Conjoints de fait et couples mariés n’ont pas les mêmes droits de propriété

divorce, couple

Les conjoints de fait doivent documenter leurs arrangements et pouvoir prouver leurs contributions en cas de séparation. (Photo: Flckr)


11 septembre 2018 à 11h00

Mon conjoint de fait et moi avons une maison ensemble, mais mon nom ne figure pas dans le titre. Je dois avoir un intérêt parce que nous sommes conjoints depuis vingt ans, non?

Malheureusement non.

Les conjoints de fait n’acquièrent pas les mêmes droits de propriété que les couples officiellement mariés. Peu importe combien d’années que vous avez été ensemble.

Documenter les arrangements

Les couples qui vivent en union de fait devraient documenter leurs arrangements pour s’assurer qu’ils sont d’accord.

Si l’intention est que le conjoint survivant soit propriétaire de la maison, cela peut être documenté soit directement, soit par titre, soit par testament (mais avec un testament, les frais d’homologation seront probablement appliqués).

De nombreux couples qui envisagent de se séparer ne savent pas très bien comment le droit de la famille détermine la répartition des biens familiaux, y compris les chalets et les biens locatifs.

Répartition égale des biens

Une fois que quelqu’un décide de quitter le foyer conjugal et de vivre dans une autre résidence, la plus grande question à se poser est celle de savoir si la séparation a un impact sur la répartition des biens. La réponse dépend de si la séparation est temporaire ou permanente.

La séparation permanente déclenche certains droits de propriété.

Pour les couples mariés qui finissent par se séparer de façon permanente, la Loi sur le droit de la famille régit leurs affaires financières. La maison et tous les autres biens accumulés pendant le mariage seront répartis également entre les époux.

Preuves de contributions

Le cas est différent pour les conjoints de fait.

En Ontario, s’il existe une séparation permanente, il n’y a pas de partage automatique égal des biens. En règle générale, chaque partenaire conserve les biens en leur nom et partage les actifs communs dans la proportion indiquée dans le titre.

Si la maison appartenait à des copropriétaires, ils ont chacun droit à la moitié.

Mais si l’un des partenaires était seulement en possession du titre, l’autre conjoint n’a pas automatiquement droit à une partie de cette maison.

Le conjoint sans titres devra prouver qu’il a apporté des contributions significatives au prix d’achat, à l’hypothèque ou à des améliorations significatives qui ont entraîné une augmentation de la valeur de la maison.

Consultez un avocat

Les agents immobiliers qui traitent avec des couples sur le point de se séparer, ou qui se sont récemment séparés, devraient recommander de consulter un avocat spécialisé en droit de la famille pour bien comprendre leurs droits légaux et veiller à la protection de leurs intérêts de propriété.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Roman d’une culture générale transcendante

livre
L’action de Complot à l’Unesco, le tout dernier roman d’Alain Bernard Marchand, se déroule en grande partie à Paris, siège de l’institution onusienne du...
En lire plus...

20 février 2019 à 9h00

Traitement miracle? Posez ces deux questions

science
Une annonce pour le moins spectaculaire — un traitement pour le cancer dès 2020 — a attiré l’attention des médias il y a deux...
En lire plus...

20 février 2019 à 7h00

Bien plus qu’une école de métiers

Club canadien de Toronto
Le Collège Boréal est bien plus qu’une institution post-secondaire, près du quart de ses étudiants possédant déjà un diplôme universitaire et venant y trouver...
En lire plus...

19 février 2019 à 22h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur