2020, mémorable à cause de vous-savez-quoi, était une année bissextile

année bissextile
En anglais, année bissextile est traduit par «leap year»: année du saut. Photo: Cottonbro, Pexels
Partagez
Tweetez
Envoyez

2020, l’année de la covid, était une année bissextile… Mais d’où vient de mot? Au moins vous n’aurez pas en tout cas une journée de plus cette année. Mais ça m’a donné l’idée de fouiller un peu pour voir d’où vient ce mot.

Une année bissextile, on le sait, est une année qui compte 366 jours au lieu de 365, on y ajoute un 29 février.

Et ça se produit tous les quatre ans, à l’exception des années centenaires. Et il y a encore là une exception. Les années divisibles par 400 sont bissextiles, même si elles sont aussi divisibles par 100.

C’est pour cette raison que l’année 1900 n’était pas bissextile, mais que l’an 2000 l’était.

Bonne année 2021
Bonne année 2021… ou au moins meilleure que 2020! Photo: Pixabay

Pourquoi un jour de plus?

Le rôle des années bissextiles est d’ajuster le calendrier à l’année tropique, correspondant à la durée d’une révolution de la Terre autour du Soleil. Celle-ci dure 365,242198 jours et non pas exactement 365 jours comme se divise le calendrier civil.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

C’est pour cette raison qu’on ajoute périodiquement une journée, afin de rattraper le temps perdu en omettant les fractions de journées.

Et c’est aussi pour cette raison que tous les 100 ans, on omet une année bissextile, qu’on ramène tous les 400 ans. On rapproche ainsi la durée moyenne de l’année de calendrier à la durée de l’année tropique.

Année bissextile: l’origine du mot

Et pour comprendre l’origine du mot bissextile, il faut évidemment remonter au latin et à l’époque romaine. C’est en effet Jules César qui, le premier, fixa le calendrier civil à 365 jours plus l’ajout d’une journée dite intercalaire tous les quatre ans.

Il faudra attendre l’instauration du calendrier grégorien, en 1582, pour voir l’instauration des précisions que l’on connaît encore de nos jours. Le terme bissextile vient donc du latin bis-sextilis, qui signifie «deux fois (bis) sixième (sextus)».

Les romains, au lieu d’ajouter un 29 février, avaient choisi d’insérer un deuxième 24 février, que l’on nommait «24 février bis». Le 24 février était le sixième jour avant les calendes de mars, ce qui explique pourquoi on disait «deux fois le sixième» ou «bis-sextilis».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’année bissextile n’a plus rien à voir avec Mars

L’expression est restée intacte en français, même si nos années bissextiles n’ont plus rien à voir avec les calendes de mars et au sixième jour qui les précède. En français, on désigne cette journée intercalaire comme étant le «bissexte», un mot qui existe encore dans les dictionnaires.

Il désigne toutefois le vingt-neuvième jour qu’on ajoute au mois de février lors des années bissextiles. Et encore, on dit que ce terme est vieilli. Il faut aussi savoir que le mot bissextile est un adjectif et qu’il est ainsi orthographié dans sa forme féminine. Bien que moins courant, on retrouve en effet le masculin bissextil, sans «e».

On pourrait par exemple, parler d’un «an bissextil». Mais cette forme est très peu usitée en français. L’adjectif bissextile est essentiellement applicable au mot «année».

année bissextile
L’année bissextile permet de synchroniser notre calendrier avec le cosmos. Photo: Behnam Norouzi, Unsplash

Ne pas confondre bissexte et bissexe

Les dictionnaires courants mentionnent d’ailleurs, comme définition du mot «bissextil, bissextile»: relatif au bissexte, qui contient le bissexte. Il faut donc se rapporter à l’entrée précédente dans le dictionnaire, bissexte, pour bien comprendre ce dont il s’agit.

La définition de bissextile pourrait donc expliquer le maintien dans la langue française du mot bissexte, absent de l’usage ou à peu près.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Notons enfin que dans certaines langues, cette notion de bissexte est complètement absente du vocabulaire. En anglais, par exemple, on parle de «leap year».

Et le 29 février est parfois désigné comme étant le «leap day». Le verbe anglais to leap signifie «sauter», tout simplement.

J’aurais pu attendre au bissexte pour vous proposer cette chronique. Mais vous aurez encore plus de plaisir à savoir d’où vient le mot bissextile lorsqu’arrivera le 29 février. Ne serait-ce que pour épater vos amis…

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur