Gaétan Gervais et l’expérience historique de l’Ontario français

François-Olivier Dorais, Un historien dans la cité: Gaétan Gervais et l’Ontario français, essai, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, coll. Amérique française, 2016, 268 pages. 39,95 $.


30 janvier 2017 à 18h02

Un des penseurs les plus influents de l’Ontario français a fait l’objet d’une «biographie intellectuelle» intitulée Un historien dans la cité: Gaétan Gervais et l’Ontario français. Cet essai de François-Olivier Dorais demeure un jalon majeur de l’historiographie de l’Ontario français, voire du Canada français.

Gaétan Gervais est né à Sudbury le 10 août 1944. Sa jeunesse laisse la trace du «destin menacé des siens et leur inscription dans la durée». Ses études de maîtrise et de doctorat à l’Université d’Ottawa confirment son intérêt pour «une approche plus scientifique d’appréhender le réel».

Sur le plan historiographique, Gaétan Gervais conjugue à la fois l’avers traditionaliste et le revers scientifique, deux facettes favorables à une étude de la condition canadienne-française.

Assez tôt dans son cheminement, l’historien sudburois soutient que «l’avenir des Franco-Ontariens passe par l’acquisition d’un pouvoir économique». Selon lui, la société franco-ontarienne «doit participer davantage à la société capitaliste nord-américaine et s’y tailler une place de choix».

L’auteur note clairement que le mouvement de la contre-culture des années 1970, si cher aux artistes du Nouvel-Ontario, «marche dans les sentiers battus de la tradition» et que les acteurs de cette mouvance se sont inscrits, «malgré eux, dans la logique du projet de société issu du Canada français».

Pour Gervais, l’identité franco-ontarienne, tout comme l’identité québécoise, ne demeure rien de plus que le prolongement de l’identité canadienne-française, «elle-même le prolongement de l’identité française».

On sait que Gaétan Gervais a activement participé à la création du drapeau franco-ontarien (1975). L’historien n’y voyait pas la confirmation d’une nouvelle identité franco-ontarienne. Il s’agissait plutôt d’en «adapter les contours aux nouvelles réalités sociales et institutionnelles, sans pour autant tourner le dos à la mémoire du Canada français».

Le plus grand mérite de Gervais a été d’établir la recherche historique en milieu franco-ontarien sur de nouvelles assises et de lui donner un nouveau souffle. Cela est manifeste avec la fondation de l’Institut franco-ontarien, la publication de la Revue du Nouvel-Ontario et la collaboration avec l’Ontario Historical Society.

«En contribuant à la création d’institutions et au développement de programmes spécialisés dans ce domaine [histoire des Franco-Ontariens], il a concouru à l’automatisation d’un champ historiographique ancré dans la réalité de sa collectivité et, ce faisant, a été partie prenante d’un mouvement d’affirmation d’une référence identitaire propre à l’Ontario français.»

L’éducation postsecondaire en langue française a été un des principaux chevaux de bataille de Gaétan Gervais, notamment la revendication d’une université unilingue française. Selon lui, lorsqu’une minorité peut poursuivre des études supérieures dans sa langue, elle s’affiche et se développement pleinement «comme une minorité nationale, membre à part entière des deux peuples fondateurs».

La recherche de François-Olivier Dorais examine en profondeur les positionnements épistémologique, idéologique et historiographique de Gaétan Gervais. L’auteur estime que l’historien sudburois «contribue à réactualiser une ambition nationale héritée du Canada français historique, en prenant acte de sa rupture politique (avec le Québec) et institutionnelle (avec l’Église).»

Gaétan Gervais est entré en scène au moment de «la brisure du grand Canada français». L’historien n’a pas cherché à intégrer l’Ontario français «dans l’espace socio-identitaire ontarien et canadien, mais plutôt dans la continuité de son expérience historique», à l’image des Québécois et des Acadiens. Se faisant, Gervais refusait de réduire la culture franco-ontarienne «à celle d’une minorité ethnique pour l’élever au rang de minorité nationale».

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Comment les écrivains parlent-ils des animaux?

À vos déguisements: l'émission radiophonique littéraire Quatrième de Couverture revient avec le «carnaval des animaux», le 19 janvier prochain à 14h30 au Collège Boréal.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 7h00

10 nominations pour Damien Robitaille au 10e Gala Trille Or

Damien Robitaille est en lice pour le Prix Trille Or de l'«Artiste solo» de l'année et dans neuf autres catégories non genrées de l'APCM,...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 19h31

Contestation judiciaire : les premières demandes de financement sont attendues

Programme de contestation judiciaire
Près de deux ans après la fermeture du Programme d’appui aux droits linguistiques (PADL) et 12 ans après l’abolition du Programme de contestation judiciaire...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 16h00

Haro sur le gaspillage des aliments

Un tiers de la nourriture produite dans le monde finirait à la poubelle. Au Canada, plus de 60% de cette nourriture serait encore consommable....
En lire plus...

15 janvier 2019 à 14h25

La santé mentale dans le domaine de l’emploi: il faut en parler

C’est bien, pour une entreprise, d’avoir une approche définie sur papier pour traiter les problèmes de santé mentale – mais sa mise en pratique...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 9h00

Un mystérieux signal cosmique, c’est bien, mais deux, c’est mieux

Des «sursauts radio rapides» venus des profondeurs du cosmos, mais qui ne durent que quelques millièmes de seconde, c’est déjà intrigant. Mais lorsqu’on en...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 7h00

La débandade des Maple Leafs se poursuit

Les Maple Leafs recevaient la visite de l'Avalanche du Colorado pour la seule fois de la saison lundi soir à l'Aréna Scotiabank. Avant la...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 22h54

1,9 million $ du fédéral pour le «Carrefour» de l’Université

Université de l'Ontario français
La ministre fédérale des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, a annoncé un investissement de 1,9 million $ pour le développement du...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 20h40

L’immigration comme solution pour faire croître la francophonie en Ontario

Plusieurs politiques canadiennes ont été mises de l’avant au cours des dernières années, afin de favoriser l’immigration francophone hors Québec.
En lire plus...

14 janvier 2019 à 9h00

Climat: Radio-Canada échoue à son propre quiz

climat, changements climatiques, réchauffement de la planète
Radio-Canada présente une série de reportages sur des démarches citoyennes et politiques mises de l’avant pour «réduire l’impact écologique de l’activité humaine», accompagnée d'un...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur