Des journalistes contre le droit à l’oubli

Partagez
Tweetez
Envoyez

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec s’est jointe à une coalition d’associations et de médias pour affirmer que «le droit à l’oubli» est une menace pour la liberté de presse au pays.

C’est ce qu’on lit dans la dernière infolettre hebdomadaire de la FPJQ, qui organise ces temps-ci plusieurs activités sur le thème de la liberté de presse, la censure et l’autocensure, coïncidant avec la parution du livre La liberté de presse, la liberté de tous, de Claude Robillard.

Le principe du droit à l’oubli fait l’objet d’une décision de la Cour de justice européenne, il y a deux ans, permettant à des citoyens de demander à Google d’effacer certaines informations «désuètes, inexactes ou inappropriées» les concernant, afin de protéger leur vie privée.

Il revient à Google de juger de la pertinence des requêtes, mais des recours en justice peuvent être pris en cas de refus.

Dans une lettre ouverte adressée au Commissariat à la protection de la vie privée du Canada, la coalition à laquelle participe la FPJQ met en garde le gouvernement fédéral contre l’application d’un tel principe au Canada.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le gouvernent fédéral a lancé un avis de consultation en janvier dernier sur plusieurs questions en lien avec la réputation en ligne.

«Le droit à l’oubli peut être et a déjà été utilisé comme un outil, pour ceux qui ont des moyens et du pouvoir, de faire disparaitre de Google de l’information véridique mais négative à leur sujet, restreignant ainsi l’accès du public à une information juste et légale», affirme la coalition.

«Il laisse les citoyens moins bien informés, puisqu’il rend plus difficiles les recherches de dissidents ou de journalistes qui souhaitent informer le public.»

Cela dit, la plupart des médias acceptent parfois, à la demande de lecteurs ou d’auditeurs, de retirer de leurs achives en ligne des articles désuets ou des photos peu flatteuses.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur