Journée familiale chaleureuse sous le chapiteau du Collège Boréal

Près de 200 personnes ont fêté la Semaine de la francophonie

Expérience sciences
Les spectacles se succèdent sur la scène TFO pour le plus grand plaisir des enfants.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Bouffe de cirque, clown, stand de maquillage et ballons en forme d’animaux: la première édition de la journée familiale sous le chapiteau du Collège Boréal, ce samedi 24 mars, a réuni petits et grands pour fêter la francophonie.

Chaperonnée depuis 18 ans par le Centre francophone, Boréal a repris le flambeau de l’organisation de la Semaine de la francophonie torontoise cette année: «une opportunité pour la communauté de se retrouver et de vivre sa francophonie», nous dit le directeur du marketing Jean Cotenoir.

On a notamment innové en créant un site web qui permettait à tout à chacun de publier son événement. Un site autogéré «pour et par la communauté», selon Jean Cotnoir.

organisateurs et bénévoles
Loanna Thomaseau-Gbeanou et Jean Cotnoir accompagnés de trois bénévoles.

Rendez-vous annuel

Loanna Thomaseau-Gbeanou, agente de liaison communautaire et coordonnatrice de l’événement, veut faire de la journée familiale un rendez-vous annuel, et même le jumeler avec la journée porte ouverte de Boréal.

L’endroit a été choisi, car il peut se diviser.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Nous avons donc trouvé une scène TFO orchestrée par Serge Paul avec spectacle de magie, prestations de danse africaine de Fumu Jahmez, rencontre avec des animaux…

Un peu plus loin, un coin des organismes francophones, avec leur stand pour informer ou recruter. Nous y avons retrouvé notamment la jeune Fédération tricolore qui prépare son 14 juillet, Glendon, le Centre francophone, le CSC MonAvenir, la librairie Mosaïque, la Société Économique de l’Ontario et d’autres.

Atelier tricot
Tricot et bavardages chaleureux.

Tricot

De la fabrication de masques et de marionnettes à l’atelier tricot, des ateliers pour tous les âges étaient proposés aux quatre coins de l’établissement, situé pour encore deux ans au 3e étage du 1 rue Yonge.

Marie-Antoinette, qui se décrit comme «une vieille mama qui crochette», appartient au club de tricot d’Oasis Centre des femmes. «Nous voulons que les jeunes personnes apprennent à tricoter», nous dit-elle.

Ainsi, cette journée familiale fut une occasion pour les jeunes et moins jeunes de se rencontrer autour d’aiguilles à tricoter, mais avant tout autour de ce qui les unit: la langue française.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur