Décès de Michel Dupuis, un des créateurs du drapeau franco-ontarien

Michel Dupuis (Photo: Le Voyageur)


12 janvier 2018 à 16h00

La communauté francophone de l’Ontario a appris le 12 janvier que Michel Dupuis, un des créateurs du drapeau franco-ontarien, s’était éteint la veille à l’âge de 62 ans. Son symbole vert et blanc, développé avec Gaétan Gervais en 1975, a été adopté par la communauté franco-ontarienne comme emblème et par le gouvernement de l’Ontario comme drapeau officiel en 2001.

M. Dupuis a été reconnu pour sa contribution en 2012 avec une plaque sur l’Allée des célébrités de North Bay et a été un des récipiendaires de la médaille de Jubilée de la reine Elizabeth II en 2017.

Quelques organismes francophones ont partagé des souvenirs à la mémoire de M. Dupuis avec le journal Le Voyageur.

Michel Pagé, président du Centre culturel Les Compagnons de North Bay

«M. Dupuis, c’est une légende, comme cocréateur du drapeau franco-ontarien. Il a été la source même de notre identité autour de laquelle on se rallie et à la source même de ce qui était à l’origine de la journée du drapeau franco-ontarien, qui est devenue la journée des Franco-Ontariens.

Ce drapeau-là, c’est vraiment un point tournant. Les années 1970 à Sudbury en particulier, a été l’éclosion de toutes les mamans de l’identité franco-ontarienne autour de CANO, de la Nuit sur l’étang, du Théâtre du Nouvel-Ontario et de Prise de parole.

Par contre, ç’a été la création du drapeau qui nous a permis d’avoir un symbole qui nous représente. C’est un symbole qui flotte fièrement maintenant à plusieurs endroits, dans plusieurs villes, certainement au-dessus de toutes nos écoles de langue française et de nos centres culturels. C’est vraiment le symbole qui nous permet de nous unir et de nous identifier comme peuple au sein de l’Ontario et de nous identifier comme peuple fier fondateur francophone; tout ça grâce en partie à M. Dupuis et à son travail.

Il ne faut pas oublier non plus que M. Dupuis, tout au long de sa vie, a travaillé pour la francophonie en Ontario. D’ailleurs, j’ai eu l’occasion de siéger avec lui au conseil d’administration de l’ACFO Nipissing, à l’époque où on avait toujours l’ACFO dans la région. Il est venu siéger dans les dernières années avant que l’ACFO ferme des portes.

Juste ça, ç’a en dit beaucoup, parce que l’ACFO vivait de grandes difficultés et il a accepté de ramasser ce dossier-là et de travailler avec la communauté pour tenter de sauver ce qui était là, à ce moment-là. Il n’a pas pu, mais il s’est donné corps et âme parce qu’il y croyait. Pour moi là, ça dit beaucoup de cet homme-là.»

Joanne Gervais, directrice générale de l’ACFO du grand Sudbury

«Je trouve que Michel est un exemple parfait de tellement de Franco-Ontariens. Il a posé un geste un moment donné, une revendication quelconque, et il a gardé ça secret pendant 20 ans pour que la communauté s’approprie ce geste et cette action concrète. Il n’a pas cherché la gloire ni la renommée. Il a simplement posé le geste parce qu’il pensait que c’était le bon geste à poser au bon moment.

Il a aussi continué à vivre sa vie, à contribuer à la communauté, à défendre les intérêts et se débattre pour la francophonie. C’est un Franco-Ontarien qui a contribué avec un geste particulier qui a causé sa renommée.

Michel Dupuis, c’était un homme dont on parlait souvent. Pour moi, la circonstance est un peu différente, parce que je suis la sœur de Gaétan [Gervais], donc Gaétan en parlait. Pendant plusieurs années, Michel Dupuis était simplement un ami de mon frère, jusqu’à l’âge adulte où je réalise sa contribution à la communauté, étant le premier à hisser le drapeau.

Plus tard, lorsque je suis devenue directrice de l’ACFO du grand Sudbury, c’est là où j’ai vraiment développé une relation avec Michel directement. On se parlait presque tous les ans autour du 25 septembre. Il a souvent participé aux activités de l’ACFO, de levées de drapeau et aux célébrations pour le 25 septembre.

Ça nous fait énormément de peine et on offre nos plus sincères condoléances à tous ses amis, toute sa famille, tous ses proches. Ça va être quelqu’un qui va nous manquer énormément.»

FFdrapeau.jpg

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Palmes académiques à la dame du ravin

Josette Bouchard Palmes académiques
Josette Bouchard, enseignante d'histoire et de géographie à la Toronto French School
En lire plus...

16 février 2018 à 12h12

Une campagne de sociofinancement pour l’album de Kyris

Affiche de sociofinancement premier album Kyris
Kyris n’en est pas à son premier projet, mais celui-ci, il le fait seul. La semaine dernière, ce chanteur-auteur-compositeur français établi à Toronto a...
En lire plus...

16 février 2018 à 11h00

«On parle comme des enfants analphabètes»

Roxann Guerrette
Les propos d’une étudiante acadienne enflamme le web
En lire plus...

16 février 2018 à 10h00

Maître Alexandre Blanchard

Alexandre Blanchard avocat
Dans la région de Toronto, il y a un grand nombre de juristes d’expression française. Cette semaine, je vous présente Maître Alexandre Blanchard. Depuis...
En lire plus...

16 février 2018 à 9h00

Irrigation sur commande pour réduire la consommation d’eau

Jared Stoochnoff AgInnovation
Il faut beaucoup de travail, et beaucoup d’eau, pour produire des arbres et des arbustes sains pour le secteur des plantes ornementales du Canada....
En lire plus...

16 février 2018 à 7h00

Objectif: une présence constante des langues officielles sur la place publique

Raymond Theberge CLO
La vision du nouveau CLO Raymond Théberge
En lire plus...

15 février 2018 à 10h00

L’épaulard capable d’apprendre des mots

Épaulard
Épaulards, baleines et dauphins utilisent une variété de sons pour communiquer entre eux
En lire plus...

15 février 2018 à 9h00

Le Roundup aussi cancérigène que l’amiante? On le saurait!

colza_Côte-d'Or_Bourgogne, Roundup, glyphosate
Si cet herbicide était aussi dangereux, on en aurait de meilleures preuves
En lire plus...

15 février 2018 à 7h00

Les écoles laïques réclament des règles d’admission «cohérentes» pour les écoles catholiques

Un Valentin qui n'est pas une déclaration d'amour...
En lire plus...

14 février 2018 à 16h24

Une chanson anglo-franco pour la Saint Valentin

Pour écrire Paris Amoureux, Mackenzie Kristjon a fait appel à la comédienne Iris Gardet-Hadengue
En lire plus...

14 février 2018 à 10h31

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur