Jacques Trédille: la passion du mobilier design

La boutique Augustus Jones sur avenue Davies

Cliff Smith et Jacques Trédille, les co-fondateurs de la boutique Augustus Jones.


18 mars 2018 à 12h00

Il est le co-fondateur de la boutique de mobilier design Augustus Jones dans le quartier Queen et Broadview. Si le nom vous dit quelque chose, c’est qu’elle accueille souvent l’enregistrement des émissions de radio Quatrième de couverture d’Anne Forest-Wilson.

Poussez la porte du 33 avenue Davies, vous découvrirez une boutique épurée à laquelle l’oeil ne peut être insensible. À l’arrière, on retrouve Jacques Trédille. Ce Français est arrivé dans les années 80 au Canada, et n’en est jamais reparti.. ou presque.

Il y a 30 ans, ce designer de chaise arrive à Montréal pour un contrat dans une nouvelle enseigne de Roche Bobois. Puis, poussé par sa femme qui veut voir «la face cachée de la lune du Canada… Toronto», il arrive avec toute sa famille dans la Ville Reine.

La boutique Augustus Jones sur avenue Davies

Son coeur balance

Jacques rejoint à Toronto une de ses connaissances du Québec travaillant aussi dans le mobilier. Plus tard, il monte sa propre boîte nommée Kiosque Design sur King Est. Mais là arrive cette crainte de chaque expatrié: le regret de ne pas être en France notamment pour «voir grandir ses petits-enfants».

Il ouvre alors un magasin à Paris, dans le quartier chic du Marais. Mais cette nouvelle expérience n’est pas facile. «C’est une autre mentalité, pas seulement au niveau du travail, mais aussi de l’interaction, comparé à Toronto où l’on croise des gens de toutes couleurs, de toutes religions», confie-t-il à L’Express.

En 2012, il fait son retour au Canada. C’est aussi le moment de sa rencontre avec Cliff Smith, l’autre fondateur de la boutique, Jamaïcain d’origine. «L’un de mes anciens employés nous a mis ensemble, et voilà nous étions mariés professionnellement.»

La boutique Augustus Jones sur avenue Davies

Ouverture à la culture

En décembre 2015, ils mettent au monde la boutique d’Augustus Jones. Ensemble, ils décident de se spécialiser dans ce que Jacques appelle «l’hospitalité»: «tout le mobilier destiné aux restaurants, cafés, bistrots, lobbys d’hôtel… partout où les gens vont boire ou manger».

«Augustus Jones» est le nom d’un fils d’immigrant gallois arrivé au Canada au 19e siècle. «C’est un géomètre qui a dessiné des villes de l’Ontario et s’est marié avec une Amérindienne. Ensemble, ils ont quatre enfants, dont deux de leurs filles sont les premières femmes à rentrer dans une université au Canada.» Ce nom, pour Jacques, a une connotation dans le design, mais est aussi synonyme «d’ouverture de la culture».

Ses inspirations pour créer viennent principalement de l’Europe «essentiellement italien pour l’origine et aussi scandinave bien sûr dans les années 60, car c’est là que le contemporain est né. Mais aussi espagnoles, françaises  et même allemandes.»

L’art de se différencier

Pour lui «la vente se fait dans le détail et les contacts». Ceci peut expliquer la beauté de la boutique, car selon Jacques «les magasins de mobilier contemporains demandent beaucoup d’oxygène, contrairement à un antiquaire».

Alors pour avoir l’air le plus diversifié possible, ils importent de plusieurs pays pour pouvoir apporter un peu d’exotisme afin de se démarquer dans le marché. «On a environ 12 fabricants», précise-t-il. D’ailleurs, Jacques se déplace toujours dans les nouveaux endroits où se trouvent les usines, pour les découvrir.

Un homme impliqué, passionné, pour qui derrière chaque meuble se cache une histoire. «Même un produit super moderne a son passé dans le début de l’ère industrielle.»

La boutique Augustus Jones sur avenue Davies

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un film de Noël franco-ontarien

TV5
Alors que les fêtes de fin d'année approchent à grands pas, toutes les chaînes de télévision diffusent des téléfilms de Noël. Le 18 décembre,...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 15h00

Que célèbre-t-on vraiment le 25 décembre?

On peut fort légitimement se demander ce qu'on célèbre le 25 décembre, tant l'obscurité de la nuit des temps entoure la naissance de Jésus...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 13h00

Cinq coups de cœur de notre chroniqueur

Paul-François Sylvestre
Au cours de l’année 2018, j’ai recensé environ soixante ouvrages pour L’Express. C’est maintenant le moment de vous faire part de mes coups de...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 11h00

Cadeau de Noël inespéré

Michel Peyramaure
Certains romans méritent de sortir de l’oubli et d’être réédités. L’orange de Noël, de Michel Peyramaure, figure parmi ceux-ci.
En lire plus...

16 décembre 2018 à 9h00

Quiz : Daniel Poliquin

Apprenez-en plus sur Daniel Poliquin.
En lire plus...

16 décembre 2018 à 7h00

Jazz manouche de Noël à Oshawa dimanche

Oshawa
Pour vous mettre dans l’ambiance de Noël, le Conseil des organismes francophones de la région de Durham a concocté un après-midi en chanson avec...
En lire plus...

15 décembre 2018 à 15h00

L’Halloween à Noël: une génération de Mummers à Terre-Neuve

Terre-Neuve
Une tradition terre-neuvienne revit depuis 30 ans à St. John’s: des groupes de joyeux lurons costumés s’invitent chez des voisins!
En lire plus...

15 décembre 2018 à 13h00

Aspirine et 7 Up, meilleurs amis du sapin de Noël?

sapin
Mieux vaut se contenter d’arroser généreusement le sapin d’eau du robinet… et rien d’autre !
En lire plus...

Manque de compréhension envers les immigrants handicapés

Fauteuil roulant
Les immigrants ayant un handicap affrontent des défis auxquels les travailleurs sociaux ne font pas assez attention.
En lire plus...

15 décembre 2018 à 9h00

Le Soleil vu d’en haut, c’est désormais possible

Une sonde spatiale européenne vient d’envoyer suffisamment de données pour qu’on puisse extrapoler une image approximative du «pôle nord» de notre étoile.
En lire plus...

15 décembre 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur