CSI: les humains meilleurs que l’intelligence artificielle

Une véritable enquête policière se dénoue rarement en 45 minutes… (Photo: Pixabay — http://bit.ly/2hlvTlX)


15 novembre 2017 à 12h01

Une intelligence artificielle qui peut prédire correctement qui a commis le crime dans la série policière CSI, six fois sur 10. Est-ce que ça révèle qu’elle ferait une bonne détective… ou si ça révèle que les intrigues de CSI sont plus prévisibles que ses scénaristes ne veulent l’admettre?

Une équipe de l’Université d’Édimbourg, en Écosse, a en effet décidé «d’entraîner» un ordinateur à résoudre les énigmes de cette populaire série télévisée: après 39 épisodes, présentant 59 crimes, l’ordinateur était capable de pointer le coupable dans 60% des cas, 10 minutes avant la fin de l’épisode.

Les humains qui ont eux aussi participé à l’expérience ne seront pas impressionnés, eux qui ont misé juste dans 85% des cas.

Comment un ordinateur arrive-t-il néanmoins à miser juste? Comme l’explique au New Scientist l’auteure principale Lea Frermann, de l’Institut du langage, de la logique et de la cognition, c’est avant tout, pour la machine, une expérience d’apprentissage du langage — et non un exercice de déduction à la Sherlock Holmes: la machine «n’a présentement aucune idée de qui sont les personnages dans le scénario, elle prédit simplement à partir de chaque phrase».

Il y aurait, autrement dit, des «indices» qui traîneraient dans les dialogues. Rien n’empêche d’imaginer que la machine fasse mieux la prochaine fois, par exemple à partir des comportements des personnages.

Cela dit, pour transposer ça dans la vraie vie, ce sera une autre paire de manches: une véritable enquête policière se dénoue rarement en 45 minutes…

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

L’espiègle trio jazz Les Malcommodes

les malcommodes
Le 26 juin au Festival de jazz de Toronto
En lire plus...

21 juin 2018 à 13h00

Un test a changé sa vie : dans les pas d’un enfant dyslexique

La Liberté
«J’étais content de savoir que je n’étais pas stupide»
En lire plus...

21 juin 2018 à 10h00

Le véganisme dans le vêtement : trop de plastique ?

Le cuir de kangourou et le polyester plus «verts» que la laine d’alpaga et le cuir de bovin
En lire plus...

21 juin 2018 à 7h00

Technicien(ne) à l’aide technique

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne permanente, à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, qui agira à titre de technicienne, technicien à l’aide technique...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur