De van Spaendonck à Mondrian, l’art hollandais nous attend

Les Hollandais à Paris

Les Hollandais à Paris, 1789-1914, édition Paris Musées, 2018, broché, 38x33 cm, 222 illustrations, 272 pages. En 1ère de couverture Vincent van Gogh, Vue depuis l'appartement de Théo, 1887.


18 février 2018 à 11h00

Le Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris, organise une exposition fabuleuse, Les Hollandais à Paris, 1789-1914, qui nous permet de découvrir la richesse des échanges artistiques entre les peintres hollandais et français à Paris, de la fin du XVIIIe siècle jusqu’au début du XXe siècle.

Dès le début des années 1800 «et surtout à partir de 1850, plus d’un millier de peintres hollandais quittent leur pays pour renouveler leur inspiration. Parmi eux, la quasi-totalité s’établit à Paris, inexorablement attirée par le dynamisme de sa vie artistique. Les peintres avaient là l’occasion de suivre un enseignement riche, de trouver des lieux d’exposition, d’y vendre leurs œuvres, ou simplement de nouer de nouveaux contacts.»

«Ces séjours, plus ou moins longs, sont parfois le premier pas vers une installation définitive en France. Ils eurent en tout cas une influence décisive sur le développement de la peinture hollandaise, certains artistes comme Jacob Maris ou Breitner diffusant des idées nouvelles à leur retour en Hollande.»

Les Hollandais à Paris
En 4e de couverture du cataloguer, Gérard van Spaendonck, Corbeille et vase de fleurs, 1785.

115 oeuvres

L’exposition du Petit Palais, qui se déroule depuis le 6 février, se tiendra jusqu’au 13 mai 2018. Pour qui se rend à Paris à cette époque, c’est une rare occasion de voir des œuvres de ces peintres souvent disséminées dans plusieurs musées du monde. Au moins 115 œuvres empruntées aux plus grands musées des Pays-Bas, mais aussi à d’autres musées européens et étatsuniens ont été réunies à cette occasion.

On y trouve les noms et les œuvres de neuf peintres hollandais dont certains sont connus: Van Gogh, Mondrian, van Dongen. Mais aussi de quelques-uns qui ne le sont guère: Jacob Maris, Johan Jongkind, Frederik Kaemmerer, George Breitner et d’autres.

C’est la possibilité de faire leur connaissance. Leurs œuvres sont présentées aux côtés de celles d’artistes contemporains comme Géricault, David, Corot, Millet, Boudin, Monet, Cézanne, Signac, Braque, Picasso… ce qui permet de faire des comparaisons.

Les Hollandais à Paris
Van Dongen. Le Moulin de la Galette, 1904.

Catalogue

Si vous n’allez pas à Paris ou si vous voyez cette exposition, l’ouvrage qui accompagne cette dernière vous sera des plus utiles pour connaître de loin ces Hollandais parisiens ou pour en garder un souvenir documentaire intéressant et instructif.

Cet ouvrage, «richement illustré, raconte les échanges artistiques foisonnants à travers l’expérience de neuf artistes néerlandais chevronnés qui ont séjourné dans la Ville lumière. Ensemble, ils apportent un éclairage inédit sur le creuset parisien où naîtra au XIXe siècle une scène artistique véritablement internationale», explique encore le musée parisien.

Les titres des divers chapitres de ce livre établissent clairement ce que l’on peut voir et retenir de l’exposition du Petit Palais. Paris au XIXe siècle, centre du monde artistique, explique pourquoi les peintres néerlandais se sont précipités dans la capitale française. Et La peinture hollandaise aux Expositions universelles de Paris (1855-1900) résulte de leur venue.

Les Hollandais à Paris
Ombres de Francesca da Rimini et de Paolo Malatesta.

Trois étapes

Pour faciliter la lecture de l’ouvrage, celui-ci suit le parcours de l’exposition divisée en trois étapes chronologiques, avec pour chacune d’elles les peintres hollandais qui y ont laissé leurs marques. Paris 1789-1848 nous fait connaître, pour la génération romantique, Gérard van Spaendonck, peintre de cour entre science et salon, ainsi que Ary Scheffer, Salon et expositions.

Paris 1849-1870 dévoile Johan Bartholo Jongkind, L’univers artistique des cafés, Jacob Maris, qui a quitte Paris pour Barbizon, et Frederik Hendrik Kaemmerer, L’enfant chéri du marché de l’art.

Paris 1871-1814 met en valeur George Hendrik Breitner, Flâner et s’mouvoir, Vincent Van Gogh, Le développement d’un artiste d’avant-garde, Kees van Dongen, L’engagement social et les femmes sensuelles Piet Mondrian et La quête réfléchie de l’universel.

Les articles qui présentent ces artistes sont magnifiquement illustrés, ce qui fait de cet ouvrage un véritable livre d’art que l’on parcourt avec le plaisir de découvrir et de s’enrichir intellectuellement.

Les Hollandais à Paris
Johan Bartholo Jongkind.

Styles et influences

Pour chacun des peintres hollandais dont des œuvres sont présentées à l’exposition, on trouve dans le catalogue une courte notice biographique et artistique qui le situe dans l’espace et le temps, et décrit son style et les influences qu’il a reçues ou exercées avec des illustrations comparatives.

Gérard van Spaendonck (1746-1822) que l’on pourrait appeler le fleuriste, est là avec ses tableaux de fleurs.

Ary Scheffer, mort à Argenteuil, France, en 1858 à 63 ans, auteur de Les ombres de Francesca da Rimini et de Paolo Malatesta (p. 81). Jongkind (1819-1891) fait connaître son œuvre en partie grâce au marché et aux circuits alternatifs parisiens, galeries et cafés.

Maris préfère Barbizon, un lieu mythique de la peinture pré-impressionniste où se regroupent de nombreux peintres.

Kaemmerer (1839-1902) est, grâce à ses tableaux qui se vendent bien, un parfait exemple de réussite partagée avec les marchands d’art.

George Breitner, à la suite de ses séjours à Paris, témoigne d’une forte influence de la peinture française moderne, impressionniste notamment.

Kees van Dongen (1877-1968) connaît la réussite à Paris, bénéficiant d’une conjoncture plus favorable à l’avant-garde et du soutien de solides réseaux.

Et un texte illustré sur Van Gogh et Mondrian peut nous renvoyer à nos précédents articles.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Montée de l’anti-bilinguisme au Nouveau-Brunswick

élections 24 septembre 2018
Les francophones n'ont rien à gagner et tout à perdre des élections de lundi prochain
En lire plus...

18 septembre 2018 à 15h59

Le Centre francophone veut ralentir le roulement du personnel

555 Richmond Ouest, 3e étage
Assemblée générale optimiste après une année de démissions et de restructuration.
En lire plus...

18 septembre 2018 à 13h33

Un match complètement fou entre Toronto FC et Los Angeles Galaxy

Toronto FC - Los Angeles Galaxy
Le Toronto FC accueillait Los Angeles Galaxy ce samedi soir dans son antre du BMO Field pour une rencontre décisive dans la course aux...
En lire plus...

18 septembre 2018 à 12h00

Hommage à la «robe Dôme» d’Iris van Herpen au ROM

Stylianos Pangalos
Le musée a accueilli le réalisateur Stylianos Pangalos et l'architecte Philip Beesley pour une ciné-conférence sur le thème de l'art, de la mode et...
En lire plus...

18 septembre 2018 à 11h00

Pénurie d’enseignants : les professionnels de l’immersion prennent les devants

immersion
Campagne de valorisation de la profession et portail de recrutement
En lire plus...

18 septembre 2018 à 9h00

Le marathon, c’est dans nos gènes

coureurs
Des changements anatomiques ont sans doute permis à nos ancêtres de devenir de bons coureurs d’endurance: un avantage évolutif.
En lire plus...

18 septembre 2018 à 7h00

Balade à Toronto : Gémeaux pour la meilleure composante numérique

Balade à Toronto
Au récent gala des prix de la télévision francophones du pays, 6 émissions sur 150 provenaient de l'extérieur du Québec...
En lire plus...

17 septembre 2018 à 16h55

Le Toronto Wolfpack sort victorieux d’une rencontre historique

Toronto Wolfpack - Toulouse Olympique
Le Toronto Wolfpack a battu 13-12 le Toulouse Olympique lors d'une rencontre de rugby à treize historique ce samedi au stade Lamport.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 15h00

La démocratie pour de vrai… ou presque!

PFJA
Deuxième édition du Parlement francophone des jeunes des Amériques
En lire plus...

17 septembre 2018 à 13h10

Une nouvelle saison pour Oasis sous les meilleurs auspices

AGA Oasis membres
Bilan annuel plutôt favorable et encourageant à l'assemblée générale d'Oasis Centre des femmes.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 13h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur