De précieux petits livres

Partagez
Tweetez
Envoyez

Les ouvrages de la Petite Collection Art des éditions Taschen sont à la fois très intéressants et très pratiques. En quelques pages — ils on tous 96 pages et un format identique — ils présentent un artiste connu ou méconnu par des textes biographiques et explicatifs de l’art de l’artiste envisagé, avec de très nombreuses illustrations en couleur et des photographies. Voici quelques titres récents (2015).

Francis Bacon

S’il est un artiste dont il n’est pas toujours facile de saisir le sens qu’il a voulu donner à ses réalisations picturales, c’est bien Francis Bacon. Et ce peintre britannique, né à Dublin en 1909 et mort à Madrid en 1992, était de plus un artiste prolifique.

L’ouvrage de Luigi Ficacci est donc bienvenu. En six courts textes aux titres originaux, il situe les œuvres de Bacon et les place dans le cadre pictural de l’artiste. Et comme des reproductions choisies, en divers formats, illustrent ces exposés, découvrir Bacon revêt un caractère agréable et novateur.

Voici quelques titres révélateurs de leur contenu: «Je mets toute ma vie dans ma peinture», La poétique de Francis Bacon. «Obnubilé par la vie», L’expression de l’horreur. «La peinture est le plus artificiel des arts», La scène de la tragédie.

Jérôme Bosch

Sous le titre «Jérôme Bosch, peintre original et fantastique», nous avons présenté dans L’Express du 19 août 2014 l’imposant livre consacré à cet artiste par les éditions Taschen. On a maintenant la possibilité de redécouvrir Bosch avec ce petit livre, bien illustré, dont huit textes assurent la présentation.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pieter Bruegel l’Ancien

«Un peintre à la charnière du temps» présentait Bruegel l’Ancien dans L’Express du 6 mars 2012. Il est donc heureux de retrouver ce peintre dans un ouvrage récent au sous-titre évocateur: «Paysans, fous et démons». Et l’on découvre de magnifiques illustrations, mises en scène par les deux auteurs de l’ouvrage.

Lucian Freud

Lucian Freud (1922-2011), né à Berlin et décédé à Londres, est un peintre figuratif britannique. Par son talent et son style pictural, il a acquis la réputation de modèle de peintre figuratif.

Son portrait d’Élisabeth II en 2001, à l’occasion de son jubilé d’or, l’a rendu célèbre, dans un ouragan de polémiques. Faire vraiment sa connaissance avec le livre de Sebastian Smee, lauréat australien du Prix Pulitzer en arts, en offre l’occasion.

Le sous-titre du livre, «L’observation de l’animal», pourrait induire en erreur. Les œuvres de Freud sont principalement représentatives de personnes, des portraits, des nus féminins surtout, sans exclure pourtant le règne animal. Il s’en explique ainsi: «Je peins les gens non pas pour ce à quoi ils ressemblent vraiment malgré ce dont ils on l’air, mais plutôt pour ce qu’ils se trouvent être.»

Freud peignait surtout des corps au repos. Comme il le répétait souvent, il était biologiste. «Qu’est-ce que j’attends d’un tableau, écrit-il. Qu’il étonne, trouble, séduise, persuade.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Frida Kahlo

Frida Kahlo (1907-1954) n’est pas une artiste très connue et le livre que lui consacrent les éditions Taschen sera bien souvent une découvert que surprend encore l’illustration de la jaquette de la couverture.

Frida Kahlo est une artiste mexicaine, dont le nom est aussi associé à celui de Diego Rivera, un peintre mexicain qui fait l’objet d’un autre livre, qu’elle avait admiré et épousé en 1929, même s’il avait 22 ans de plus qu’elle.

Mais il avait dit d’elle, lorsqu’il avait vu ses tableaux pour la première fois en 1928: «Les toiles révélaient une extraordinaire force d’expression, une description précise des caractères et un réel sérieux. Elles possédaient une sincérité plastique fondamentale et une personnalité artistique propre. Elles véhiculaient une sensualité vitale encore enrichie par une faculté d’observation impitoyable, quoique sensible. Pour moi, il était manifeste que cette jeune fille était une véritable artiste.»

Andrea Kettenmann nous la fait connaître en quelques textes aux illustrations parfois étonnantes. «Frida-la-boiteuse», une fille rebelle, ainsi surnommée pour avoir souffert à 6 ans d’une poliomyélite, Désespoir et succès, «Ces fils de pute les chirurgiens», «Avec joie, j’attends le départ…»

«Mes sujets ont toujours été mes sensations, mon état d’esprit et les réactions profondes que la vie produit en moi.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Diego Rivera

«En tant qu’artiste, j’ai toujours essayé de rester fidèle à ma vision de la vie et je me suis souvent retrouvé en conflit avec ceux qui voulaient me faire peindre non pas ce que je voyais mais ce qu’ils souhaitaient que je vois.»
Ders illustrations plus surprenantes les unes que les autres, accompagnées de bien nécessaires interprétations, font de cet ouvrage une découverte bigarrée souvent époustouflante.

En somme…

Tous ces ouvrages reliés, avec une jaquette illustrant des œuvres de l’artisme présenté, peuvent figurer en bonne place dans la bibliothèque d’un amateur d’art, d’une école d’art, d’une université, et leur coût modeste (16,95 $) pour des livres aussi illustrés en couleur en facilite l’acquisition.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur