L’Ontario recrute des enseignants francophones à l’international

enseignant, classe, élèves
L'Ontario a maintenant une stratégie de recrutement d'enseignants francophones à l'étranger. Photo: iStock
Partagez
Tweetez
Envoyez

L’Ontario vient tout juste d’accueillir quatre nouveaux enseignants et enseignantes de langue française formés à l’étranger, en vertu d’un nouveau programme de reconnaissance de leurs diplômes.

C’est une bonne nouvelle pour le système éducatif de la province qui souffre d’une pénurie de personnel. En effet, leur nombre est est en baisse de 53% par an comparé à 2014-2015. En parallèle, le nombre d’élèves fréquentant les écoles de langue française a augmenté de 15% en moins de 10 ans.

Selon les estimations, il faudrait chaque année 450 enseignants supplémentaires afin de satisfaire cette demande.

Recrutement et rétention

L’accueil de ces nouveaux enseignants s’inscrit ainsi dans le cadre de la Stratégie de recrutement et de rétention du personnel enseignant de langue française, lancée le 17 juin dernier.

enseigants
Caroline Mulroney

«Appuyer l’éducation en langue française est l’une des priorités de notre gouvernement. C’est un atout primordial pour le développement de la communauté francophone», déclare la ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Je tiens à souhaiter chaleureusement la bienvenue aux quatre nouveaux enseignants francophones formés à l’étranger, qui offriront à nos élèves francophones et francophiles une éducation de haute qualité dans la langue de leur choix.»

Projet pilote avec la France

La stratégie du gouvernement repose sur un projet pilote prometteur avec la France, explique le consul général de France à Toronto, Tudor Alexis.

«L’éducation est clairement l’un des domaines clés par lequel l’Ontario et la France peuvent renforcer davantage leur partenariat déjà solide», dit-il.

enseignants
Tudor Alexis

«Deux enseignantes venues de France ont déjà commencé à travailler ici. Je suis convaincu qu’un plus grand nombre d’enseignants profiteront de cette opportunité et participeront au développement de ce partenariat dans les mois à venir.»

La collaboration entre les divers partenaires institutionnels français et ontariens a ainsi ouvert une nouvelle voie aux enseignantes et enseignants français pour qu’ils puissent obtenir l’autorisation d’enseigner en Ontario.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Nos conseils scolaires de langue française, comme Viamonde et MonAvenir, recherchent activement du personnel. Par ailleurs, le programme de langues officielles Odyssée, pour les moniteurs de langue française dans les écoles, recherche des candidats en Ontario.

D’autres pays de la francophonie

Au-delà de la France, le gouvernement a lancé plusieurs projets de recrutement à l’international dans d’autres pays francophones. Sur les quatre enseignants nouvellement arrivés, l’un d’eux vient d’ailleurs du Cameroun et une autre d’Algérie.

enseigants
Stephen Lecce

L’objectif est de recruter des enseignants en faisant connaître les possibilités d’enseignement en Ontario, notamment par la mise en place de salons virtuels.

Le ministre de l’Éducation Stephen Lecce se réjouit de ces recrutements. «Nous réalisons des progrès rapides en accueillant en Ontario de nouveaux enseignants formés à l’étranger grâce à notre plan quadriennal de 12,5 millions $. Il permet de recruter et de retenir les meilleurs enseignants et enseignantes de langue française pour notre province.»

Favoriser la formation en Ontario

Au-delà du recrutement à l’étranger, des programmes de formation à l’enseignement ont été mis en place en Ontario dans les Universités Laurentienne et d’Ottawa.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
enseignants
Jill Dunlop

Cette dernière accueille d’ailleurs un programme de formation en éducation technologique, secteur qui souffrait particulièrement d’un manque d’enseignants.

Selon Jill Dunlop, la ministre des Collèges et Universités, «ces mesures accroîtront le nombre d’enseignants chargés des programmes de technologie en français au palier secondaire. Elles permettront de satisfaire aux besoins éducatifs des élèves francophones qui cherchent à faire carrière dans le secteur des métiers spécialisés».

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur