Funérailles nationales pour l’ex-roi Michel en Roumanie

Visite à Toronto en 1992

Le cercueil du roi Michel au palais royal à Bucarest.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Le cercueil contenant la dépouille de l’ancien roi Michel de Roumanie, décédé le 5 décembre en Suisse, à l’âge de 96 ans, est arrivé ce mercredi 13 décembre à l’aéroport de Bucarest pour être mené à son château natal de Peles de Sinaia, puis à l’ancien Palais royal de la capitale.

Des funérailles nationales, auxquelles assistent pratiquement tous les dirigeants et personnalités de l’ancien pays communiste, ainsi que de nombreux dignitaires étrangers, sont prévues sur plusieurs jours. À la suite de cérémonies militaires et religieuses, il sera inhumé dans la nécropole royale du monastère de Curtea de Arges.

Le roi Michel de Roumanie (Photo: Emanuel Stoica, Wikiopedia Commons)
Le roi Michel de Roumanie en 2007. (Photo: Emanuel Stoica, Wikipedia Commons)

Ce membre de la famille Hohenzollern-Sigmaringen, cousin de notre reine Elizabeth II, laisse cinq filles, dont la princesse Margareta qui lui succède à la tête de la maison royale, à qui le gouvernement roumain veut désormais confier quelques fonctions symboliques.

Michel a été roi à deux reprises: une première fois, enfant, entre 1927 et 1930, en l’absence de son père Carol II, revenu prendre sa place sur le trône de 1930 à 1940… l’année des 18 ans de Michel et de l’entrée de l’Union soviétique en Roumanie (dans ce qui est aujourd’hui la Moldavie) engagée dans la guerre aux côtés de l’Allemagne nazie.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Michel était donc sur le trône pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a été forcé d’abdiquer en 1947, revenant quelques fois au pays après la chute du dictateur Nicolae Ceaucescu en 1989, notamment en 1992, accueilli par un million de personnes. Le gouvernement roumain ne lui a toutefois accordé un passeport qu’en 1997.

Il a vécu la plus grande partie de sa vie à Versoix, en Suisse, avec son épouse, Anne de Bourbon-Parme, décédée l’an dernier.

Le couple royal et la princesse Margareta avaient visité Toronto en mars 1992, s’arrêtant notamment au journal L’Express fondé par Jean Mazaré, d’origine roumaine, qui lui a servi d’attaché de presse et qui est présentement à Bucarest pour participer aux funérailles.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur