Des exercices de style avec les enfants pendant les longs trajets

Exercices de style
Des exercices de français ludiques peuvent occuper les enfants pendant un voyage. Photo: iStock
Partagez
Tweetez
Envoyez

Beaucoup de gens voyagent cet été. Mais avec les attentes interminables dans les aéroports et les longs trajets en voiture, que faire pour meubler ces heures, surtout si on a des enfants qui nous accompagnent?

Observer l’environnement pour découvrir des détails amusants? Regarder un film ou jouer à des jeux vidéo? Naviguer sur la toile ou échanger des textos? Dormir ou manger? Écouter de la musique ou chanter une chanson interminable du genre 99 bières sur le mur?

Bien que ces activités ne soient pas mauvaises en soi, on peut y en ajouter d’autres – comme des exercices de style – pour exercer nos compétences en français tout en nous amusant.

Activité oulipienne

Voici une activité ludique proposé par l’OULIPO, groupe dont il a déjà été question dans d’autres articles.

Elle est basée sur le livre Exercices de style écrit par Raymond Queneau et publié en 1947. Le romancier et poète français y propose 99 manières (ou styles) différentes pour relater une seule et même histoire.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
exercices de style Raymond Queneau
Les Exercices de style, de Raymond Queneau, ont donné lieu à de nombreuses variantes et à une multitude de traductions.

Pour cette activité, il suffit de trouver un petit récit, ou de l’écrire soi-même, et de le modifier par la suite grâce aux procédés stylistiques proposés.

Pour cet article, on aura recours à une histoire simple de moins de 50 mots intitulée Innocence et écrite par Laura Villejiquel. S’ensuivent 13 versions différentes du récit grâce à des procédés tirés du livre de M. Queneau. À vous d’en explorer les 86 qui restent ou d’en inventer d’autres de votre cru!

Voici le texte original: Le garçon déposa le bateau sur le ruisseau. Le navire de bois vacilla, mais tint bon. L’enfant sourit et regarda son oeuvre et le bonhomme-jouet voguer un peu plus loin. Soudain, il heurta un rocher qui se trouvait là. Le navire piqua du nez et coula.

Un petit changement du temps des verbes

Passé composé: Le garçon a déposé le bateau sur le ruisseau. Le navire de bois a vacillé, mais a tenu bon. L’enfant a souri et a regardé son oeuvre et le bonhomme-jouet voguer un peu plus loin. Soudain, il a heurté un rocher qui se trouvait là. Le navire a piqué du nez et a coulé.

Imparfait: Le garçon déposait le bateau sur le ruisseau. Le navire de bois vacillait, mais tenait bon. L’enfant souriait et regardait son oeuvre et le bonhomme-jouet voguer un peu plus loin. Soudain, il heurta un rocher qui se trouvait là. Le navire piquait du nez et coulait…

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pronostications (futur simple): Le garçon déposera le bateau sur le ruisseau. Le navire de bois vacillera, mais tiendra bon. L’enfant sourira et regardera son oeuvre et le bonhomme-jouet voguer un peu plus loin. Soudain, il heurtera un rocher qui se trouvera là. Le navire piquera du nez et coulera.

Des figures de style ludiques

Polyptote («figure consistant à employer dans une phrase plusieurs formes grammaticales d’un même mot»: Le garçon, batelier en herbe, déposa le bateau sur le ruisseau. Vacillant, le navire de bois vacilla, mais tint bon. L’enfant sourit et regarda tout sourire son oeuvre et le bonhomme-jouet voguer avec bonhomie un peu plus loin. Soudain, il heurta comme un heurtoir un rocher qui se trouvait là. Le navire piqua du nez et coula avec son piquier.

Homéotéleute («figure consistant à placer en fin de phrases ou de membres de phrases assez rapprochés des mots dont les finales semblables sont sensibles à l’oreille»): Le petit mit la coquille de bois sur le ruisseau. L’esquif fléchit, mais poursuivit sa piste. L’enfant sourit et suivit des yeux son modèle-réduit et la petite figurine qui fuyaient petit à petit. Soudain, il emboutit un rocher qui se trouvait là. Le navire sancit et s’anéantit dans l’abîme.

Surprises: Ça alors! Le garçon déposa le bateau sur le ruisseau! Incroyable! Le navire de bois vacilla, mais, me croira qui voudra, il tint bon! Et devinez quoi? L’enfant sourit! Oui! Il regarda son oeuvre et, en plus, le bonhomme-jouet voguer un peu plus loin, parole d’honneur! Mais soudain, ne voilà-t-il pas qu’il heurta un rocher qui se trouvait là! Quand même! Le navire piqua du nez et coula! À ne pas croire!

Alexandrins (des vers de 12 syllabes):

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le garçon plaça le bateau sur le ruisseau.

Le navire de bois vacilla, mais tint bon.

L’enfant, heureux, sourit et regarda son oeuvre

et le bonhomme-jouet voguer un peu plus loin.

Soudain, il heurta un rocher qui s’y trouvait.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le navire piqua du nez et, puis, coula.

Quelques exercices pour augmenter le vocabulaire

En partie double: Le garçon, un jeune enfant, déposa le bateau et mis la barque sur le ruisseau, un tout petit cours d’eau. Le navire de bois, un vaisseau en balsa, vacilla et tangua, mais tint bon et resta à flot. L’enfant, un tout petit gamin, sourit en se réjouissant et regarda en examinant son œuvre, sa création, et le bonhomme, un personnage-jouet, voguer en flottant un peu plus loin et à une certaine distance. Soudain, brusquement, il heurta en entrant en contact avec un rocher, un très gros caillou, qui se trouvait là, qui s’y dressait. Le navire piqua du nez et plongea avant de couler et de sombrer.

Logorallye («on écrit un texte dans lequel apparaissent obligatoirement, dans un ordre choisi à l’avance, une série de mots»): les mots à intégrer dans le texte: mocassin, usine, galerie d’art, Californie, dromadaire: Le garçon, les mocassins aux pieds, déposa le bateau sur le ruisseau. Le navire de bois, fait de ses propres mains et pas dans une usine, vacilla, mais tint bon. L’enfant sourit et regarda son oeuvre, digne d’une galerie d’art, et le bonhomme-jouet voguer un peu plus loin, en direction de la Californie. Soudain, il heurta un rocher en forme de dromadaire qui se trouvait là. Le navire piqua du nez et coula.

Vous trouverez un générateur de mots aléatoires dans le site motsqui.com.

L’Arc-en-ciel: Le garçon roux déposa le bateau blanc sur le ruisseau brun foncé. Le navire de bois vacilla, mais tint bon. L’enfant rouquin sourit et regarda son oeuvre et le bonhomme-jouet d’un orange pâle voguer un peu plus loin. Soudain, il heurta un rocher grisâtre qui se trouvait là. Le navire piqua du nez et coula.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Des façons pour faire plus court ou plus long

Notations: Le garçon déposa le bateau sur le ruisseau. Le navire vacilla. Tint bon. L’enfant sourit. Regarda son oeuvre et le bonhomme-jouet voguer plus loin. Soudain, il heurta un rocher. Le navire piqua du nez et coula.

Hésitations: Je ne sais pas trop quel âge il avait. Un garçon, plutôt petit, déposa quelque chose, un bateau je crois, sur un étang. Non! C’était un ruisseau. Le navire, de bois ou de plastique, que sais-je? vacilla, mais tiendrait-il bon? Oui! Il me semble que l’enfant sourit à ce moment-là. Regarda-t-il son oeuvre et ce qui ressemblait à un bonhomme-jouet voguer un peu plus loin ou contemplait-il autre chose? Soudain, il heurta un objet qui se trouvait là. Des bois flottants? Non, je pense que c’était plutôt un rocher puisque le navire parut piquer du nez. Coula-t-il?

Présicions: Le 1er juillet à précisément 9h55, un garçon âgé de 9 ans déposa un bateau mesurant 8 pouces sur 3 sur le ruisseau Black Creek dans l’ouest de la ville de Toronto. Le navire de bois de balsa vacilla, mais tint bon. L’enfant sourit pendant exactement 30 secondes et regarda son oeuvre et le bonhomme-jouet d’un pouce et demi voguer à une vitesse de 6 pouces par minute. Soudain, à 10h pile, le bateau heurta un rocher de calcaire qui se trouvait à précisément 2,5 pieds au large. Le navire piqua du nez une seconde après et coula en moins de 10.

Enrichissez votre vocabulaire

Il est intéressant de noter à quel point un simple texte peut se transformer du tout au tout grâce à quelques changements somme toute assez simples.

Bien que certaines versions de cette petite histoire pourraient paraître un peu loufoques, c’est ce genre d’exercices qui servent à augmenter le vocabulaire et à améliorer la compréhension de la grammaire du français… Ce qui à son tour aide l’utilisateur de la langue à mieux l’écrire.

Pour en savoir plus sur les différents styles proposés par Raymond Queneau, vous pouvez visiter le site desmotsetdesidees.fr.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur