Haïti un an après l’assassinat du président: dans la boue jusqu’aux genoux

On doit faire le premier pas

Haiti
La statue du Marron inconnu érigée en face des ruines du palais présidentiel, à Port-au-Prince. Le «marronnage» constitue l’une des formes de lutte menées par les «esclaves» de Saint-Domingue pour se libérer du joug colonial.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Le 28 juin dernier, l’Ambassade du Canada en Haïti a lancé une «campagne de diversité» sous le thème Valoriser la contribution des Afro-descendants dans le cadre de la Décennie internationale 2015-2024 Personnes d’ascendance africaine – Reconnaissance, justice et développement. (Ouf!)

L’objectif est de «promouvoir les droits humains internationaux, la gouvernance inclusive et la démocratie», a déclaré l’ambassadeur du Canada en Haïti, Sébastien Carrière.

Des pourparlers sont en cours entre le Canada et Haïti dans le but de fournir un accompagnement à la police haïtienne pour freiner l’insécurité handicapante du pays.

Cette campagne de diversité et l’approvisionnement de la police haïtienne sont-elles les solutions appropriées face à la crise haïtienne, qui s’est drastiquement aggravée avec l’assassinat du président Jovenel Moïse le 7 juillet 2021?

Migrations périlleuses

Aujourd’hui 4,5 millions d’Haïtiens sont menacés par la faim dans ce pays de 11 millions de personnes, en raison de l’instabilité politique persistante, l’inflation croissante, les catastrophes naturelles…

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les embarcations clandestines ne cessent d’affluer sur les côtes caribéennes. Les migrants haïtiens fuyant la misère sont victimes de naufrages, de déportations et d’arrestations.

En situation d’irrégularité, chassés dans les pays étrangers, ils font face à d’énormes difficultés.

Climat de terreur

Au cours du deuxième trimestre 2022, le Centre d’analyse et de recherche en droits de l’homme a recensé 326 enlèvements contre rançon, perpétrés par les gangs armés contrôlant le pays.

290 enlèvements d’Haïtiens, 36 étrangers de neuf pays et 15 enlèvements collectifs. Une augmentation de 34.7 % en comparaison avec la même période en 2021.

Les enlèvements visent également le personnel médical. Mettant en péril l’accès aux soins déjà fragilisé dans un contexte de forte violence à la hausse combinée avec la pandémie.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Chômage

Les pompes à essence fonctionnelles sont devenues rarissimes sur le territoire haïtien. On achète le carburant à partir de ventes illicites. Malgré les menaces réelles d’incendies dues à la conservation de ces produits.

Le chômage exacerbé oblige à l’illégalité…

Faillite occidentale

Bien sûr les solutions doivent venir par et pour Haïti.

Toutefois, quand on fait du surplace dans la boue jusqu’aux genoux, on risque de sombrer dans la profondeur du marais. On aura peut-être besoin de la main d’autrui pour éviter de disparaître…

Ceci dit, force est de constater que les institutions haïtiennes, le système des Nations unies, les pays soi-disant amis d’Haïti, ont failli à la tâche.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Enquêtes sans issues

On attend toujours l’aboutissement d’enquêtes nationales et internationales autour de l’assassinat de Jovenel Moïse. Plusieurs institutions et États, personnalités haïtiennes et étrangères, civils et militaires, seraient impliqués.

Depuis un an, entre moult voyages et réunions de planification, transactions et opérations, arrestations et protestations, processus d’extraditions et procédures spécifiques aux juridictions étatiques impliquées, Haïti continue de s’enliser dangereusement.

Protéger la démocratie, vraiment?

La faillite de l’intervention occidentale face à la crise en Haïti révèle à la fois notre incompréhension de la dynamique haïtienne complexe et notre incapacité à négocier la paix entre pairs.

Reconnaissons que la dynamique haïtienne a de multiples facettes historiques, culturelles, sociales, religieuses qui s’entrecroisent au cœur d’un environnement peu connu par la plupart des Occidentaux.

Cependant le Canada se targue de priser la diplomatie pour gérer les conflits. Alors qu’attendons-nous pour entamer le dialogue avec Haïti?

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Sommet des Amériques

Lors du récent Sommet des Amériques, le Canada a réitéré son intention de poursuivre sa promotion de la démocratie relative à la protection des droits humains, droits des femmes, droits des migrants, des Autochtones, LGTBQ, sur l’ensemble du continent des Amériques.

Dans ce sens, le Canada s’est entretenu avec «les dirigeants progressistes de la Barbade, du Bélize, du Chili, de l’Équateur et de la Jamaïque».

«On poursuit notre travail pour éliminer la pauvreté, renforcer la classe moyenne, s’attaquer aux pénuries alimentaires et bâtir des économies réellement équitables», y a affirmé Justin Trudeau.

Si on est capable d’aller à Kiev en pleine guerre…

Toutefois absolument rien n’a été évoqué concernant la crise haïtienne pourtant criante…

Vous me direz qu’un espace de paix en Haïti serait indispensable afin d’assurer la tenue d’un dialogue productif…  C’est possible d’y arriver, on doit commencer quelque part, faire le premier pas…

Si nous sommes capables d’aller à Kiev en pleine guerre, ne pourrions-nous pas réaliser une table de travail de concert avec les Haïtiens à Port-au-Prince? Afin de concrétiser un plan d’action visant l’instauration d’un gouvernement imputable en Haïti, élu par le peuple.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur