Des Dénisoviens au Tibet?

Le site paléolithique le plus en altitude au monde

Outils du paléolithique. (Photos: X. L. Zhang et al., Science)


7 décembre 2018 à 7h00

Les premiers humains arrivés sur les hauts plateaux du Tibet étaient peut-être des Dénisoviens, ces mystérieux cousins dont on sait encore peu de choses. C’est du moins ce que suggère l’âge des outils de pierre découverts récemment.

Culminant en moyenne à 4000 mètres d’altitude, et avec une température annuelle de zéro degré, le Tibet aurait commencé à être occupé il y a seulement 12 000 ans, puis colonisé il y a seulement 3600 ans.

Moins d’oxygène

Dans la dernière décennie, la science a identifié des marqueurs génétiques qui pourraient expliquer la résistance des Tibétains à une pression atmosphérique amoindrie — c’est-à-dire jusqu’à 40% moins d’oxygène que ce qu’on retrouve au niveau de la mer.

En 2014, une de ces analyses génétiques émettait comme hypothèse que ces gènes pourraient provenir à l’origine des Dénisoviens. Et cette semaine, des chercheurs annoncent dans la revue Science qu’un site archéologique appelé Nwya Devu, situé à 4600 mètres d’altitude, aurait révélé des outils de pierre vieux de 30 à 40 000 ans.

Le site de Nwya Devu récolte en même temps la palme du site paléolithique le plus en altitude au monde.

Migrations

Ces outils pourraient-ils avoir été façonnés par ces Dénisoviens? On désigne sous ce nom des humains qui, tout comme les Néandertaliens, sont vraisemblablement des descendants de ceux qui, longtemps avant l’Homo sapiens, ont quitté l’Afrique et migré à travers l’Europe et l’Asie.

Par la suite, au cours des 60 000 dernières années, des Homo sapiens ayant à leur tour quitté l’Afrique ont croisé la route de ces cousins Dénisoviens et Néandertaliens, ont eu des enfants, et certains des gènes ont survécu jusqu’à nous.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un voyage en images à travers les chefs-d’œuvre de la peinture

Éditions Flammarion
Un nouveau livre parcourt l'histoire de la peinture en repérant dans le temps et dans l'espace quelques-uns de ses plus célèbres chefs-d'œuvre.
En lire plus...

9 décembre 2018 à 11h00

Une écriture comme ça et pas autrement

Robert Lalonde
Écrivain et comédien, Robert Lalonde est connu pour ses romans et nouvelles qui explorent presque toujours une facette subtile, étrange ou troublante de son...
En lire plus...

9 décembre 2018 à 9h00

Quiz : Droits de l’homme

Testez vos connaissances sur les droits de l'homme.
En lire plus...

9 décembre 2018 à 7h00

Un premier Salon international du Livre à Jacmel

Salon du Livre Jacmel Haiti
Du 31 octobre au 2 novembre, la ville de Jacmel (Sud-Est d'Haïti), inaugurait son 1er Salon international du livre sur le thème «Ville et...
En lire plus...

8 décembre 2018 à 11h00

Banksy, l’artiste de rue imprévisible

Banksy le phénomène de l'art de rue
Lors d'une vente aux enchères chez Sotheby's à Londres, le 5 octobre dernier, la fameuse toile de Banksy, Fille avec ballon, s’est complètement autodétruite...
En lire plus...

8 décembre 2018 à 9h00

Melinda Chartrand réélue à la présidence de MonAvenir

Melinda Chartrand et Geneviève Grenier ont été reportées à la présidence et la vice-présidence du Conseil scolaire catholique MonAvenir.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 15h55

Les manifs n’ont pas empêché l’adoption de la loi 57

1er décembre 2018
La mobilisation franco-ontarienne n’a pas ému le gouvernement conservateur de l’Ontario, qui a fait adopter, jeudi, sa loi 57.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 15h05

La musique afro s’affirme au gala Kilimandjaro

musique afro
Le gala bilingue des Kilimandjaro Music Award, qui en était à sa 3e édition, a déroulé le tapis rouge pour les artistes de la...
En lire plus...

7 décembre 2018 à 13h00

Plusieurs politiciens québécois appuient la résistance franco-ontarienne

1er décembre 2018
Une délégation de parlementaires québécois est venue appuyer les revendications franco-ontariennes le 1er décembre.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 11h00

On passe de 2 à 7 fois plus de temps sur nos téléphones qu’on le pense

asiatique
Les «auto-évaluations» du temps passé sur nos téléphones contrastent grandement avec celles de l'appareil.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur