Les préjugés sur les accents ont un impact sur notre identité

Nathalie Freynet

Nathalie Freynet, doctorante en psychologie clinique à l'Université d'Ottawa.


8 février 2018 à 19h00

Témoin des cultures régionales, héritage des parents et grands-parents, nos accents sont bien plus que de simples façons de prononcer une langue. Mais qu’advient-il lorsque nos intonations particulières deviennent des barrières dans notre quotidien?

Nathalie Freynet, doctorante en psychologie clinique à l’Université d’Ottawa, observe que les francophones en situation minoritaire au Canada sont parfois discriminés par d’autres francophones à cause de leur accent.

Elle a consacré deux études sur cette forme de stigmatisation encore peu connue du grand public, mais dont les répercussions sur les individus sont réelles, engendrant notamment de «l’insécurité linguistique» poussant à l’assimilation.

D’où tu viens?

«Un accent communique des informations sociales sur une personne. Par exemple, l’accent dit beaucoup sur sa provenance géographique. Et des préjugés y sont rattachés. On aura tendance à attribuer à cette personne certaines caractéristiques.»

Elle travaille actuellement sur une troisième étude sur le sujet.

«Mon étude vise surtout à montrer l’impact de cette stigmatisation. Et s’il y a, par exemple, des conséquences sur le bien-être, l’identité ou encore la confiance langagière de la personne.»

«Pour la première étude, j’avais fait des entrevues avec une quarantaine de francophones. Des gens qui ont le français comme langue maternelle, et d’autres qui ont le français comme langue seconde. De partout au Canada. Je voulais d’abord voir si la stigmatisation des accents dans le cas du français était une réalité.»

Accent «anglais»

Son travail a non seulement mis en lumière que cette forme de discrimination existe bel et bien, mais aussi comment elle se manifeste, et les conséquences personnelles chez les personnes interrogées.

«Les personnes se sentaient comme si leur identité francophone avait été niée, ainsi que leurs aptitudes en français. Un exemple: lorsqu’on parle en français avec un Québécois ou quelqu’un qui parle clairement français, et que la personne passe à l’anglais parce qu’elle juge qu’on ne parle pas assez bien, ou mal, le français. Certains se sont même entendus dire qu’ils étaient anglophones.»

Au cours de ses études, Nathalie Freynet a remarqué que ces idées préconçues liées au langage touchaient principalement les francophones en situation minoritaire et les allophones qui ont le français comme langue seconde.

Identité

Cependant, la chercheuse note que les individus percevaient différemment leur propre accent.

«Les anglophones avaient tendance à dire que leur accent était le reflet de leur identité canadienne. Une identité bilingue. Tandis que pour les francophones, leur manière de parler est liée à leur identité francophone, surtout régionale, par exemple les Franco-Manitobains et les Fransaskois.»

S’ils font face aux mêmes préjugés, allophones et francophones en situation minoritaire ne réagissent pas de la même façon.

«La réponse des francophones est de s’affirmer, et de continuer à parler en français, même lorsque la personne passe à l’anglais. Pour les anglophones, la façon la plus commune de répondre à ces expériences est plutôt d’éviter les situations où ils doivent parler le français.»

Barrières

Ces comportements ont ensuite un impact sur l’identité et le bien-être de ces individus, comme Nathalie Freynet l’a observé.

«Certaines personnes disaient que ça touchait la confiance qu’ils avaient dans leur langue. Ils se sentaient moins francophones. Parce que si on vous dit que vous n’êtes pas francophone, vous pouvez finir par le croire.»

Dans d’autres cas, leur façon de parler va avoir un impact sur leur accès à l’emploi et dans leurs activités sociales.

«Dans le monde du travail, on peut avoir l’impression qu’on se fait fermer des opportunités à cause de son accent. Ou encore qu’on a du mal à connecter avec ses collègues, comme s’il y avait une barrière langagière entre nous. Une impression qu’on retrouve parfois aussi dans nos amitiés. Comme par exemple, recevoir des commentaires implicites sur la façon dont on parle.»

Accent «moins intelligent»

Ce phénomène de discrimination sur la manière de parler le français trouve une résonance dans d’autres études menées à travers le monde.

«Aux États-Unis, des études ont montré que l’accent du Sud du pays est souvent perçu comme un accent moins intelligent, moins capable d’accomplir des choses, mais plus chaleureux. En Angleterre, d’autres études montraient qu’on percevait les personnes avec un accent plus tonique comme plus intelligents.»

À ce jour, le phénomène demeure peu connu du grand public.

«Je pense que ce serait bien qu’il y ait des politiques en place, pour que le public soit plus conscient de l’impact de ces préjugés. C’est normal d’en avoir, mais c’est important de faire prendre conscience aux gens des conséquences que ça peut avoir sur l’identité des autres.»

«Il y a différentes façons de prononcer les mots. Ça ne veut pas forcément dire que les gens sont moins capables de parler français. Ça veut juste dire que ça prend une autre forme.»

«Tout le monde a un accent. On dit parfois que l’accent ne vient pas de la bouche, ou du cœur, mais de l’oreille de celui qui écoute.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La fascination méconnue des impressionnistes pour l’industrie

Jusqu'au mois de mai, le musée des Beaux Arts de l'Ontario (AGO) expose les œuvres d’artistes impressionnistes sur le thème de la Révolution industrielle.
En lire plus...

19 février 2019 à 9h00

Quelle langue parle ce chimpanzé?

S’il est exact que les langages humains obéissent à une série de lois mathématiques, alors le langage des signes et des sons qu’utilisent les...
En lire plus...

19 février 2019 à 7h00

Un avenir dystopique dans un club de boulingrin

Arlen Aguayo-Stewart
Un ancien espace fréquenté par les amateurs de boulingrin (bowling sur gazon), le Clubhouse du nouvel East End Arts Space, dans le parc Riverdale,...
En lire plus...

18 février 2019 à 11h00

Les conseils d’un entrepreneur francophone

Atelier entreprenariat CFT Mois de l'histoire des noirs
Dans le cadre de la journée d’ateliers organisée par le Centre francophone de Toronto pour le Mois de l’histoire des Noirs, samedi 23 février,...
En lire plus...

18 février 2019 à 9h00

Cloner des singes pour étudier les maladies du cerveau

Il s’est écoulé à peine un an entre le premier clonage réussi de singes, et le premier clonage réussi de singes génétiquement modifiés. Où...
En lire plus...

18 février 2019 à 7h00

Haïti : la rage des innocents

Des centaines de visages décomposés par la rage apparaissent sur nos écrans: les visages de milliers de jeunes Haïtiens privés d'espoir. Rien ne les...
En lire plus...

17 février 2019 à 17h30

Sur les traces des aventuriers du 80e parallèle

Norvège Aurélie Resch
Il est près de 22h quand le navire Nordstjernen de la compagnie Hurtigruten franchit le 80e parallèle. Passagers et équipage sont réunis sur le...
En lire plus...

17 février 2019 à 13h00

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur