Fred Pellerin, le conteur enquêteur

Les origines de Saint-Élie-de-Caxton

Fred Pellerin, Un village en trois dés, contes de village, Montréal, Sarrazine Éditions, 2019, 178 pages, 22,95 $.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Le conteur Fred Pellerin n’a plus besoin de présentation tellement sa verve est connue et son Saint-Élie-de-Caxton applaudi.

Dans son tout récent recueil intitulé Un village en trois dés, il nous fait sourire à chaque détour en compagnie du curé Élie, du barbier Méo, de la postière Alice, du forgeron Riopel, du marchand général Toussaint et j’en passe.

Les origines du village

Au point de départ, Fred cherche à savoir exactement quand et comment son village natal a pris forme. Sa visite aux archives municipales ne lui donne pas de réponse puisqu’il y a trois pages déchirées dans les précieuses minutes.

Le conteur devient dès lors enquêteur et chaque piste à explorer devient un scénario coquinement débridé.

Clins d’œil sexuels

Pellerin excelle dans l’art des jeux de mots. Il écrit, par exemple, que «pour être postière, ça prend beaucoup d’adresse» ou encore qu’«on va combattre le mal par la malle!» Et le fournisseur de semences s’appelle évidemment… Baptiste-la-Graine.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

En parlant de la postière, il y a plusieurs clins d’œil sexuels dans ces contes. Alice liche un timbre de la reine Victoria, sans la noyer: «Je lui liche juste le derrière.» Et Pellerin de préciser que, «pour des raisons de sécurité, elle n’avalait pas.» Grivoiserie que le curé condamnerait du haut de la chaire!

Pauvreté ou chasteté

Qu’à cela ne tienne, l’homme de robe fait aussi les frais d’un clin d’œil sexuel. Il questionne le barbier et le forgeron pour savoir comment la veuve a fait pour avoir 100 vaches. La réponse est toujours «on le sait pas».

Élie se rend chez l’intéressée et a «droit à une visite intégrale de la vachère». En cédant sa vache, il atteint la note de 100% sur son vœu de pauvreté. En revanche, «il avait bien perdu quelques plumes dans la colonne de la chasteté».

Imagination et humour

Imagination succulente plus humour savoureux et mots appétissants mettent la table pour un repas où «le hasard, l’illusion, la foi… sont là des clés bien différentes, mais qui travaillent pourtant toutes à ouvrir la même porte».

Dans le service des convives, les plats de réflexions et d’engagements s’entrechoquent gaiement.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur