Expériences gourmandes: mars en Espagne à La Paella

balades gourmandes, La Paella
Le restaurant La Paella, au coin de Queen et Coady dans Leslieville. Photos: Nathalie Prézeau
Partagez
Tweetez
Envoyez

Cette année, je propose au début de chaque mois une bonne adresse gourmande offrant un mets typique, en m’assurant qu’elle offre une balade intéressante aux alentours. On se payait les raviolis de Chine en janvier, et le burger au bison du Canada des Autochtones en février. Pour se réchauffer en attendant le printemps, on tente la paella de… La Paella, dans le quartier Leslieville (1146 rue Queen Est).

La Paella

Ce joli restaurant de quartier n’a pas dérougi depuis le début de la pandémie, grâce à l’une des plus invitantes terrasses abritées et chauffées en ville.

balades gourmandes, La Paella
Le restaurant La Paella, au coin de Queen et Coady dans Leslieville.

Ce n’est pas donné, mais vraiment authentique et beau. Notez que le prix des paellas est valable pour deux personnes (ils en ont plusieurs, dont une végétarienne).

On peut voir les gens s’activer dans la cuisine ouverte. Attention, ils ne prennent les réservations que par téléphone. Et il est préférable d’appeler pour s’assurer qu’ils seront en mesure de préparer une de leurs paellas lors de votre visite.

Il est amusant de déambuler ensuite dans Leslieville, une des sections de Toronto les plus appréciées pour sa vie de quartier.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
balades gourmandes, La Paella
Le restaurant La Paella, au coin de Queen et Coady dans Leslieville.

Winter Stations 2022

En bonus, en mars, on peut admirer les installations extérieures de l’exposition Winter Stations, une nouvelle tradition que la pandémie avait bousculée.

L’édition 2022 se déroule du 21 février au 31 mars sur la plage Woodbine, à 30 minutes de marche du restaurant. On sous-estime le plaisir d’entendre le son des vagues en hiver, surtout par une belle journée ensoleillée.

Mais habillez-vous! Il fait plus froid au bord de l’eau.

balades gourmandes, La Paella
Le restaurant La Paella, au coin de Queen et Coady dans Leslieville.

Les propriétaires de chiens seront contents d’apprendre que leur toutou peut se promener sans laisse sur cette plage jusqu’au 31 mars.

Les intrigantes structures de Winter Stations sont érigées autour des stations de gardien de plage. Il s’agit d’un concours d’architecture (beaucoup plus international avant la pandémie) autour d’un thème. Pour 2022, on a choisi le thème de la résilience.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Réconciliation avec les Premières Nations

En arrivant par le terrain de stationnement de Ashbridges Bay (au bas de l’avenue Coxwell), on arrive du côté ouest de la plage Woodbine, où nous accueille la création d’une équipe de l’Université Guelph (École du design de l’environnemental et du développement rural).

Le cordage orange de cette tour aérée symbolise le Jour national de la vérité et de la réconciliation, et son motif rappelle le tressage des tambours autochtones. Belle entrée en matière pour le thème de la résilience.

Winter Stations
Les cordages oranges rappellent les peuples autochtones.

Résilience face à la pandémie

Ensuite, deux monolithes sévères mais élégants (création d’une équipe de Turquie) puisent dans le rôle isolement/connexion qu’ont joué les écrans durant la pandémie.

Winter Stations
Hommage (?) aux écrans.

Leur voisin, grand cube rouge interactif grâce à ses miroirs judicieusement placés, est une installation de l’Université de Toronto (Département d’architecture, aménagement paysager et design).

Winter Stations
L’installation d’étudiants de l’Université de Toronto.

La création suivante, amusante pour les photographes, compare la résilience des abeilles en hiver à celle qu’il nous a fallu adopter durant la crise sanitaire, réduisant nos activités pour assurer notre survie. L’oeuvre est d’un duo canadien.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Winter Stations
Des abeilles en hiver… comme les Canadiens en pandémie.

Des serviettes de plage dans du ciment

Enfin, une pièce de résistance d’une équipe de l’Université Ryerson (Département de sciences architecturales). Ce pavillon est véritablement ingénieux. Il est non seulement fort esthétique, il joue avec la nature de l’événement, ancré sur la plage.

Ses créateurs ludiques ont choisi de tremper des serviettes de plage dans du ciment pour ensuite les façonner à leur goût.

Winter Stations
Des serviettes de plage dans du ciment. La Winter Station d’étudiants l’Université Ryerson.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur