Étudiants en médecine et «influenceurs» sur Instagram?

Promotion de suppléments, aliments, cosmétiques ou vêtements


6 décembre 2018 à 9h00

Des étudiants en médecine qui deviennent des influenceurs sur Instagram. Une bonne nouvelle pour la vulgarisation scientifique? Pas s’ils tombent dans le même piège que bien des influenceurs, celui de la publicité plus ou moins cachée.

Chaque pays a ses médecins qui sont devenus, par le biais de la radio ou de la télé, des vulgarisateurs connus, voire des célébrités. Dès les années 2000, plusieurs d’entre eux ont investi avec succès l’univers des blogues. Ce n’était donc qu’une question de temps avant que la jeune génération ne découvre Instagram.

Éthique douteuse

Mais dans un billet récemment publié par le magazine Slate, l’étudiant en médecine Vishal Khetpal s’inquiète du nombre «croissant» de ses confrères et consœurs qui choisissent d’arrondir leurs fins de mois en endossant des produits sur Instagram — un phénomène courant chez les «instagrammeurs», mais qu’on avait jusqu’ici l’habitude de voir associé à des produits de beauté ou à des repas au restaurant.

Promotion de suppléments de protéine par un étudiant en médecine.

C’est ainsi qu’au milieu de photos de salles de cours ou de selfies pris juste avant une chirurgie, on trouve ce qui s’apparente à des publicités (présentées ou non comme telles) de livres médicaux ou de vêtements, mais aussi, ce qui semble éthiquement beaucoup plus douteux, de suppléments protéinés ou d’aliments censés venir en aide «à l’étudiant de 3e année».

Écoles vigilantes

«Je peux certainement partager l’impulsion de s’associer à une compagnie pour annoncer ses produits: les études de médecine sont coûteuses. Mais les compagnies ciblent ces personnes très certainement parce qu’elles savent que les étudiants en médecine peuvent offrir un vernis d’objectivité à leurs produits.»

Le site «Med School Chic» d’une étudiante en médecine.

La plus populaire des étudiantes instagrammeuses — plus de 60 000 abonnés — se présente comme «étudiante en médecine et influenceuse en mode et beauté».

Réagissant à ce texte sur Twitter, l’urgentologue Jeremy Faust, de l’Université Harvard — et aussi blogueur — en appelle aux écoles de médecine: devraient-elles se doter «de politiques internes à ce sujet (comme de les interdire, mais je suis ouvert à d’autres arguments)».

Promotion de montres et lunettes de soleil par un étudiant en médecine.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Cinq flûtes des cinq continents

North Wind Concerts
Alison Melville est à la tête du projet de concert Encircling the World: Flutes qui sera présenté le dimanche 2 mars à 19h30 au...
En lire plus...

22 février 2019 à 7h00

Troisième revers consécutif pour les Maple Leafs

Les Maple Leafs de Toronto étaient de retour à domicile après un long voyage de 6 parties à l'étranger. Pour l'occasion ils recevaient la...
En lire plus...

21 février 2019 à 22h30

17 255 écrivains canadiens se partagent 12 282 712 $

écrivains
Depuis 30 ans, le programme du Droit de prêt public (DPP) verse aux écrivains canadiens une somme d’argent en reconnaissance de l’utilisation de leurs...
En lire plus...

21 février 2019 à 17h00

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur