Hors des sentiers battus de la République Dominicaine

Partagez
Tweetez
Envoyez

Pour la majorité des touristes, la République Dominicaine est synonyme de plages ou centres de villégiature aux noms évocateurs comme Puerto Plata, Punta Cana et La Romana. Mais il y a d’autres facettes à découvrir pour qui se donne la peine d’explorer cet intrigant petit pays à quelque cinq heures de vol de Toronto.

J’ai choisi de m’envoler vers Santo Domingo, capitale de ce pays de 9,5 millions d’habitants. Internet m’avait informé que j’y verrais, entre autres, la plus ancienne cathédrale des Amériques.

Il faut savoir que Christophe Colomb est débarqué sur l’île d’Hispaniola le 5 décembre 1492 et y a établi la première colonie européenne dans le Nouveau Monde. Son fils Diego sera le fondateur de Santo Domingo et c’est lui qui posera la première pierre de la cathédrale en 1514, sous le regard attentif de l’architecte Alonso Rodriguez et de treize spécialistes, spécialement mandatés par le roi d’Espagne.

Cathédrale style Renaissance

Ce n’est qu’en 1546 que le pape 
Paul II consacre la cathédrale. Sa façade de pierre corallienne illustre le style Renaissance espagnol. On y voit le blason impérial de 
Charles V ainsi que les bustes de saint Pierre, de saint Paul et des quatre évangélistes.

L’intérieur est très dénudé et se distingue surtout par ses 14 petites chapelles latérales, dont l’une a abrité les restes de Christophe Colomb jusqu’en 1992, année où sa tombe fut transférée au Phare de Colomb.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

À l’ombre de la cathédrale se dresse le parc Colón. En son centre, une statue en bronze et en granite, sculptée par le Français E. Gilbert, et érigée en 1887, représente Christophe Colomb dans une attitude volontaire et conquérante. C’est à partir de ce parc que s’ouvre la rue El Conde, un mail piétonnier que j’ai arpenté une dizaine de fois pour admirer les nombreux tableaux offerts aux touristes.

Pas de feux de circulation

J’ai surtout exploré le vieux Santo Domingo, appelé Zona Colonial, et j’ai été frappé par le nombre effarant de voitures qui sillonnent ses rues étroites, presque toutes à sens unique.

Chose étrange, je n’ai pas vu un seul feu de circulation et pas une seule bicyclette non plus.

Les embouteillages sont nombreux et la pollution grandissante. J’ai aussi été surpris de constater que Santo Domingo a un quartier chinois. Mon guide m’a informé que les Chinois forment le plus imposant contingent d’immigrants hors de l’île (il y a plus de Haïtiens: ils sont 1,5 millions à traverser la frontière pour trouver du travail à la République Dominicaine).

Scotiabank

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Autre chose surprenante, il y avait une Scotiabank à deux pas de mon hôtel. Depuis qu’on a découvert que la terre Dominicaine est source de soleil et de chaleur, depuis que le tourisme est devenu la première industrie de cette République, les investisseurs américains, allemands, français et canadiens ont envahi l’île.

Le fleuron canadien semble bien être Scotiabank puisqu’on en trouve partout; la succursale dans le quartier chinois est bilingue (espagnol et mandarin).

Excursions coûteuses

Depuis Santo Domingo on peut facilement visiter le Jardin botanique et l’Aquarium national qui sont en banlieue. Il est cependant plus difficile de faire des excursions vers Santiago ou vers les plantations de tabac, riz et cacao. C’était pourtant cela qui m’intéressait.

L’agence Colonial Tour n’a pas pu répondre à mes attentes. Les tours étaient annoncés sur Internet mais il fallait un nombre minimum de clients ou bien payer trois fois le prix.

Heureusement, mon hôtel a trouvé un guide privé (à bon marché) qui m’a d’abord conduit à Santiago. Rodolfo m’a offert une visite à pied du centre-ville et nous nous sommes arrêtés au marché haïtien où on vend vêtements, articles de toilette et bric-à-brac.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

En route, Rodolfo m’explique que les Dominicains ne sont pas tenus de fréquenter l’école, qu’il y a quand même sept universités, dont quatre sont catholiques, que les Pentecôtistes forment le deuxième plus important groupe religieux et que les télécommunications sont la seconde industrie du pays (après le tourisme).

Riz, tabac, oranges, cacao

Deux jours plus tard, Rodolfo me conduit dans la campagne dominicaine. Sur le bord de la route nous voyons d’abord des rizières à perte de vue. Sous un soleil de 29 degrés des Haïtiens répartissent les petits plants sur de vastes étendues inondées.

Nous visitons ensuite une plantation de tabac. On nous explique comment on cultive les plants en serres, puis nous nous rendons dans les champs verdoyants (il y a jusqu’à trois récoltes par année). Les feuilles de tabac ne servent qu’à la fabrication de cigares.

Rodolfo s’arrête le long de la route pour me montrer des vergers d’oranges, des champs de bananiers et des plants d’ananas.

Je veux surtout voir les cacaotiers. Nous nous rendons chez un propriétaire qui en a des centaines. Je vois enfin le fameux fruit, d’abord gros comme un haricot, puis comme une pomme et enficomme un pamplemousse. On le coupe, on en sort les fèves, on les fait rôtir au soleil, on les moud et on obtient la poudre. Mais nulle part ai-je pu acheter une boîte de chocolats!

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

1600 km de plages

Les 9,5 millions de Dominicains occupent deux tiers de l’île, l’autre tiers étant peuplé de 11 millions d’Haïtiens. La République Dominicaine offre 1600 kilomètres de plages, de splendides grottes, une flore et une faune protégées par des parcs nationaux, des coins frais en montagnes et des paysages paisibles. Mais avec un guide on peut découvrir d’autres facettes de ce pays de 48 734 km2 dorés par un soleil ardent douze mois par année.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur