qu’on condamne trop souvent les hommes sans les aider.» C’est ce que le documentaire semble vouloir crier: c’est bien beau de s’occuper des femmes et des enfants, mais la question est qu’est ce qu’on fait des hommes?

«Des 20 crimes d’honneurs que j’ai répertorié, les hommes coupables de meurtre sont déjà dans un gros état de dépression et sont connus des services hospitaliers», raconte Danièle Caloz.

Elle même issu de l’immigration, elle dit être une documentariste positive: «je n’aime pas parler des scandales et des horreurs sans trouver des solutions».

Le documentaire fait état de deux associations créées pour prévenir les crimes d’honneurs et les empêcher: L’auberge francophone de Toronto et le Muslim Resort Centre For Support Services And Intégration.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Boxe féminine

L’autre documentaire, Trois Boxeuses canadiennes pour les Olympiques, permet de faire redescendre quelque peu l’atmosphère lourde et pesante laissée par le premier.

Aucun rapport avec les Jeux d’hiver de Sotchi, puisque ce court-métrage a été réalisé en 2012: «Radio Canada a décidé de le ressortir pour l’occasion, mais ça n’a aucun rapport initialement », explique Danièle Caloz.

Il s’agit ici d’un documentaire sur les trois meilleures boxeuses canadiennes. Sur ces quatre sportives, deux d’entres-elles sont de l’Ontario. Elles s’appellent Mary Spencer, Mandy Bujold et Sandra Bizier.

Chacune, dans sa catégorie, était le meilleur espoir canadien en boxe féminine pour les Jeux de Londres en juillet 2012.

Rappelons que c’est aussi pour la première fois cette année-là que les boxeuses ont été autorisées à concourir pour les JO. «Ce qui est intéressant c’était de parler du monde de la boxe et puis du monde la boxe côté féminin», raconte la productrice.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le fils rouge du documentaire, c’est ce parcours jusqu’aux Jeux et ce qui nous tient en haleine du début à la fin, c’est de savoir qui des trois boxeuses se fera une place dans l’arène olympique?

Danièle Caloz a d’autres projets en cours de réalisation, notamment un documentaire assez léger sur les concours de talents. «Ce sera un genre de road gala à travers le Canada, une sorte d’école des fans quoi.» À suivre.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur