Être bilingue n’empêche pas de choisir sa langue en Cour

L'édifice de l'Industrielle Alliance à Toronto.


15 mai 2017 à 11h26

Les droits constitutionnels et quasi constitutionnels des témoins et de l’avocat en matière de langues officielles ont-ils été enfreints au cours d’une audience devant la Cour canadienne de l’impôt, lorsque le juge a voulu se montrer «pragmatique» en considérant que, puisque les intervenants étaient bilingues ou un peu bilingues, on pouvait procéder sans interprétation, tantôt en anglais, tantôt en français?

Le juge Richard Boivin, de la Cour d’appel fédérale, a tranché dans l’affirmative, avec l’accord de ses collègues, la juge Johanne Gauthier et le juge Yves de Montigny, dans ses motifs du jugement, rendus le 20 avril dernier dans le dossier Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. c. Mazraani, 2017 CAF 80.

Le juge Boivin écrit: «les efforts du juge qui visait à se montrer ‘pragmatique’, pour éviter de lever la séance et d’obtenir des services d’interprétation, ont donné lieu à la violation non seulement des droits en matière de langues officielles de Me Turgeon et des témoins, mais également de ceux de M. Mazraani. Il n’était tout simplement pas loisible au juge de transiger sur les droits en matière de langues officielles de tous les participants à l’instance. En ne s’acquittant pas de son obligation de veiller à la protection des droits en matière de langues officielles en l’espèce, le juge a causé la violation de ces droits… Le pragmatisme ne l’emporte pas sur l’obligation de respecter les droits en matière de langues officielles de tous au cours de l’instruction des instances judiciaires.»

Compte tenu de la violation des droits linguistiques de l’avocat francophone et des témoins francophones de la compagnie, ainsi que des droits linguistiques du contribuable anglophone, l’appel de la décision a été accueilli, le jugement de première instance a été annulé et l’affaire a été renvoyée à la Cour canadienne de l’impôt pour qu’elle ordonne la tenue d’une nouvelle audience, présidée par un autre juge.

Né à Montréal, le juge Richard Boivin a étudié au Collège de Montréal (Louis Riel a aussi étudié à ce collège), à l’Université de Montréal, Min. Hist. (1985), à l’Université d’Ottawa, LL.L (1988), B.A. (1990), LL.M. (1995) et à l’Université de Londres, LL.M. (1991) (King’s College).

L’Industrielle Alliance, Assurance et services financiers Inc. est une société d’assurances de personnes dont le siège social est établi dans la ville de Québec. Fondée en 1892, l’Industrielle Alliance (iA Groupe financier) fête cette année ses 125 ans. Elle offre des produits d’assurance vie et maladie, d’épargne et de retraite (REER, CELI, etc.), de fonds distincts et de fonds communs de placement, de valeurs mobilières, d’assurance auto et habitation, de prêts hypothécaires et de prêts autos, ainsi que d’autres produits et services financiers.

Inscrite en bourse, la société se classe parmi les plus grandes compagnies d’assurance au Canada: elle administre plus de 109,5 milliards $, compte plus de 4 millions de clients et a plus de 5000 employés. Son réseau compte plus de 25 000 conseillers. Ayant obtenu de la Cour d’appel fédérale, le respect de ses droits linguistiques ainsi que de ceux de la partie adverse, l’Industrielle Alliance, Assurance et services financiers Inc. est maintenant en position de s’interroger si elle respecte les droits linguistiques des membres de la communauté franco-ontarienne.

Un nom en français et un nom en anglais mais affichage seulement en anglais

Au volet français du site de la Commission des services financiers de l’Ontario, on peut constater que Industrielle Alliance, Assurance et services financiers Inc. est inscrite sous son nom français. Tel n’est toutefois pas le cas dans l’affichage extérieur de son édifice situé au cœur de la métropole canadienne: seule la version anglaise de son nom apparaît sur la façade du 522, rue University, à Toronto.

On peut présumer que la décision de s’afficher seulement dans la langue de la majorité linguistique a été prise à l’époque où les tribunaux de l’Ontario (dont la Cour supérieure de justice, la Cour des successions et la Cour d’appel qui sont situées à quelques pas de l’édifice du 522, rue University ) n’étaient pas bilingues.

Maintenant que le français et l’anglais sont les deux langues officielles de nos tribunaux et compte tenu que les sociétés ont le droit de s’afficher dans la ou les langues officielles de leur choix, la direction de iA Groupe financier voudra sans doute profiter d’une éventuelle mise à jour de sa publicité extérieure pour y ajouter son nom d’affaires en français.

Le cas échéant, cela pourrait alors inciter les autres sociétés canadiennes-françaises (Banque nationale du Canada, Desjardins…) établies à Toronto à s’afficher également dans les deux langues officielles.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Quiz: Téléséries des années 1950 et 1960

quiz
Testez vos connaissances sur des téléséries des années 1950 et 1960
En lire plus...

21 octobre 2018 à 7h00

Élections municipales: pourquoi un tel désamour ?

vote
Malgré l’influence directe de la politique municipale sur le quotidien des citoyens, les taux d’abstention aux élections municipales sont élevés. Des politologues et observateurs...
En lire plus...

20 octobre 2018 à 14h30

Les nouvelles technologies ont-elles raison de votre cou ?

cervicalgies
Avec près de 5 milliards de détenteurs de smartphones et un temps de navigation quotidien estimé à 6 heures, vous n’êtes probablement pas épargnés...
En lire plus...

20 octobre 2018 à 11h00

Les vins Fino et Amontillado: deux xérès secs à découvrir

vins
L’image des aïeux buvant le xérès dans de petites coupes s’avère tenace. Comme si les générations plus jeunes se dissociaient de ce modèle. Le...
En lire plus...

20 octobre 2018 à 8h00

Les Archives publiques de l’Ontario, centre historique de la province

Archives publiques de l'Ontario
Fondées en 1903 à Toronto, les Archives publiques de l'Ontario rassemblent des milliers de documents retraçant l'histoire de la province.
En lire plus...

19 octobre 2018 à 16h00

Blaise Ndala, écrivain-éponge de son temps

Blaise Ndala et Gabriel Osson
Le romancier Blaise Ndala, originaire d'Ottawa, a lancé la série Croisée des mots, jeudi soir, à la Bibliothèque publique de Toronto. La rencontre littéraire...
En lire plus...

19 octobre 2018 à 12h30

ApéroChic fête ses sept ans avec Zadig et Voltaire

ApéroChic
Le 23 Octobre, ApéroChic célébrera ses sept années d'existence lors d'une soirée au Bisha Hôtel. L'Express a rencontré les fondatrices de ce concept.
En lire plus...

19 octobre 2018 à 11h00

Non, l’immigration n’est pas en croissance rapide

immigration foule
L’immigration est devenue un enjeu électoral dans plusieurs pays, voire une obsession pour certains gouvernements. Pourtant, une recherche quantitative permet d'entrer en contradiction avec...
En lire plus...

19 octobre 2018 à 7h00

Les Leafs chutent à domicile face aux Penguins de Pittsburgh (3-0)

Leafs
Les Maple Leafs ont été battus ce soir par les Penguins de Pittsburgh sur le score de 3-0. L'Express était présent à l'Arena Scotiabank.
En lire plus...

18 octobre 2018 à 21h37

Quel déguisement choisir pour l’Halloween ?

maquillage de vampires
Alors que l'Halloween approche à grand pas, vous n'avez surement pas encore décidé comment vous déguiser. L'Express est là pour vous aider.
En lire plus...

18 octobre 2018 à 17h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur