Juste pour rire débarque à Toronto

Partagez
Tweetez
Envoyez

Gilbert Rozon voit grand, de plus en plus grand. Après avoir lancé une édition du festival Juste pour rire à Nantes en France il y a deux ans, et avoir annoncé en février la tenue du festival à Édimbourg, c’était au tour de Toronto mercredi dernier de recevoir le chantre du rire. Accompagné du maire de Toronto David Miller et du ministre du Tourisme de l’Ontario Jim Bradley, le fondateur et président du Festival Juste pour rire est venu annoncer la tenue d’une édition torontoise du festival, dès cet été.

La formule qui a fait succès à Montréal depuis maintenant 25 ans sera reprise, mais dans une version condensée. En trois jours, du 26 au 28 juillet, le festival proposera six galas d’humour, à raison de deux par soirs, et deux journées de festivités gratuites à l’extérieur, au Dundas Square.

Mais là s’arrêtent les comparaisons. «Nous voulons créer un produit particulier pour Toronto», explique Gilbert Rozon, qui tient à travailler de près avec la communauté torontoise pour créer un événement à son image. «Et de toute façon, se répéter, ce n’est pas intéressant.»

Les discussions entre Juste pour rire et la ville de Toronto avaient débuté il y a environ deux ans, sous l’initiative du maire David Miller. «Après 30 minutes de discussion, il m’a serré la main en me disant qu’on allait le faire!», se souvient M. Rozon.

En conférence de presse mercredi dernier, le maire de Toronto a souligné avec humour que l’arrivée du festival serait l’occasion de démontrer aux autres villes que Toronto est drôle et amusante. «Mais c’est étonnant qu’on doive faire venir des gens de Montréal pour montrer aux autres qu’on est drôle!», a-t-il ajouté un sourire dans la voix.

Dès sa première édition cet été, les organisateurs du festival prévoit accueillir 700 000 festivaliers. «Il y a un très gros potentiel pour Toronto», a souligné le maire en évoquant les 100 millions $ de retombées économiques que le festival crée à Montréal. «L’arrivée de Juste pour rire est un ajout extrêmement positif pour l’activité touristique et culturelle torontoise.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

En plus du festival en tant que tel, les nombreux «produits dérivés» accroîtront le rayonnement de Toronto. On pense notamment aux spectacles enregistrés qui sont ensuite diffusés en ondes au cours de l’année et aux gags qui sont diffusés à la télévision et dans les programmes aériens de nombreuses compagnies d’aviation à travers le monde.

Si tout se passe bien cette année, le festival deviendra fort probablement un événement annuel.

«Nous prévoyons un développement qui s’étendra sur quatre ou cinq ans», explique Gilbert Rozon. Le festival prendra alors de l’ampleur tant au niveau de la durée que de la programmation.

David Miller a d’ailleurs évoqué la possibilité d’ajouter un volet francophone au festival, ce que confirme Gilbert Rozon. «C’est ce qui est prévu, mais on va laisser les choses évoluer tranquillement.»

La programmation complète de l’édition 2007 sera dévoilée au mois de mai. Des têtes d’affiche canadiennes sont évidemment attendues et quelques artistes de l’international viendront également faire leur tour de piste.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur