Distribution de dindes de l’Action de grâce: une nouvelle tradition au MOFIF

Des femmes du MOFIF à l'oeuvre.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Les Torontois ont dû célébrer l’Action de grâce différemment cette année. Au grand dam de plusieurs, la deuxième vague de la pandémie a forcé l’isolement.

Malgré cette contrariété, le Mouvement ontarien des femmes immigrantes francophones (MOFIF) a trouvé le moyen d’effacer le goût amer de la pandémie en permettant à une trentaine de famille torontoises de célébrer leur première Action de grâce sur le sol canadien.

Avec le chef Guy Dongué

Le chef torontois et entrepreneur Guy Dongué a orchestré la préparation d’une centaine de dindes à distribuer à cinq organismes, dont le MOFIF, à partir de la cuisine conjointe des écoles Toronto Ouest et Saint-Frère-André dans le quartier Lansdowne et Dundas.

Le chef Guy Dongué dans les cuisines des écoles siamoises Toronto Ouest et Saint-Frère-André.

«Aimer c’est donner», insiste le chef Dongué. «Certaines femmes nouvellement arrivées sont des mères monoparentales et elles sont plus exposées au danger. Donner un sourire pour la longue fin de semaine de l’Action de grâce fait une différence.»

La complicité de bénévoles dévouées a mené au succès cette belle collaboration entre le MOFIF, le Centre francophone et Kids Cuisine Santé, financée par la Croix-Rouge canadienne et le gouvernement du Canada.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Regent Park et Scarborough

«Ce projet a permis à des femmes nouvellement arrivées et des mères seules de Regent Park de déguster un repas gastronomique pour marquer leur première Action de grâce», souligne la directrice générale du MOFIF, Carline Zamar.

Carline Zamar (au centre) lors de la distribution de dindes du MOFIF.

«Le soulagement de nourrir sa famille, aussi petite ou grande soit-elle, amène un sentiment de bien-être pour une femme.»

Cet événement a aussi été «l’occasion de briser la solitude et de remonter le moral» dans des foyers de Regent Park et de Scarborough.

«Quand je suis arrivée ici je n’ai pas eu l’occasion d’avoir ce genre d’aide. Donc, c’est un bon point de départ pour les nouvelles arrivantes», exprime la bénévole Lucie Akiétou.

Des clientes du MOFIF repartent avec un sac d’épicerie.

Les coûts de la pandémie

«On est tous dans le même bateau», renchérit la comédienne Djennie Laguerre qui a prêté main-forte au projet.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Les prix dans les épiceries ont augmenté depuis le début de la pandémie. On se soucie tous de notre santé, de bien manger, de booster notre système immunitaire.»

«Le MOFIF cherche constamment des solutions pour aider sa communauté. La pandémie nous a poussé à développer des initiatives qui permettent aux femmes immigrantes de surmonter les nouvelles difficultés financières, alimentaires et sanitaires que la CoViD a amenées», se réjouit Mme Zamar.

Des sacs d’épicerie prêts à être distribués à des clientes du MOFIF.

200 familles de Toronto et Windsor

Le MOFIF soutient parallèlement les femmes immigrantes francophones à améliorer leur santé et leur bien-être en période de pandémie en livrant une boîte de produits d’hygiène et de protection individuelle et une boîte de fruits et légumes frais à 200 familles de Toronto et de Windsor, une fois par semaine sur 8 semaine.

Il y aura donc un total de 1600 sacs de fruits et légumes livrés d’ici le 21 novembre.

Le MOFIF distribue des sacs de fruits, légumes et produits hygiéniques.

Webinaires

Au-delà de l’aide alimentaire, le MOFIF offre deux séries de webinaires dont les thèmes sont «la nourriture et la santé» et «la gestion naturelle de l’hypertension».

Pour en savoir d’avantage sur les initiatives du MOFIF rendez sur www.mofif.ca ou écrivez à [email protected]

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur