Honneur à neuf artistes de notre théâtre

Le Prix du Centre Wallonie-Bruxelles à la Torontoise Marie-Claire Marcotte

Marie-Claire Marcotte (Photo:  Tim Leyes)

Marie-Claire Marcotte (Photo: Tim Leyes)


13 septembre 2017 à 18h01

La dramaturge Marie-Claire Marcotte, de Toronto, a remporté le Prix 2017 du Centre des Écritures dramatiques Wallonie-Bruxelles, d’une valeur approximative de 12 000 $, qui lui permettra de se rendre à Mariemont, en Belgique, pour y effectuer une résidence d’écriture d’un mois et peut-être terminer sa pièce Flush.

L’auteure de Peau, qui avait remporté au printemps le prix Jeanne Sabourin de Théâtre Action, a déjà reçu plusieurs nominations aux prix Dora (Toronto), Jessie (Vancouver) et SATA (Saskatchewan). Le Prix du Centre de Wallonie-Bruxelles lui a été décerné ce mercredi 13 septembre dans le cadre des Zones théâtrales à Ottawa, lors du 13e gala des Prix d’excellence de la Fondation pour l’avancement du théâtre francophone au Canada.

Marie-Claire Marcotte est diplômée de l’école internationale de comédie à Reggio Emilia en Italie et du programme de théâtre au collège George Brown à Toronto.

La Fondation, créée par l’Association des théâtres francophones du Canada, a décerné neuf prix accompagnés de bourses lors d’une réception au Centre national des Arts. L’évènement était animé par Laura Lussier, comédienne et animatrice, et par Guy Mignault, l’actuel président de la Fondation et récipiendaire du Prix Marcus-Banque Nationale en 2015.

Sarah Migneron, d’Ottawa, y a reçu le Prix national d’excellence RBC pour un artiste émergent, dont la bourse de 8 000 $ lui permettra de développer un projet traitant en deux pièces, une pour enfants et une autre pour adultes, de la dépression post-partum.

Le travail de sept autres artistes de l’Ontario, de l’Ouest et de l’Acadie a été récompensé de prix/bourses de 5000 $:

Caroline Yergeau (Ottawa), Prix Création de l’Ontario, veut développer «un déambulatoire s’inspirant de la frénésie des parcs d’amusement».

Éric Perron (Ottawa), Prix Formation de l’Ontario, poursuivra un projet «rassembleur» en invitant le metteur en scène et comédien Gregory Hlady à offrir une classe de maître à six metteurs en scène de sa région.

Vincent Leblanc-Beaudoin (Vancouver), Prix Power Corporation du Canada, suivra une formation intensive en clown dans un conservatoire bien connu de l’Île Manitoulin, en Ontario.

Anaïs Pellin (Vancouver), Prix Roland Mahé-Banque Nationale, poursuivra un laboratoire de création autour de la pièce de théâtre d’objets Jeux de famille, un spectacle destiné au jeune public qui traite de la séparation d’un couple.

Ludger Beaulieu (Moncton), Prix Banque Nationale, veut effectuer un stage de 9 mois en mise en scène à l’École nationale de théâtre du Canada, à Montréal.

Isabelle Bartkowiak (Moncton), Prix Viola Léger, poursuivra le travail de création pour son projet Conte d’hiver, un spectacle pour l’enfance traitant de la famille monoparentale.

Xavier Lord-Giroux (Frédéricton), Prix spécial Suzanne-Cyr, suivra un stage au sein d’une des deux compagnies membres de l’Association des théâtres francophones du Canada en Acadie.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Grosse fin de septembre franco à Toronto

Jean-Pierre Ferland lance le festival Francophonie en fête le 22. Gabrielle Goulet fête le Jour des Franco-Ontariens le 25. Robert Charlebois est à Markham le 28 et à Toronto le 29. Tifane fait partie de la Nuit africaine le 30.
L’agenda des francophones et des francophiles du Grand Toronto est plein ces deux prochaines semaines: festival Francophonie en Fête, anniversaire du Collège français, Jour...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h22

TIFF 2017: des cris dans les salles obscures

Downrange
Suite à la suppression, pour l’édition 2017 du Festival international du film de Toronto, de deux programmes du festival international de Toronto, dont Vanguard,...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h10

Musique Extravaganza Afro-Caribéenne

elage
À l’image d’un repas gastronomique aux mille et une saveurs, la Nuit Africaine viendra clôturer en beauté une délicieuse 12e édition du festival Francophonie...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h09

Édouard et les maisons de bouteilles

La première maison de bouteilles d’Édouard a été construite en 1980. (Photo: Sandra Dorélas)
Île-du-Prince-Édouard
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h07

Les sucres naturels ne sont pas meilleurs que les sucres raffinés

Ce n’est pas la nature du sucre qui fait la différence, mais bien la quantité totale de sucre qu’on consomme. (Photo: Monika Adamczyk | Dreamstime)
Il y a plusieurs mythes entourant les sucres qui dérangent Catherine Lefebvre. Au point où la nutritionniste a dédié un livre entier à ce...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h02

Un tour du monde de la francophonie à TV5

tv5
25 heures, 23 destinations, 5 continents
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h00

Le rôle très stratégique d’une première ministre

Rachel Notley, présidente du Conseil de la fédération et Première ministre de l'Alberta. (Photo: Connor Mah - https://www.flickr.com)
Tribunaux albertains: on peut employer le français dans les communications verbales... mais pas écrites
En lire plus...

18 septembre 2017 à 9h59

Islamophobie? Non, véritéphobie!

Le président Donald Trump et son épouse Melania avec le roi  Salman et le président égyptien Abdel Fattah Al Sisi. (Photo: Maison-Blanche)
L’État islamique continue de frapper. Que faire?
En lire plus...

18 septembre 2017 à 9h58

Des coffrets pour monter votre propre exposition

Gustav Klimt. Éditions Taschen, 2017, coffret d’affiches (16 tirages sous coffret), 25,4 x 33 cm.
Les éditions Taschen, comme cela ressort des nombreux articles de L’Express qui mentionnent leur nom, se consacrent à la promotion d’œuvres artistiques ou de...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 9h57

La drogue pimente deux romans américains

Elin Hilderbrand, À nous, roman traduit de l’anglais par Perrine Chambon, Paris, Éditions JC Lattès, 2017, 414 pages, 29,95 $. 
David Swinson, La Fille de Kenyon Street, roman traduit de l’anglais par Mireille Vignol, Paris, Éditions Calmann-Lévy, 2017, 354 pages, 29,95 $.
Qu’arrive-t-il quand le testament d’un grand chef cuisinier stipule que ses trois épouses doivent souligner sa mort en répandant ses cendres ensemble et qu’elles...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 9h56

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur