Éclosion de nature et de littérature


18 février 2014 à 10h17

Si vous connaissez Andrée Christensen, vous savez qu’elle est poète, romancière, artiste visuel et… jardinière. Son jardin d’une acre à Ottawa a déjà fait l’objet d’un reportage à TFO; il est maintenant source d’un recueil de poésie intitulé Racines de neige. Pas étonnant, car l’auteure estime qu’«on ne jardine pas uniquement avec ses mains et ses sens, mais également avec ses désirs, son âme et ses rêves».

Andrée Christensen a d’abord écouté le silence de son jardin, qui s’est transformé en «musiques inaudibles», puis l’a regardé pour découvrir que son obscurité lui «révélait une la source de sa lumière».

Le recueil est abondamment illustré. En utilisant le papier de riz et des pochoirs, l’auteure-artiste a créé des monotypes qui sont devenus des collages lorsqu’elle s’est mise à appliquer des éléments organiques tels que des coquilles d’œufs, des aiguilles roussies de cèdre, des plumes d’oiseaux, des brindilles, des grains de sel et des fils de corde. Le recueil devient dès lors une éclosion de nature et de littérature.

Le jardin est là «pour participer au miracle / du premier printemps / épouser l’énigme / de l’invisible promesse».

Quand Andrée Christensen regarde son jardin et que ce dernier la regarde le regarder, «son arbre nu respire en elle et un poème trace un sentier dans la neige».

Les poèmes publiés dans Racines de neige peuvent aussi bien parler de «la mandorle de nuit», des «capillaires du ciel» ou de «la danse chamanique des abeilles nocturnes». L’auteure aime le mot juste, même si ce mot est rare et déstabilisant pour le commun des lecteurs et lectrices.

Il ne faut donc pas se surprendre de lire «leurs pupilles d’opium /périanthes grandes ouvertes / sur le temps / suspendu / de la transparence», «une forge tantrique / de semen / et de sang » ou «L’immense diaphragme de l’air / marmoréen s’élève / s’abaisse en silence ».

Comme la création, le jardin est un éternel commencement. C’est aussi la raison de vivre de l’auteure, sa raison «de continuer à dire oui à la beauté».

Je corrige la première phrase de cette recension. Andrée Christensen n’est pas jardinière, elle est devenue jardin, «là / où tout se tait / pour mieux percevoir / dans l’écho de la beauté / l’inaudible / du commencement».

Andrée Christensen, Racines de neige, poésie avec des collages de l’auteure, Éditions David, Ottawa, 2013, 146 pages, 19,95 $.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Quiz : Kathleen Wynne

Kathleen Wynne
En lire plus...

18 février 2018 à 7h00

Un iglou géant pour les arts de la scène à Iqaluit

Qaggiavuut Nunavut
«Nos propres histoires ne nous appartiennent pas tant que nous ne les racontons pas nous-mêmes», écrivait Laakkuluk Williamson Bathory, membre du groupe d’artistes Qaggiavuut...
En lire plus...

17 février 2018 à 13h00

Stérilisation planétaire

Stérilisation planétaire extinction
Il y a 252 millions d’années avait lieu l’une des plus grandes extinctions de masse de l’histoire de notre planète. Étrangement, elle pourrait avoir...
En lire plus...

17 février 2018 à 11h00

À quoi ressemblait la première fleur?

la première fleur
Quelle forme une fleur peut-elle prendre et ne pas prendre? C’est une des énigmes auxquelles pourrait répondre un projet international visant à comprendre à...
En lire plus...

17 février 2018 à 9h00

Vivre près de 46 usines: du «racisme environnemental»

Laurence Butet-Roch
L'exposition «Nos ancêtres étaient des chefs»
En lire plus...

16 février 2018 à 16h28

De samedi à lundi: les bus et trains GO gratuits pour les enfants

Metrolinx GO Transit bus train
L’ensemble du réseau de bus et de trains de banlieues GO sera gratuit pour les enfants de 12 ans et moins pendant le long...
En lire plus...

16 février 2018 à 14h09

Les Palmes académiques à la dame du ravin

Josette Bouchard Palmes académiques
Josette Bouchard, enseignante d'histoire et de géographie à la Toronto French School
En lire plus...

16 février 2018 à 12h12

Une campagne de sociofinancement pour l’album de Kyris

Affiche de sociofinancement premier album Kyris
Kyris n’en est pas à son premier projet, mais celui-ci, il le fait seul. La semaine dernière, ce chanteur-auteur-compositeur français établi à Toronto a...
En lire plus...

16 février 2018 à 11h00

«On parle comme des enfants analphabètes»

Roxann Guerrette
Les propos d’une étudiante acadienne enflamme le web
En lire plus...

16 février 2018 à 10h00

Maître Alexandre Blanchard

Alexandre Blanchard avocat
Dans la région de Toronto, il y a un grand nombre de juristes d’expression française. Cette semaine, je vous présente Maître Alexandre Blanchard. Depuis...
En lire plus...

16 février 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur