Gaétan Gervais et l’expérience historique de l’Ontario français

François-Olivier Dorais, Un historien dans la cité: Gaétan Gervais et l’Ontario français, essai, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, coll. Amérique française, 2016, 268 pages. 39,95 $.


30 janvier 2017 à 18h02

Un des penseurs les plus influents de l’Ontario français a fait l’objet d’une «biographie intellectuelle» intitulée Un historien dans la cité: Gaétan Gervais et l’Ontario français. Cet essai de François-Olivier Dorais demeure un jalon majeur de l’historiographie de l’Ontario français, voire du Canada français.

Gaétan Gervais est né à Sudbury le 10 août 1944. Sa jeunesse laisse la trace du «destin menacé des siens et leur inscription dans la durée». Ses études de maîtrise et de doctorat à l’Université d’Ottawa confirment son intérêt pour «une approche plus scientifique d’appréhender le réel».

Sur le plan historiographique, Gaétan Gervais conjugue à la fois l’avers traditionaliste et le revers scientifique, deux facettes favorables à une étude de la condition canadienne-française.

Assez tôt dans son cheminement, l’historien sudburois soutient que «l’avenir des Franco-Ontariens passe par l’acquisition d’un pouvoir économique». Selon lui, la société franco-ontarienne «doit participer davantage à la société capitaliste nord-américaine et s’y tailler une place de choix».

L’auteur note clairement que le mouvement de la contre-culture des années 1970, si cher aux artistes du Nouvel-Ontario, «marche dans les sentiers battus de la tradition» et que les acteurs de cette mouvance se sont inscrits, «malgré eux, dans la logique du projet de société issu du Canada français».

Pour Gervais, l’identité franco-ontarienne, tout comme l’identité québécoise, ne demeure rien de plus que le prolongement de l’identité canadienne-française, «elle-même le prolongement de l’identité française».

On sait que Gaétan Gervais a activement participé à la création du drapeau franco-ontarien (1975). L’historien n’y voyait pas la confirmation d’une nouvelle identité franco-ontarienne. Il s’agissait plutôt d’en «adapter les contours aux nouvelles réalités sociales et institutionnelles, sans pour autant tourner le dos à la mémoire du Canada français».

Le plus grand mérite de Gervais a été d’établir la recherche historique en milieu franco-ontarien sur de nouvelles assises et de lui donner un nouveau souffle. Cela est manifeste avec la fondation de l’Institut franco-ontarien, la publication de la Revue du Nouvel-Ontario et la collaboration avec l’Ontario Historical Society.

«En contribuant à la création d’institutions et au développement de programmes spécialisés dans ce domaine [histoire des Franco-Ontariens], il a concouru à l’automatisation d’un champ historiographique ancré dans la réalité de sa collectivité et, ce faisant, a été partie prenante d’un mouvement d’affirmation d’une référence identitaire propre à l’Ontario français.»

L’éducation postsecondaire en langue française a été un des principaux chevaux de bataille de Gaétan Gervais, notamment la revendication d’une université unilingue française. Selon lui, lorsqu’une minorité peut poursuivre des études supérieures dans sa langue, elle s’affiche et se développement pleinement «comme une minorité nationale, membre à part entière des deux peuples fondateurs».

La recherche de François-Olivier Dorais examine en profondeur les positionnements épistémologique, idéologique et historiographique de Gaétan Gervais. L’auteur estime que l’historien sudburois «contribue à réactualiser une ambition nationale héritée du Canada français historique, en prenant acte de sa rupture politique (avec le Québec) et institutionnelle (avec l’Église).»

Gaétan Gervais est entré en scène au moment de «la brisure du grand Canada français». L’historien n’a pas cherché à intégrer l’Ontario français «dans l’espace socio-identitaire ontarien et canadien, mais plutôt dans la continuité de son expérience historique», à l’image des Québécois et des Acadiens. Se faisant, Gervais refusait de réduire la culture franco-ontarienne «à celle d’une minorité ethnique pour l’élever au rang de minorité nationale».

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La moitié des Canadiens diminueraient leur consommation de viande

Les Canadiens seraient de plus en plus disposés à délaisser la viande pour se tourner vers des repas aux alternatives végétales.
En lire plus...

19 novembre 2018 à 7h00

L’écriture est toujours une aventure

roman
«Le plus dangereux, c’est pas les cerveaux fêlés qui nous écrivent. C’est ceux qui veulent nous faire taire.»
En lire plus...

18 novembre 2018 à 9h00

Quiz : L’Europe de l’Est

quiz
Ce qu'on appelle l'Europe de l'Est comprend surtout des pays de culture slave.
En lire plus...

18 novembre 2018 à 7h00

Formation en agriculture : le Collège Boréal présent en Haïti

Haïti
Le Collège Boréal est partenaire avec la Fondation Paul Gérin-Lajoie dans un projet pour une socio-économie durable en Haïti.
En lire plus...

17 novembre 2018 à 11h00

Il y a 100 ans, la grippe espagnole frappait la planète

pandemie, épidémie
Saviez-vous que l’on doit la création du ministère fédéral de la Santé à la grippe espagnole?
En lire plus...

17 novembre 2018 à 9h00

Téléphone cellulaire et cancer : pas pire que le hasard

cancer
Une étude aurait apporté «certaines preuves» d’un lien entre le téléphone cellulaire et l’apparition de tumeurs. Mais on n'a pas fait mieux – ou...
En lire plus...

17 novembre 2018 à 7h00

Les Leafs s’en sortent face aux Ducks après un match très serré (2-1)

Les Leafs l'emportent dans la difficulté ce soir face aux Ducks d'Anaheim (2-1). 
En lire plus...

17 novembre 2018 à 0h48

Marché de Noël : trois raisons de s’y rendre!

Alors que les premiers flocons e neige tombaient sur Toronto, le traditionnel Marché de Noel du quartier de la Distillerie ouvrait ses portes avec...
En lire plus...

16 novembre 2018 à 16h30

Le Beaujolais Nouveau est arrivé au Ricarda’s

Ricarda's
La Fédération Tricolore a réuni une centaine de Français, francophones et francophiles autour d'un cassoulet ce jeudi soir au Ricarda's (angle Peter et Front)...
En lire plus...

16 novembre 2018 à 15h36

Un conservatisme anglo régressif, mésadapté, ignorant

Assemblée de la francophonie de l’Ontario
L'Ontario français vient de reculer de 20 ans
En lire plus...

16 novembre 2018 à 13h03

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur