Louis Riel: de l’opéra aux droits linguistiques

Louis Riel COC

8 mai 2017 à 10h35

Les actions et omissions des gouvernements ont fait et continuent de faire en sorte que Louis Riel ne sera jamais oublié.

Les revendications linguistiques que les Métis ont présenté à la Couronne, avant que le Canada de 1867 acquiert les terres à l’Ouest de l’Ontario, continuent d’être l’objet de discussions de nos jours. Le bilinguisme législatif et judiciaire n’est pas à la hauteur de ce qu’il devrait être dans bien des régions du pays, notamment en Alberta.

Le mois dernier, L’Express a publié l’excellent texte de Janine Messadié Inoubliable Louis Riel. J’espère que cela vous a convaincus d’assister à une représentation de cet opéra.

La dernière représentation à Toronto de l’opéra Louis Riel aura lieu le 13 mai prochain. Deux représentations auront lieu à Ottawa au Centre national des arts, le 15 et le 17 juin. En juillet et août, Louis Riel sera au Grand Théâtre, à Québec, dans le cadre du Festival d’opéra de Québec, le 30 juillet et les 1er et 3 août. Pour le moment, il n’y a pas de représentations prévues à Montréal, à Regina, ni en Alberta.

Je vous recommande la lecture de l’article de Jean-François Nadeau publié le 29 avril dernier dans le quotidien Le Devoir. Les personnes qui aimeraient lire les textes du programme de l’opéra peuvent le faire au site de l’Opéra.

Une retombée positive de cet opéra sera sans doute d’encourager les Canadiens à connaître davantage une partie de notre histoire. Saviez-vous que le premier des premiers ministres du Manitoba était le Franco-Manitobain Marc-Amable Girard, qui a aussi été membre du Sénat du Canada? Il est souvent intervenu publiquement pour réclamer justice pour les francophones, notamment le 27 mai 1891.

Son successeur, le sénateur Thomas-Alfred Bernier a poursuivi le même combat qui a été continué depuis par tant de militants.

Les lecteurs de cette chronique connaissent les nuances de la rédaction législative. Examinons donc un exemple lié au bilinguisme judiciaire.

En 2009, dans les dossiers Pooran et Marquis, la Couronne et la défense sont d’accord pour obtenir de la Cour une clarification des droits linguistiques des accusés. La Couronne plaide alors que les justiciables ont le droit d’utiliser le français devant le tribunal mais pas le droit d’être compris dans cette langue par le tribunal.

À la quatrième journée d’audience, le 24 juin 2010, la juge Anne Brown, de la Cour provinciale de l’Alberta, se dit inquiète du fait que la Couronne ne suit pas la jurisprudence bien établie de la Cour suprême en matière de droits linguistiques.

Aux pages 60 à 63 de la transcription de l’audience du 24 juin 2010, on peut lire que l’avocate de la Couronne répond qu’en Alberta, l’interprétation des droits linguistiques est une question politique et non judiciaire, et que c’est l’Assemblée législative qui décide et non la Cour suprême.

Cette position explique sans doute pourquoi, à la suite de la défaite du 5 mai 2015 du gouvernement conservateur albertain, un grand nombre de juristes et de justiciables s’attendaient à une évolution positive de la position plaidée par la Couronne dans les dossiers de droits linguistiques. Malheureusement, c’est plutôt le contraire qui est arrivé.

Le 15 mai 2015, dans le dossier Paquette, lorsque la Couronne indique son opposition au dépôt de documents en français, la juge Kristine Eidsvik, de la Cour du Banc de la Reine, se dit surprise de cette position puisqu’auparavant, la Couronne ne s’était pas opposée au dépôt de documents en français dans des causes qu’elle entendait. Elle se demande à quel moment et pourquoi la position de la Couronne a changé à ce sujet.

Elle indique que le nouveau gouvernement va peut-être réviser cette position de la Couronne pour le meilleur ou pour le pire. Elle autorise le dépôt de documents en français et le dossier est ajourné.

Quelques mois plus tard, la Défense demande si l’intention de la première ministre de l’Alberta de créer une province plus inclusive, en améliorant l’accès à la justice et en facilitant les services juridiques en français, a un impact sur la position plaidée par la Couronne. L’avocat de la Couronne informe alors la juge Eidsvik qu’il n’a pas reçu de nouvelles instructions et que, de toutes façons, cela ne fait pas partie de son mandat.

Pourquoi rappeler cela aujourd’hui? Parce que, le mois prochain, le gouvernement de l’Alberta va énoncer sa politique sur les services en français. On devrait alors savoir si la langue française va continuer d’être traitée comme une langue inférieure par rapport à la langue anglaise ou si le français et l’anglais sont les deux langues des tribunaux de l’Alberta. L’histoire va donc continuer de s’écrire.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Employé a la vente au detail – MEPHISTO

MEPHISTO
La boutique de chaussures « MEPHISTO confort de France » recherche un collaborateur à la vente au 1177  Yonge St à Toronto (centre ville), au Nord de Bloor St Summerhill station...
En lire plus...

Lave-auto Mobile Léandre Rossignol

preview1
Chez Lave-Auto Mobile Léandre Rossignol, votre voiture c’est notre passion. Que ce soit pour un lavage intérieur, extérieur, pour un cirage ou pour un reconditionnement de peinture, nous nous...
En lire plus...

HP ELITEBOOK 8460P I5-2540M 2.60GHZ USB 3.0 WEBCAM WIN 10 FR

IMG_7651
– Hp elitebook 8460p – Processeur intel core i5-2540M – 2.60ghz max 3.30ghz – Moniteur 14.1’’ – 4gb ram mémoire – 320gb HDD disque dur – Licence WINDOWS 7...
En lire plus...

Les Voix du cœur recherchent de nouveaux talents

Une scène du spectacle des Voix du Coeur au théâtre Bluma Appel en mai 2016.
Le spectacle du printemps portera sur les cinq sens...
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h57

Didier Leclair se dit «écrivain de la marge»

Didier Leclair à la bibliothèque de Toronto le 18 septembre.
Écrire en français hors Québec: tout un défi
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h03

Six Franco-Ontariens à la rencontre d’une Première Nation

Les Franco-Ontariens participent à une cérémonie autochtone.
Au pays des Wahgoshigs
En lire plus...

20 septembre 2017 à 13h31

Nouveau conseil d’administration pour le CFT

Le nouveau conseil d'administration du Centre francophone de Toronto. À gauche: le président Jean-Luc Bernard.
Le CFT a reçu le titre d’«organisation phare» de la part de Centraide/United Way
En lire plus...

19 septembre 2017 à 17h35

Des wraps pour les adeptes de l’alimentation crue

WrapItUpRAW-taco-web-79f4912ff1dacc222fd91b2b6532550aacd9e3fb
La production exige beaucoup de travail, mais la commercialisation se fait en un tour de main.
En lire plus...

19 septembre 2017 à 15h21

Les finalistes du prix Christine-Dumitriu-van-Saanen

Paul-François Sylvestre, Gabriel Osson, Claude Guilmain
Tous Torontois
En lire plus...

19 septembre 2017 à 11h22

Rentrée télé: des champions… et un point de saturation

La série de six épisodes Comment devenir adulte, de Wookie Films (Winnipeg), est diffusée cet automne sur la chaîne Unis. Dans la photo, Rémi, Vanessa, Simon et Bréanne préparent la rentrée au Collège Louis-Riel. (Photo: Wookie Films)
L’offre télévisuelle de l’automne est lancée dans l’inquiétude. Les producteurs se mobilisent pour défendre la clause d’exception culturelle attaquée par Washington dans les pourparlers...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 16h01

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur