Éclosion de nature et de littérature


18 février 2014 à 10h17

Si vous connaissez Andrée Christensen, vous savez qu’elle est poète, romancière, artiste visuel et… jardinière. Son jardin d’une acre à Ottawa a déjà fait l’objet d’un reportage à TFO; il est maintenant source d’un recueil de poésie intitulé Racines de neige. Pas étonnant, car l’auteure estime qu’«on ne jardine pas uniquement avec ses mains et ses sens, mais également avec ses désirs, son âme et ses rêves».

Andrée Christensen a d’abord écouté le silence de son jardin, qui s’est transformé en «musiques inaudibles», puis l’a regardé pour découvrir que son obscurité lui «révélait une la source de sa lumière».

Le recueil est abondamment illustré. En utilisant le papier de riz et des pochoirs, l’auteure-artiste a créé des monotypes qui sont devenus des collages lorsqu’elle s’est mise à appliquer des éléments organiques tels que des coquilles d’œufs, des aiguilles roussies de cèdre, des plumes d’oiseaux, des brindilles, des grains de sel et des fils de corde. Le recueil devient dès lors une éclosion de nature et de littérature.

Le jardin est là «pour participer au miracle / du premier printemps / épouser l’énigme / de l’invisible promesse».

Quand Andrée Christensen regarde son jardin et que ce dernier la regarde le regarder, «son arbre nu respire en elle et un poème trace un sentier dans la neige».

Les poèmes publiés dans Racines de neige peuvent aussi bien parler de «la mandorle de nuit», des «capillaires du ciel» ou de «la danse chamanique des abeilles nocturnes». L’auteure aime le mot juste, même si ce mot est rare et déstabilisant pour le commun des lecteurs et lectrices.

Il ne faut donc pas se surprendre de lire «leurs pupilles d’opium /périanthes grandes ouvertes / sur le temps / suspendu / de la transparence», «une forge tantrique / de semen / et de sang » ou «L’immense diaphragme de l’air / marmoréen s’élève / s’abaisse en silence ».

Comme la création, le jardin est un éternel commencement. C’est aussi la raison de vivre de l’auteure, sa raison «de continuer à dire oui à la beauté».

Je corrige la première phrase de cette recension. Andrée Christensen n’est pas jardinière, elle est devenue jardin, «là / où tout se tait / pour mieux percevoir / dans l’écho de la beauté / l’inaudible / du commencement».

Andrée Christensen, Racines de neige, poésie avec des collages de l’auteure, Éditions David, Ottawa, 2013, 146 pages, 19,95 $.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Couple dépecé avec une précision presque chirurgicale

Les romans à quatre mains sont assez rares. Hans-Jürgen Greif et Guy Boivin ont récemment cosigné Le pélican et le labyrinthe, une aventure psychodramatique...
En lire plus...

22 juillet 2018 à 9h00

Quiz : Guy Mignault

 
En lire plus...

22 juillet 2018 à 7h00

Sur la route de la diaspora francophone nord-américaine

Musée de l'Amérique francophone
La petite mais riche exposition PARTIR au Musée de l'Amérique francophone à Québec
En lire plus...

20 juillet 2018 à 12h00

D’un océan à l’autre en Citroën 1923

Christian Darrosé
Parti de Vancouver, Christian Darrosé est en route pour Terre-Neuve
En lire plus...

20 juillet 2018 à 10h00

Une étoile avalée par un trou noir

trou noir avale étoile
À 150 millions d’années-lumière de la Terre
En lire plus...

Des animaux nuisibles, mais intelligents

écureuil
Rats, écureuils et corbeaux apprennent au contact des humains
En lire plus...

Effet placébo : ça marche même en dormant !

médecine
Moins de douleur, d’anxiété et de troubles du sommeil après l'application d'une fausse crème anti-douleur
En lire plus...

19 juillet 2018 à 12h30

Utilise-t-on trop de pesticides ?

environnement
Il importe de mieux contrôler les organismes nuisibles, mais il n’est peut-être pas nécessaire d’épandre à tous les coups
En lire plus...

19 juillet 2018 à 7h00

Les langues officielles ont leur ministère

Mélanie Joly s'occupera aussi de la Francophonie et du Tourisme
En lire plus...

18 juillet 2018 à 17h37

Défi démographique «alarmant» pour les Franco-Ontariens

Commissariar aux services en français de l'Ontario
François Boileau se projette dans l’avenir
En lire plus...

18 juillet 2018 à 15h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur