Errer entre deux mondes

Guy Bélizaire, À l’ombre des érables et des palmiers, nouvelles, Ottawa, Éditions L’Interligne, coll. Vertiges, 2018, 122, pages, 19,95 $.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Guy Bélizaire vient de publier À l’ombre des érables et des palmiers, un recueil de nouvelles dont certaines sont écrites au « je ».

Est-ce une entreprise autobiographique où le filon de chaque histoire puise dans le vécu de l’auteur? On pourrait le croire puisque Guy Bélizaire est né à Cap-Haïtien, comme plusieurs des personnages qu’il met en scène dans ses nouvelles.

Le titre, fort bien choisi et finement ciselé, évoque l’exil, la fuite de l’île haïtienne vers un coin du Canada, le plus souvent Montréal. Il est très souvent question de discrimination, d’injustice, de racisme, de déracinement et de pauvreté. Il faut «envoyer un peu plus d’argent là-bas où on la croyait riche et heureuse», ce qui est rarement le cas.

Cafard

Il y a quelques histoires moins tristes, voire heureuses, mais qui ont presque toujours une fin sombre. Le succès d’un immigrant devenu médecin est assombri par un mauvais souvenir d’enfance; il finit par avoir «dans le cœur plus de pitié que de rancœur».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les personnages des quatorze nouvelles du recueil sont le plus souvent aux prises avec un cafard, voire avec des réelles difficultés. Un homme bienveillant est traité de voleur parce qu’il est… Noir. Un employé se fait vertement apostrophé en ces termes: «S’il y a quelqu’un de trop ici, c’est bien toi; personne ne t’a fait venir et si t’es pas content, tu n’as qu’à retourner d’où tu viens.»

Misère

La réalité décrite dans ces histoires élégamment racontées se résume à «la misère des gens qui ont quitté leurs pays à la recherche du paradis».

Tel que signalé plus haut, le ton du recueil demeure sombre. L’auteur sait résumer tout un parcours dans une phrase lapidaire comme «ça sert à quoi de vouloir atteindre le ciel quand tu ne sais même pas voler?» Aznavour avait-il raison de chanter que «la misère est moins pénible au soleil», à Cap-Haïtien versus Montréal?

Guy Bélizaire semble avoir été témoin (acteur?) de tous ces Canado-Haïtiens qui sont retournés au Sud pour rendre visite à d’anciens compatriotes. Ils ont essayé de « jouer sur les deux terrains sans peut-être gagner sur aucun des deux». Leur lot est celui d’osciller entre le Nord et le Sud, «d’errer entre deux mondes».

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur