Épluchons le potentiel des oignons rouges contre le cancer

Pas besoin de manger des kilos d'oignons

Partagez
Tweetez
Envoyez

Vous aurez une nouvelle raison de pleurer lorsque vous éplucherez un oignon dans votre cuisine… vous verserez des larmes de joie!

Une nouvelle recherche menée à l’Université de Guelph a permis de trouver une meilleure manière d’extraire les propriétés anticancérigènes des oignons, créant ainsi de nouveaux débouchés pour les producteurs de l’Ontario et les industries alimentaire et nutraceutique.

Dans un avenir assez rapproché, on profitera des propriétés bénéfiques pour la santé des oignons par l’entremise de suppléments, d’additifs alimentaires et de crèmes.

Suresh Neethirajan
Suresh Neethirajan

Flavonoïde antioxydant

On sait depuis longtemps que les oignons présentent la teneur la plus élevée en quercétine (un flavonoïde antioxydant) parmi près de 40 fruits et légumes différents. Les flavonoïdes comme la quercétine attirent et neutralisent les radicaux libres – les molécules présentes naturellement dans les tissus humains qui peuvent conduire à la formation de cellules cancéreuses.

Suresh Neethirajan, un chercheur en génie biologique de la faculté de génie de l’Université de Guelph, étudie les variations des concentrations de quercétine dans les 17 ou 18 grandes variétés d’oignons cultivés en Ontario.

Or, une variété s’est clairement démarquée: les oignons rouges.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Nous avons mis des flavonoïdes extraits d’oignons en contact direct avec des cellules cancéreuses humaines du sein et du côlon et mesuré le taux d’apoptose (mort des cellules cancéreuses) des différentes variétés. Les oignons rouges présentaient une capacité quatre fois plus élevée de déclencher la mort des cellules cancéreuses comparativement aux autres variétés», dit-il.

Extraits d’oignons

Selon M. Neethirajan, la forte demande en nutraceutiques antioxydants laisse entrevoir des possibilités liées à la culture d’oignons à rentabilité élevée pour les producteurs, et à la fabrication d’antioxydants sans résidu à base d’oignons pour les fabricants.

Le nouveau processus d’extraction supprime la majeure partie de l’odeur et du goût de l’oignon, ce qui ouvre la voie à l’ajout de l’extrait d’oignon aux boissons et aux produits de boulangerie, à son encapsulation sous la forme de comprimés et même à son utilisation dans la fabrication de produits de soins pour la peau.

Vous vous demandez peut-être si vous pouvez simplement ajouter plus d’oignons crus à votre régime alimentaire pour obtenir le même effet sur la santé? Eh bien, ce n’est pas aussi simple.

M. Neethirajan souligne que vous devriez manger quelques kilogrammes d’oignons crus par jour pour bénéficier des mêmes effets anticancérigènes des flavonoïdes de l’oignon que ceux liés à l’ingestion d’extraits de flavonoïdes.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur