Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Beaucoup d'investissements dans l'ntelligence artificielle mais peu d'impacts jusqu'à maintenant. (Photo: Ars Electronica / Flickr)


22 juin 2018 à 7h00

L’intelligence artificielle a beau faire parler d’elle comme jamais auparavant, son impact sur l’économie n’est pas encore apparu sur les écrans radar. Selon une étude en ce sens, on peinerait pour l’instant à mesurer un impact tangible — positif ou négatif — qu’on puisse attribuer à «l’IA», comme une hausse de la productivité ou une diminution des emplois.

Certes, les investissements sont au rendez-vous: selon une évaluation du magazine The Economist parue plus tôt cette année, les fusions et acquisitions d’entreprises liées à l’intelligence artificielle ont été 26 fois plus grandes en 2017 qu’en 2015. Et la progression des capacités ne cesse d’étonner: en matière de reconnaissance d’images par exemple, le taux d’erreurs serait passé à moins de 3% en 2017, contre 29% au début de la décennie.

Emplois et productivité

Mais l’impact que tout le monde craint — des pertes d’emplois — ou espère — une croissance économique grâce à une productivité accrue — tarde à venir, écrivent les deux auteurs, les économistes américains Howard Seamans et Jason Furman: «Les économistes sont généralement enthousiastes à l’égard des perspectives de l’IA pour la croissance économique… Plusieurs croient que l’IA et d’autres formes d’automatisation avancées, incluant robots et capteurs, peuvent être pensées comme une technologie d’usage général, qui permet quantité d’autres innovations conduisant ultimement à une croissance de la productivité. Toutefois, si cette théorie est exacte, se pose alors la question de savoir pourquoi, en dépit des récents progrès technologiques rapides en IA, il n’y a pas (encore) de gains correspondants en productivité.»

Chose certaine, l’autre impact, sur la perte d’emploi, ne s’est pas encore matérialisé lui non plus: aux États-Unis, le taux de chômage diminue systématiquement, de semestre en semestre, depuis plus de six ans, dépassant la plupart des attentes — l’inverse de ce à quoi on se serait attendu si l’intelligence artificielle avait eu un impact tangible, et l’inverse des prévisions les plus pessimistes sur l’impact catastrophique que serait censé avoir l’automatisation.

Trop tôt?

Est-il trop tôt pour percevoir un tel impact? Un chiffre du document de Seamans et Furman donne à réfléchir par sa perspective historique: selon une étude de la London School of Economics parue en 2015, les secteurs regroupés sous le terme «robotique» n’auraient ajouté que 0,4% au PNB de 17 pays, entre 1993 et 2007. Soit à la limite du discernable, et sur une échelle de temps dont on ne dispose pas encore pour évaluer les véritables retombées de l’IA.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les langues officielles ont leur ministère

Mélanie Joly s'occupera aussi de la Francophonie et du Tourisme
En lire plus...

18 juillet 2018 à 17h37

Des portraits d’écrivains qui juxtaposent le réel et le surréaliste

Face à face
Face à face avec Mathieu Laca à la galerie Thompson Landry
En lire plus...

18 juillet 2018 à 12h00

Les araignées utilisent l’électricité de l’air pour voler

Ça intriguait déjà le jeune Darwin
En lire plus...

18 juillet 2018 à 7h00

CAH et le lobby des aînés: FARFO s’parler

Centres d'Accueil Héritage
Prêts pour le «tsunami gris»?
En lire plus...

17 juillet 2018 à 14h24

Une virée à Wasaga Beach

wasaga beach
Des plages qui respirent les vacances et la famille
En lire plus...

17 juillet 2018 à 12h00

Le seuil de l’hypertension est incertain

hypertension
Entre 120 et 140: le chiffre magique
En lire plus...

17 juillet 2018 à 7h00

Succès de la fête torontoise de la Bastille

Wychwood Barns
Un événement annuel redynamisé
En lire plus...

16 juillet 2018 à 12h00

Un capteur contre le dopage technologique

cyclisme
Un capteur détecterait le champ magnétique d’un moteur caché dans un vélo
En lire plus...

Raymond Brousseau nous fait découvrir l’art inuit

Raymond Brousseau
Important don du collectionneur et peintre au MNBAQ
En lire plus...

15 juillet 2018 à 11h00

Quand un écrivain n’est plus cru, il est cuit !

Le premier roman de Claude La Charité s’intitule Le meilleur dernier roman. Ça ne s’applique pas au livre qu’on lit mais plutôt à un...
En lire plus...

15 juillet 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur